Langue 

Mises à jour  | Medjugorje  | Messages  | Articles et Nouvelles  | Videos[EN]  | Galerie[EN] | Carte du site  | À propos[EN]  | Livre d'invité

www.medjugorje.ws » Text version » Medjugorje Articles et Actualités » Les évêques et archevêques à Medjugorje et à propos de Medjugorje » Les évêques et Medjugorje et à propos de Medjugorje - VII - Les évêques et archevêques à Medjugorje et à propos de Medjugorje

Les évêques et archevêques à Medjugorje et à propos de Medjugorje

Other languages: English, Deutsch, Français, Hrvatski, Italiano, Polski

Les évêques et Medjugorje et à propos de Medjugorje - VII

Un Évêque du Brésil en Visite à Medjugorje

Mgr Joao Evangelist Martins Terra, évêque auxiliaire de Brasilia, capitale du Brésil, a visité Medjugorje au début du mois de novembre 1997. C'est avec joie qu'il a accepté de partager avec nous ses impressions et de faire part de son expérience. Nous rapportons cette interview dans son intégralité.

Press Bulletin : Mgr Martins Terra, soyez le bienvenu à Medjugorje ! Parlez-nous de votre pays, de votre ville de Brasilia, de la culture, de la religion, de la vie quotidienne de votre peuple

Mgr Martins Terra : Je voudrais tout d'abord saluer tous les lecteurs. Je m'appelle Juan Evangelist Martins Terra, je suis un des évêques auxiliaires de Brasilia, ville nouvellement construite et capitale du Brésil. Elle n'a que trente ans, mais compte déjà trois millions d'habitants et une très grande immigration. Malgré le nombre croissant de sectes au Brésil, Brasilia est le diocèse comptant le plus grand nombre de catholiques. Nous avons 206 séminaristes au séminaire diocésain et une trentaine au séminaire franciscain. Le néocathécuménat, de plus en plus croissant dans le monde, est également très fort au Brésil, et tient un grand séminaire avec 76 séminaristes en formation dont une vingtaine recevra l'ordination sacerdotale l'année prochaine. Dès le début de son existence, Brasilia disposait d'un grand nombre de prêtres, diocésains et religieux, qui y accompagnaient les immigrants.

Par sa grande étendue, le Brésil ressemble plus à un continent qu'à un simple pays : il est aussi grand que les Etats-Unis et l'Europe réunis. Différents peuples et races y cohabitent dont la majorité est d'origine portugaise, italienne ou européenne. Nous avons aussi une forte population noire, descendante d'esclaves venus d'Afrique au seizième siècle, mais aussi de la population autochtone, les Indiens. Ce mélange de peuples est en majorité catholique. Au cours de ces dernièresannées, diverses sectes sont apparues, ne présentent pas le caractère défini, mais sont fortement marquées par une tendance à la discrimination. Celles-ci ne se différencient pas beaucoup entre elles, si ce n'est par leurs leaders. Je pense ce phénomène négligeable et passager. Le mouvement charismatique ou le Renouveau dans l'Esprit le combat avec beaucoup de succès.

Je suis venu à Medjugorje avec 45 membres du Renouveau Charismatique. Nous avions auparavant fait un pèlerinage en Terre Sainte : Jérusalem, Nazareth et Bethléem. Nous avons beaucoup prié dans ces lieux saints. Ensuite, nous sommes venus à Medjugorje. On y sent une dévotion particulière envers la Sainte Vierge. Les Brésiliens vénèrent beaucoup la Sainte Vierge, la Mère du Christ. Au Brésil, nous avons le sanctuaire d'Abresida, où Elle est apparue. Nous avons aussi d'autres sanctuaires consacrés à la Mère de Dieu.

P.B. Quand avez-vous entendu parler de Medjugorje pour la première fois, et par qui ?

B.M. J'ai entendu parler de Medjugorje pour la première fois il y a 15 ans, quand j'étais en Europe. Au Brésil, nous avons une cathédrale militaire consacrée à la Reine de la Paix. Marija Pavlovic et le père Leonard Orec ont visité le Brésil en 1991. A cette occasion, ils ont participé à la bénédiction de sa fondation. La radio catholique du Brésil porte le nom de la Reine de la Paix. Son grand mérite est de faire connaître à de nombreux brésiliens les événements de Medjugorje.

P.B. Est-ce la première fois que vous venez à Medjugorje ?

B.M. Oui, j'y suis pour la première fois, et d'une manière inattendue. Le fait que je me trouve ici est un petit miracle pour moi. J'enseigne les sciences bibliques et, normalement, je devrais en ce moment donner des cours. Des circonstances inexplicables ont fait que je me trouve ici. Pour moi et pour tout le groupe, c'est un pèlerinage miraculeux nous permettant de prier longuement et sans fatigue.

P.B. Quelles sont vos impressions en tant que croyant, évêque et berger de l'Eglise ?

B.M. J'ai visité Lourdes et Fatima à plusieurs occasions. J'ai vu que dans ces lieux, tout est déjà accompli, alors qu'ici, les voyants sont encore là, et on sent une forte présence de la Gospa. J'ai le sentiment que le village et tout l'entourage ne vit que pour la Gospa, n'est-ce pas vrai ? J'en ai l'impression. Je suis surpris par ce village. Il n'est pas aussi grand que Fatima qui est devenu une grande ville. Ici, c'est différent. La simplicité des lieus autour de l'église est encore préservée. Hier, j'étais invité pour déjeuner chez les franciscains, et j'étais surpris par leur simplicité tant à table qu'à la prière ou dans le confessionnal. J'avais l'impression de me trouver dans les premières églises de Jérusalem. J'ai vécu et travaillé deux ans dans cette ville en tant qu'archéologue et professeur pour enseigner l'Ecriture Sainte. J'ai travaillé dans le désert de Syrie en tant que chapelain d'une tribu de Lévites. Je crois que ce travail m'a préparé à recevoir la grande grâce de Medjugorje et la bénédiction de la Gospa.

P.B. En tant qu'évêque et berger de l'Eglise, vous savez que notre évêque diocésain n'est pas favorable à ces événements. Cela vous dérange-t-il ?

B.M. Non, puisque d'autres évêques ne pensent pas ainsi. Je voudrais mentionner l'archevêque de Pescara, qui est un grand ami. Avec lui, je fais tous les ans une retraite à San Marino, où le père Gobbi organise des retraites pour les prêtres et les évêques, avec la fréquente participation de l'archevêque de Pescara. Ce dernier m'a dit une fois qu'il avait posé la question au sujet de ces événements au Saint Père. " Saint Père, que dois-je faire, puisque les fidèles de mon diocèse partent souvent en pèlerinage à Medjugorje ? " " Que font-ils ? ", a demandé le Saint Père. " Ils prient et se confessent. " " N'est-ce pas un bien ? " a t-il répondu. J'ai travaillé pendant dix ans avec le Saint Père et le cardinal Ratzinger qui est un homme admirable, très spirituel et très sympathique. J'entends parfois les gens dire de lui qu'il est très strict et très sérieux, mais je pense que c'est un homme de grand cur. Une fois, je l'ai questionné sur le mouvement de Medjugorje. Il m'a répondu qu'un arbre se reconnaît à ses fruits, et que les bons fruits sont le signe de la présence de Dieu.

P.B. C'est le cardinal Ratzinger lui-même qui vous a dit cela ?

B.M. Oui.

P.B. A propos de Medjugorje ?

B.M. Oui. A propos de Medjugorje et du père Gobbi, ces deux mouvements.

P.B. Au retour au Brésil, qu'allez-vous dire à vos fidèles, en tant qu'évêque et berger de l'Eglise ?

B.M. Au Brésil, nous avons des pèlerinages organisés pour Medjugorje. Nous avons aussi des pèlerinages dans d'autres sanctuaires. Les plus nombreux sont ceux pour Medjugorje, ce que j'ai trouvé très intéressant, et c'est la raison de ma venue ici, pour remercier la Gospa de ce beau cadeau. Je crois que ma venue réjouit aussi un grand nombre de fidèles de votre diocèse.

P.B. Etes-vous prêts à les soutenir en quittant Medjugorje ?

B.M. Bien sûr. Au Brésil, nous avons des publications hebdomadaires avec les dernières nouvelles de Medjugorje. Ces publications sont gratuites, ce qui augmente le nombre de lecteurs.

P.B. En conclusion, que voudriez-vous dire à ceux qui vivent ici et travaillent chaque jour avec les pèlerins ? Quel serait votre message aux paroissiens de Medjugorje ?

B.M. On dit que personne n'est prophète dans son pays. De nombreuses personnes viennent ici pour prier. Je me pose la question de savoir si les villageois vivent eux aussi de cette manière ? Je me demande si les jeunes de Medjugorje sont conscients de la grâce présente ici. Peuvent-ils prendre leurs responsabilités et donner le témoignage de cette foi ferme accordée par Dieu. La responsabilité n'est pas seulement une affaire de prêtres, mais de tous les paroissiens qui se sont consacrés à la Gospa. Tous les habitants de Medjugorje devraient garder cela en mémoire.

P.B. Nous vous remercions et nous nous confions à vos prières. Au nom de tous les lecteurs, nous vous assurons de nos prières, vous et tous les pèlerins qui viennent ici.

B.M. Je suis heureux de ce temps passé avec vous. Nous retournons malheureusement déjà cet après-midi au Brésil.

Visite d'un Archevêque Africain

Depuis plusieurs années, nous rencontrons à Medjugorje les pèlerins du Gabon. En septembre 1997, un groupe était accompagné par l'archevêque de Libreville, capitale du Gabon, Msgr André Fernand Anguile, qui a passé une semaine à Medjugorje. En parlant de son pays et de ses impressions à Medjugorje, il nous a dits :

" J'ai souvent reçu les fidèles qui étaient en pèlerinage à Medjugorje et qui me parlaient de leurs expériences, apportant des livres et des coupures de journaux. L'année dernière, ils m'ont invité à venir avec eux. Je ne voulais pas aller, sachant que Medjugorje n'était pas encore reconnu. Cette année, j'ai consciemment fait le choix de venir avec ce groupe, mais en tant que personne privée, parce que je voulais voir ce qui se passe ici. Je connais les bons fruits de Medjugorje : au retour de Medjugorje, les personnes deviennent plus conscientes de leur foi à tous niveaux. C'est ce dont nous avons le plus besoin en ce moment.

Ce qui m'a d'abord frappé à Medjugorje, c'est l'esprit de prière. J'y vois les pèlerins du monde entier. Le programme du soir manifeste combien et comment on prie ici. Ceux qui sont dans l'église, comme ceux qui restent dehors, prient avec piété et ferveur. Je vois de nombreux prêtres qui confessent pendant des heures et qui prient d'une manière plus fervente qu'ordinairement. Je suis particulièrement enthousiasmé par la foule des jeunes qui prient et se confessent ici. Ici, il n'est pas difficile de sentir la présence de Dieu et l'action de la grâce, c'est pourquoi on peut croire à la présence de Marie. J'ai écouté le témoignage des voyants, participé à la prière d'Ivan et assisté à l'apparition. Ils rayonnent la paix et la joie. Ils parlent simplement, et j'étais particulièrement frappé par leur discours sur la prière. Nous avons sollicité leurs prières et nous les avons demandés de confier le Gabon, tout le peuple et l'Eglise à la Gospa. Mon impression générale est vraiment bonne. Les gens qui viennent ici prient vraiment beaucoup. On sent la paix. Il n'y a pas de tourisme ici. On peut sentir l'esprit de la Vierge et sa présence.

A la question : " Qu'est-ce que vous diriez aux fidèles, aux prêtres et aux évêques ? " Msgr Anguile a répondu : " Les apparitions de la Gospa sont un bon signe pour notre temps. Elle veut nous préparer pour le troisième millénaire, et Medjugorje est un des moyens, et il faut faire ce qu'elle nous dit. Si nous l'écoutons, tout ira bien et le monde vivra dans l'espérance. Il est bien que la Gospa apparaisse. Vous qui êtes ici, les prêtres, les voyants et toute la paroisse, tâchez de rester fidèles. Vous êtes devenus un exemple pour les autres. Ici, on fait beaucoup de bien. Je me confie à vos prières et je promets de prier pour vous. Quand je retourne chez moi, je dirai que j'étais à Medjugorje et j'appellerai les fidèles à prier et à jeûner davantage, pour que nous puissions tous ensemble permettre à Marie de nous conduire vers ces temps nouveaux. "

Le President de la Conference Episcopale du Japon en Visite a Medjugorje

Répondant à l'invitation du Cardinal Franjo Kuharic, l'Archevêque Stephen Fumio Hamao, président de la Conférence épiscopale du Japon, s'est rendu en République de Croatie. Le 16 Août il était à Medjugorje, en compagnie de M. Andjelko Simic, ambassadeur de Croatie au Japon; après avoir visité le Sanctuaire, il s'est entretenu des événements de Medjugorje avec le curé de la paroisse, Fr. Ivan Landeka, et les Franciscains qui travaillent au Sanctuaire. L'archevêque s'est montré très intéressé par la venue de pèlerins du Japon et d'autres régions de l'Asie du Sud dans ce sanctuaire de réputation mondiale. Le curé de Medjugorje a offert à cet hôte de marque un chapelet et un exemplaire de l'album-photo de Medjugorje, tandis que le directeur du centre d'informations, Fr. Miljenko Stojic, lui remettait une rétrospective des événements des 16 années écoulées.

L'Eveque de Madras a Medjugorje

Mgr P. Arokiaswamy, évêque des Indes, est venu à Medjugorje début Août 1997, en visite pour quelques jours. Il a présidé l'une des Messes du soir et a donné l'homélie que voici in extenso.

"J'ai été nommé évêque aux Indes il y a 21 ans, et ordonné prêtre il y a 51 ans. J'ai le désir de visiter tous les sanctuaires mariaux, tous les endroits où notre très Sainte Mère est apparue. Je me suis rendu 4 ou 5 fois à Lourdes, le plus connu de ces sanctuaires. J'ai aussi visité la Chapelle de la Médaille miraculeuse. L'an dernier j'étais à Montechiari, en Italie du Nord, où la Sainte Vierge est apparue comme Rosa Mystica. L'année précédente j'avais été à Fatima au Portugal et à Garabandal en Espagne.

Cette année, j'ai l'honneur de visiter la Sanctuaire de Marie Reine de la Paix à Medjugorje, grâce à un ami allemand, M. Benedict Meier, que j'ai rencontré en Novembre dernier à Montechiari. Je suis heureux d'avoir pu passer quelques jours ici à prier. On perçoit ici l'atmosphère de foi, de prière et d'une profonde dévotion à la très Sainte Mère, la Gospa comme vous l'appelez ici.

Le message de Medjugorje est le même que dans d'autres lieux : prière, pénitence et conversion. Le grand nombre de personnes qui se confessent et reviennent à Dieu est un grand signe d'espérance pour l'Eglise.

`Dans les siècles précédents, la vague du rationalisme a submergé le monde. Les gens ont commencé à dire que tout ce qui était de l'ordre du surnaturel ou du miracle n'existait pas, et qu'on peut expliquer chaque miracle par des causes naturelles et par la science. C'est dans ce contexte que Notre Dame est apparue à Lourdes et a opéré de nombreux miracles. Quand les savants se sont mis à expliquer certains de ces miracles par des causes naturelles, la Sainte Vierge a continué à opérer miracle sur miracle, comme pour leur demander : "Alors, que dis-tu de ceci... et de ceci???" Si bien qu'à la fin, les scientifiques ont dû reconnaître qu'ils ne pouvaient expliquer ces événements par des causes naturelles, et qu'ils relevaient du surnaturel, de même que leur origine. Dieu voulait que l'homme revienne à Lui et renonce à se suffire entièrement à lui-même.

C'est la même chose qui se passe aujourd'hui. Les progrès de la technologie ont amené l'homme sur la Lune et sur Mars. Fier de sa technologie, l'homme pense qu'il n'a pas besoin de Dieu. Il cherche les satisfactions dans des plaisirs déréglés, mais ne trouve que le vide en lui. Ni les biens matériels, ni la recherche du plaisir ne peuvent le combler. Il réalise que seul Dieu peut combler ce vide et lui donner le vrai bonheur et la paix de l'esprit.

Dieu envoie sa Mère à différentes époques et en différents endroits pour qu'Elle conduise les hommes vers Lui seul. Le message est le même partout : prier, revenir à Dieu dans la confiance, la pénitence et la conversion. Ce sont les valeurs de l'Evangile. Il n'y en a pas d'autres. C'est la raison pour laquelle les messages fondamentaux de toutes les apparitions mariales sont les mêmes.

A Medjugorje, de nombreux miracles sont attribués à l'intercession de la Très Sainte Mère, Notre Dame : guérisons physiques, conversions d'une vie de péché à une profonde vie chrétienne. Le fait que les pèlerins continuent à venir ici, et de plus en plus nombreux, est la preuve que des dons miraculeux sont accordés en ce lieu. Si ce n'était pas le cas, le flux des pèlerins aurait cessé depuis longtemps.

Il me semble que c'est Chesterton qui disait : "On peut tromper quelques personnes tout le temps, et tout le monde pendant un certain temps, mais on ne peut tromper tout le monde tout le temps."

Les gens sont toujours plus nombreux à venir ici et repartent avec la paix dans leur coeur.

En ce qui me concerne, je suis convaincu que les événements qui se produisent ici sont d'origine miraculeuse. Mais nous devons attendre le jugement officiel de l'Eglise, ce qui peut prendre des années. Dans le cas de Lourdes, on a attendu très longtemps le jugement officiel de l'Eglise - presque 50 ans -. Les événements de Medjugorje n'ont lieu que depuis 16 ans. L'Eglise prend son temps, mais Elle n'a pas interdit les pèlerinages.

Ce qui m'attriste le plus est la prise de position négative de l'évêque du lieu, aussi bien de l'évêque actuel que de son prédécesseur. Prions pour que cette attitude négative change. En privé, le Pape encourage le pèlerinage à Medjugorje, et l'approuve. C'est suffisant pour nous aujourd'hui.

Nous nous tournons avec ferveur vers la Très Sainte Mère de Dieu pour qu'Elle nous forme à l'image de son Fils Jésus, et que nous puissions vivre les valeurs évangéliques de l'amour, du pardon et de la solidarité, et être les témoins de Jésus dans le monde où nous vivons.

C'est aujourd'hui dimanche, et nous ne faisons donc pas mémoire de Saint Laurent, célèbre diacre et martyr de l'Eglise des premiers temps. Il assistait le Pape Sixte II à l'Eucharistie (nous avons célébré sa fête il y a trois jours). Il avait aussi la charge des biens matériels de l'Eglise et le soin des pauvres.

On rapporta à l'empereur de Rome que l'Eglise possédait de grandes richesses. Il envoya l'un de ses dignitaires dire à Laurent : " J'ai appris que l'Eglise possède de grandes richesses . Peux-tu me les montrer?" Laurence lui répondit qu'il les lui montrerait dans trois jours, ce qui réjouit beaucoup le dignitaire. Trois jours plus tard, Laurent réunit tous les pauvres de Rome, les estropiés, les mutilés, les aveugles et d'autres encore sur l'une des places de la ville et il les montra au dignitaire de l'empereur en lui disant : "Voici le trésor de l'Eglise". Furieux d'avoir été ridiculisé par Laurent, le dignitaire ordonna de le mettre à la torture sur une grille de fer, sous laquelle un feu était allumé. On raconte qu'au bout d'un moment Laurent dit à ses bourreaux : " Ce côté est assez cuit, vous pouvez me tourner sur l'autre côté et me manger". Il mourut en martyr.

Allons à la recherche des pauvres, voyons le Christ en eux et aidons-les comme si nous aidions le Christ Lui-même. Jésus a dit : Tout ce que vous aurez fait à l'un de ces petits, c'est à moi que vous l'aurez fait". C'est là l'oeuvre de Mère Theresa dans les bidonvilles de Calcutta. Reconnaissons Jésus dans les pauvres qui souffrent et aidons-les le plus possible.

L'Eglise, dans son propre rituel, prie pour que nous soyons protégés des passions et de la corruption, comme Laurent fut protégé du feu. Par l'intercession de la Vierge Marie, que Dieu nous libère du feu des passions et nous aide à vivre en bons Chrétiens."

Un Archeveque Colombien a Medjugorje

Lors du 16è anniversaire des Apparitions, l'archevêque de Manizales en Colombie a déclaré :

"Je m'appelle Fabio Betancourt Tirado. Je suis venu avec un groupe de 56 pèlerins, dont 4 prêtres . Après un pèlerinage en Terre Sainte, nous avons décidé de nous rendre dans cette région, et en particulier dans ce sanctuaire. Nous sommes en route pour Rome où je vais recevoir le pallium d'archevêque le 29 Juin. C'est la première fois que je viens ici, et j'y perçois la présence de Dieu. Je l'ai ressentie aussi dans d'autres sanctuaires mariaux, en Colombie ou à Fatima, Lorette et Lourdes. Je vois les grâces que Dieu donne à ses fidèles par l'intercession de la Vierge Marie, sa Sainte Mère. Je rencontre un grand nombre d'enfants, de jeunes gens, d'adultes et de personnes âgées venus prier Notre Dame. Ils Lui remettent tous leurs besoins et leurs problèmes, sûrs d'aller à Dieu par son intercession.

Je n'ai pas encore pris connaissance de tous les messages de Medjugorje, mais je vois que la Sainte Vierge nous invite à écouter le Seigneur, et nous parle de paix et de conversion, ce que Dieu a toujours demandé aux hommes, et qu'Il leur accorde par l'Eglise. Notre Dame désire la réconciliation et nous ferions bien de répondre à son appel. Par la Vierge Marie, le Seigneur nous demande à nouveau de nous convertir et d'être des messagers de paix."

 


 

PC version: Cette page | Medjugorje | Apparitions  | Messages  | Articles  | Galerie[EN]  | Medjugorje Videos[EN]