Langue 

Mises à jour  | Medjugorje  | Messages  | Articles et Nouvelles  | Videos[EN]  | Galerie[EN] | Carte du site  | À propos[EN]  | Livre d'invité

www.medjugorje.ws » Text version » Medjugorje Articles et Actualités » Les évêques et archevêques à Medjugorje et à propos de Medjugorje » Les évêques et Medjugorje et à propos de Medjugorje - VI - Les évêques et archevêques à Medjugorje et à propos de Medjugorje

Les évêques et archevêques à Medjugorje et à propos de Medjugorje

Other languages: English, Deutsch, Français, Hrvatski, Italiano, Polski

Les évêques et Medjugorje et à propos de Medjugorje - VI

Visite d'un Evêque Australien

L'évêque auxiliaire de Canberra en Australie, Mgr Patrick Power, a visité Medjugorje fin février 1998. Voici ce qu'il nous a confié :

" Je suis prêtre depuis 33 ans, évêque depuis 12 ans. Ma mère était une femme merveilleuse qui avait une grande dévotion pour la Vierge Marie. Mon père priait tout particulièrement Notre Dame de Lourdes. Or, je suis né le 11 février, en la fête de Notre Dame de Lourdes. J'y suis allé, mais c'est ici à Medjugorje que j'ai fait une expérience toute particulière. En janvier 1993 j'ai assisté à une veillée de prière à Canberra avec la participation du père Slavko et du voyant Ivan. J'ai été profondément touché par ce que j'avais vu et entendu. Le message donné par Ivan et la manière dont il l'avait fait m'ont profondément marqué. Il parlait de la paix et de l'amour, de la conversion, de la pénitence, du jeûne et de la foi profonde. Ce sont les messages que j'avais souvent entendus et dont j'avais parlé moi-même, mais la simplicité avec laquelle cela était dit était exceptionnellement importante pour moi. Je me souviens de la manière dont ma mère l'avait vécu. Pour elle, c'était une expérience indescriptible. En mai 1993 j'étais à Rome en compagnie de l'évêque de Dubrovnik, Zelimir Puljic puis, comme j'avais trois jours de libre, je me suis rendu à Dubrovnik. Nous sommes amis depuis 1972, temps de nos études à Rome de 1972 à 1975. En mai 1993, j'avais donc profité d'un temps libre pour venir à Medjugorje " incognito ". C'était encore la guerre. Il n'y avait pas beaucoup de pèlerins. Je fus impressionné par beaucoup de choses. J'étais déjà évêque, or je n'étais pas venu en tant que tel, mais en tant que personne privée. J'ai célébré la Messe. C'est la deuxième fois que je viens à Medjugorje. Cette fois-ci, je suis venu avec un groupe d'Australiens, en compagnie de ma sur et de ses trois enfants. Je ne suis pas venu avec des attentes particulières, mais c'est pour moi vraiment un temps de grande grâce. Je voudrais être sincère : cette fois-ci je suis venu pour ma famille. Après ma première visite, j'avais écrit un article sur mes propres expériences qui avaient été excellentes. Maintenant, je suis ici pour ma famille, mais je dois reconnaître que la Gospa m'a accordé de nombreuses grâces. J'ai trouvé une paix profonde, surtout après avoir entendu le témoignage de Vicka. J'ai éprouvé la même paix que j'ai sentie en 1993 en entendant pour la première fois parler des messages. Cette expérience m'aide à choisir de nouveau ma vocation de prêtre et mon service d'évêque. Medjugorje, c'est la PAIX. J'ai fait l'expérience de la paix intérieure et j'en ai témoigné dans le groupe avec lequel je suis venu. Quand je vois ce qui se passe dans notre groupe, les personnes qui reviennent à la foi, à la prière et à la confession, je sais que je dois conseiller à d'autres de venir ici. L'expérience particulièrement importante est celle de la confession et celle du programme du soir, ainsi que les rencontres avec les voyants. C'est non seulement moi-même, mais également Mgr Kennedy, venu ici de nombreuses fois, qui conseillons aux fidèles de venir ici. Je veux dire merci, merci aux fidèles et aux prêtres qui travaillent ici. Votre témoignage de foi, d'amour, de prière et d'accueil est très important pour nous pèlerins. "

Visite d'un Archeveque du Bresil

Mgr Krieger, archevêque du Brésil, a visité Medjugorje du 25 au 28 février 1998. Il a prêché au cours de la Messe du soir du 27 février. Voici son homélie dans son intégralité :

" Je suis Maurillo Krieger, archevêque de Maringo au Brésil. Il y a déjà huit ans que je n'étais plus venu à Medjugorje. C'est une grande joie pour moi que d'être ici avec vous, car Medjugorje est resté toujours dans mon cur. Puisque je me trouve parmi vous, vous voudriez certainement savoir ce qu'un archevêque pense de Medjugorje. Je vois Medjugorje comme un don et comme une responsabilité. La Gospa donne à tous ceux qui viennent ici la possibilité de trouver ce même amour et cette même tendresse qu'elle a manifestés à Cana en Galilée. La Gospa s'approche de nous et nous demande de faire " tout ce qu'il vous dira ". Les serviteurs à Cana avaient fait tout ce qu'on leur avait demandé et ils avaient rempli les jarres d'eau. C'est ainsi que Jésus a pu faire son premier miracle à Cana. Si nous curs étaient ouverts et prêts à marcher sur le chemin du Christ, tout ce que le Seigneur voulait accomplir à travers Medjugorje, il l'aurait certainement déjà fait. Est-ce qu'il est si difficile de donner son cur au Christ ? Medjugorje représente une grande responsabilité. Je l'avais compris instantanément, dès le premier moment, dès que j'avais mis mes pieds sur le sol de Medjugorje. C'était au mois de mai 1985, juste après ma consécration épiscopale. En regardant et en écoutant les voyants, j'en ai conclu qu'ils ont besoin de nos prières pour pouvoir être fidèles à leur mission. Dès ce moment, j'avais décidé de leur consacrer le premier chapelet de mon Rosaire quotidien. C'est mon petit cadeau. C'est ainsi que je leur offre mon soutien et mon aide, car ils ont une mission importante qui se manifeste dans la présentation de Medjugorje par rapport à la paroisse et l'Eglise dans le monde. Je remercie les voyants pour leur disponibilité et l'ouverture à la grâce de Dieu. Je remercie les franciscains pour leur consécration et leur persévérance dans ce service pastoral. Je vous remercie également, paroissiens de Medjugorje, parce que vous avez répondu en grand nombre à l'appel de la Gospa. Vous ne pouvez même pas imaginer l'importance de cette paroisse pour l'Eglise et pour le monde. Que le Seigneur vous bénisse ! Que la Gospa, la Reine de la Paix, vous accompagne par son intercession, vous, vos amis et vos frères à Medjugorje. "

Visite d'un Archeveque Aumonier Militaire

L'archevêque aumônier militaire américain a visité Medjugorje le 1 mars 1998. Voici ce qu'il nous a dit à cette occasion :

" Je m'appelle Edwin O'Brian, archevêque responsable de toute l'armée des Etats-Unis. Cette responsabilité englobe tous les soldats américains, où qu'il se trouvent, tous les hôpitaux militaires et toutes les représentations diplomatiques. Ce service m'a été confié en septembre 1997. Tout récemment, j'ai été consacré archevêque. Ma mission est de visiter les soldats américains là où ils se trouvent. J'ai été dans le Pacifique, maintenant je suis en Europe : Italie, Allemagne, Angleterre, Belgique, Bosnie et Herzégovine. Pour Noël, j'étais à Sarajevo et j'étais bien déçu de ne pas avoir pu venir à Medjugorje à cette occasion. Aux Etats-Unis, j'ai tant entendu parler de Medjugorje. Combien de personnes ne m'ont-elles pas demandé si j'étais allé à Medjugorje ! Je devais toujours répondre : Non ! Je n'en ai pas eu l'occasion. J'ai vécu à Rome de 1985 à 1990 et je ne suis pas venu. Lorsque je me suis trouvé à Sarajevo, j'ai demandé à mes responsables si je pouvais visiter Medjugorje. Aujourd'hui, je suis ici. Le fait d'avoir célébré la Messe à l'église de Saint Jacques est pour moi un grand privilège. J'ai entendu beaucoup de bien de Medjugorje. De nombreux curs témoignent de leur changement positif. Nombreux sont ceux qui parlent de leur conversion. Je ne reste que brièvement à Medjugorje, mais j'envisage déjà une nouvelle visite. Je voudrais monter sur le Podbrdo, le lieu des apparitions, mais je n'en ai pas eu le temps et je le regrette. Je suis heureux d'avoir pu célébrer la Messe ici aujourd'hui, d'avoir pu prier devant la statue de la Gospa. J'espère qu'elle me comprend. J'ai décidé de prendre plus de temps pour Medjugorje la prochaine fois. Je veux faire ce que tous les pèlerins font. Je vais tout faire pour que ma prochaine visite ait lieu déjà cet été. D'ici-là, restons unis dans la prière pour la paix du monde. "

Les Paroles du Saint-Pere au sujet de Medjugorje devant l'Eveque Roberto Cavallero

Le 9 octobre 1997, M. Marcello Pierucci, Via Castiglione 154, Bologna, Italia, nous a remis ce témoignage écrit :

" Lors du Congres Eucharistique qui avait lieu ces derniers jours à Bologne, j'ai accueilli Mgr Mario Rizzi, ancien nonce apostolique en Bulgarie, actuellement à Rome où il travaille à la béatification des Serviteurs de Dieu. Pendant le dîner, en présence de mon épouse Anna et de Mgr Novello Pedezzini, Mgr Rizzi a dit :

" Je me trouvais dans la chapelle privée du Saint-Pére à la Messe du matin. A la fin de la Messe, le Saint-Père s'est approché de nous pour saluer personnellement tous les gens présents. Près de moi se trouvait Mgr Roberto Cavallero du sanctuaire de la Vierge d'Orto de Chiavari. Lorsque le Pape s'est approché de nous pour nous saluer, Mgr Cavallero a dit : " Saint-Père, je viens de rentrer de Medjugorje. "

Le Pape a dit : " Monseigneur, vous croyez ? "

Monseigneur a répondu : " Oui, Saint-Père ! "

Ensuite, l'évêque Cavallero pose la question au Pape : " Et Vous, Saint-Père, est-ce que Vous croyez ? "

Après cette question, le Pape est resté un instant en silence, puis, en marquant des pauses entre les mots, il a dit : " Je crois... je crois... je crois. ""

Le lendemain soir, à ma demande, Mgr Rizzi a répété ce témoignage en présence de Mgr Novello Pedezzini et de Mgr Gastone Simoni, évêque de Prato.

Je témoigne de la véracité de ce témoignage par ma signature. "

Marcello Pierucci - signature

Medjugorje, le 9 octobre 1997

Visite d'un Evêque du Mexique

Au début du mois de novembre, Mgr. Lazaro Perez, évêque du diocèse de Autlan Jalisco, a visité Medjugorje avec un groupe de pèlerins du Mexique. Lors d'une brève rencontre, il nous a parlé de ses expériences, de son pays et de ses impressions sur Medjugorje. Voici quelques réflexions sur son pèlerinage à Medjugorje :

" Au Mexique, Medjugorje est connu. J'en ai entendu parler pour la première fois il y a quinze ans, à l'époque où l'on commençait à en parler. Pour être sincère, nous, les évêques, lorsque nous entendons parler des apparitions et de phénomènes similaires, nous sommes plutôt prudents dans nos déclarations. Généralement, au début nous disons que ce n'est pas possible, nous voulons repousser cela. Nous avons toujours peur d'affirmer ces nouvelles au sujet des apparitions par crainte de la fragilité de cette forme de croyance, à cause du danger de fanatisme. C'était mon avis au début des apparitions de Medjugorje. En 1985 j'étais en Italie et j'ai rencontré un couple qui avait visité Medjugorje. Après, j'ai commencé progressivement à y prendre intérêt. Et pourtant, je disais habituellement que cela ne pouvait pas être vrai. Je croyais qu'après les apparitions de Guadaloupe il ne pouvait être question d'autres apparitions, puisque Marie de Guadaloupe était la Reine du Mexique. Mais, ici au Mexique, on parlait de plus en plus de la mission de Marie et de ses messages qu'elle donne par les enfants. J'avais peur d'une sorte du fanatisme religieux. J'ai commencé à m'y intéresser vraiment quand, tout à fait par hasard, j'ai lu le livre du théologien René Laurentin qui traite des apparitions dans le monde entier. Je l'ai lu avec beaucoup d'intérêt, du fait même que l'auteur est prêtre et mon ancien professeur à Rome, où j'ai suivi ses cours de mariologie. J'ai pensé qu'il était tout de même un théologien sérieux et connu, et qu'il ne s'agissait pas d'un fanatique. C'est pourquoi j'ai continué ma lecture avec un intérêt accru. Dans ce livre, j'ai lu une phrase qui m'a beaucoup touché, où le père Laurentin disait : " …Nous traversons une période où les jardins de l'Eglise sont devenus stériles, et le temps était venu pour que la Gospa vienne les renouveler pour leur donner une nouvelle fraîcheur… " J'en ai conclu que les problèmes qui existent dans l'Eglise ne sont pas résolus et que les pasteurs de l'Eglise en sont peut-être responsables. Je me sentais l'un d'entre eux. Il nous faut davantage de saints prêtres et des pasteurs qui s'engeagent à vivre selon Jésus Christ, le Bon Berger et selon le Sacré Cur de Jésus. Tous ces événements ont ouvert la porte à l'athéisme, au sécularisme, à la société de consommation qui établit une culture de valeurs en oppositions avec l'enseignement de l'Evangile. En lisant les expériences du père Laurentin, je me suis dit: " Ceci n'est certainement pas une invention. Il dit la vérité. " Je trouvai l'occasion d'en parler à un ami théologien ; celui-ci m'a conseillé de ne pas aller à Medjugorje, disant qu'il n'y risquerait pas son honneur de théologien. Le père Laurentin m'a dit que ces théologiens parlent beaucoup de Marie, sans l'aimer vraiment. Il se servent de la mariologie pour enseigner, mais ils n'ont aucune relation affective envers Marie. Tout cela m'a aidé à éveiller en moi un grand intérêt pour la Gospa, bien que tout au long de ma vie, elle tenait déjà une place importante. Dans les armoiries de notre diocèse, nous avons une étoile qui symbolise Marie. J'ai beaucoup insisté pour que le symbole de Marie entre dans les armoiries de notre diocèse. Après avoir lu le livre de Laurentin, mon intérêt pour ces événements ne faisait que grandir. J'ai aussi rencontré de nombreux pèlerins de Medjugorje. De retour au Mexique, ils étaient religieusement plus riches et disponibles à vivre la bienfaisance dans l'esprit de la Nouvelle évangélisation. Tout cela montre les fruits de Medjugorje, malgré le fait que l'Eglise officielle continue à observer ce phénomène avec prudence. Je pense qu'il faut avant tout accorder une grande attention aux fruits de Medjugorje. Je suis ici avec 108 pèlerins du Mexique et je peux déjà constater de nombreux bons fruits.

Je vais inviter mes fidèles à venir à Medjugorje. C'est dommage que vous soyez si loin du Mexique. Nous avons une culture religieuse forte, et la dévotion envers la Bienheureuse Vierge Marie tient une place particulière. Je pense, selon les textes du Concile Vatican II, que Marie prie et intercède avec le Christ, et c'est ce que j'ai expérimenté ici à Medjugorje. Ce matin nous avons parlé avec une voyante - Vicka. Elle nous a transmis les message de la Gospa sur la conversion, le jeûne, la prière, le pardon et la confession, toutes ces valeurs qui se perdent un peu de nos jours. Personnellement je pense que, si la Gospa à travers le Christ essaye de faire revivre ces valeurs, ce devrait être le devoir fondamental d'un prêtre, surtout de nous, évêques. Il nous faut dire à nos fidèles que ce monde a un chemin du salut, car le Christ est notre Chemin. Le Christ est notre Sauveur et ici nous voyons que la Mère du Christ nous appelle à faire revivre les valeurs qui nous mènent au salut. Ce sont la prière, la réconciliation, la conversion et le jeûne, pour que nous puissions être plus proches de la Croix du Christ. Dans notre temps, comme au temps de saint Paul, la Croix redevient le signe de scandale, et pas seulement pour les incroyants. Malheureusement, la croix est devenue un scandale même pour les chrétiens. Tout le monde voudrait une vie facile, les gens ont peur de l'épreuve, ils essayent d'éliminer la croix de leur horizon. C'est pourquoi je crois que la Gospa désire nous donner un grand conseil : renouvelez les valeurs chrétiennes négligées, et surtout renouvelez la prière, et vous expérimenterez la conversion. Nous devons tous nous réconcilier avec Dieu et avec l'Eglise par le sacrement de la sainte Confession et, si nous nous réconcilions sincèrement avec Dieu, nous pourrons plus facilement suivre la voie du Christ. Suivre le Christ, mais pas n'importe comment : être prêts à prendre sa croix et témoigner de la foi du Christ.

 


 

PC version: Cette page | Medjugorje | Apparitions  | Messages  | Articles  | Galerie[EN]  | Medjugorje Videos[EN]