Langue 

Mises à jour  | Medjugorje  | Messages  | Articles et Nouvelles  | Videos[EN]  | Galerie[EN] | Carte du site  | À propos[EN]  | Livre d'invité

www.medjugorje.ws » Text version » Medjugorje Articles et Actualités » Les évêques et archevêques à Medjugorje et à propos de Medjugorje » Les évêques et Medjugorje et à propos de Medjugorje - IV - Les évêques et archevêques à Medjugorje et à propos de Medjugorje

Les évêques et archevêques à Medjugorje et à propos de Medjugorje

Other languages: English, Deutsch, Français, Hrvatski, Italiano, Polski

Les évêques et Medjugorje et à propos de Medjugorje - IV

Archevêque Emerite de Split-Makarska au Sujet de Medjugorje

Dans son interview pour " Kulturni obzor ", Mgr Frane Franic, archevêque émérite de Split-Makarska, s'est exprimé sur les événements de Medjugorje.

A la question " Pour vous, la médiation de Marie est une évidence. Quel est le rôle de Marie dans le monde aujourd'hui ? Que dites-vous du rôle qu'elle joue à Medjugorje ? ", il a répondu :

" Les sanctuaires mariaux sont nombreux dans tous les pays catholiques, c'est un fait. Les plus connus et les plus visités aujourd'hui sont ceux de Lourdes, Fatima et Medjugorje. Je soutiens et j'encourage dans l'Eglise les nombreux charismes que st Paul énumère dans ses Epîtres : la prophétie, les guérisons miraculeuses corporelles, la louange de Dieu en langues. Ces jours-ci, je viens de lire dans la traduction italienne l'encyclique du Pape " Fides et Ratio " (La Foi et la Raison) qui évoque ce sujet. Il y est question de la mystique et de la nécessité du renouveau métaphysique dans la philosophie et dans la théologie. Par certaines expériences personnelles, j'ai pu sans difficulté reconnaître la présence de la Vierge à Medjugorje, où elle parle depuis dix-huit ans par les voyants qu'elle a élus, et ainsi accepter l'authenticité de ces apparitions de Marie. Or, il faut se garder de fausses apparitions et de fausses locutions, car il y a toujours eu et il y aura toujours de faux prophètes. "

"Vecernji list", p.13, N° 250, Zagreb, 14.2.1999

La visite d'un Evêque d'Autriche

Les prélats de l'Eglise se rendent de plus en plus souvent à Medjugorje. Mgr Georg Eder, archevêque de Salzburg, s'est rendu à Medjugorje début décembre. Le soir avant son départ, nous lui avons demandé une interview. Il nous a dit :

" J'ai entendu parler des événements de Medjugorje vite après leur début. Dans ces derniers temps, on parle beaucoup des apparitions. En tant qu'évêque, je reçois presque toutes les semaines des informations sur les apparitions, les visions et les révélations. Je dois reconnaître que, pendant le régime communiste en Yougoslavie, je venais souvent passer les vacances en Istrie, mais je ne suis pas allé plus loin vers le sud, bien que j'en avais l'occasion : rien ne m'y poussait. Et pourtant, je me posais de plus en plus souvent la question : pourquoi ces messages tout simples qui, de plus, se répètent ! Toujours cet appel à la prière, au jeûne, à la pénitence, à la prière pour la paix. Je me suis dit : il doit y avoir une signification. Une mère, lorsqu'elle éduque ses enfants, que fait-elle ? J'en ai fait l'expérience chez moi, en famille : elle répète toujours la même chose. " Je vous l'ai déjà dit, mais je ne peux pas ne pas le redire : priez, ou bien, faites ceci ! " A Medjugorje, Marie a une attitude semblable. Elle dit toujours la même chose aux enfants, devenus adultes. Un prêtre dans sa paroisse, que pourrait-il faire d'autre que de toujours appeler à la prière ? Jean-Paul II a dit une fois que les prêtres doivent être de vrais priants et enseigner la prière. C'est ce que fait Marie, la bonne Mère. Elle nous apprend à prier, bien que ce soit d'une manière toute simple. Désormais, je dois vraiment reconnaître qu'à ce sujet je m'en tiens à la parole du Christ : " Vous les connaîtrez selon leurs fruits ! "

Mes impressions ne sont pas surprenantes. Je savais que des groupes de Salzburg se rendaient souvent à Medjugorje, que de nouveaux groupes de prière s'étaient formés, que de plus en plus de personnes disaient : " C'est à Medjugorje que j'ai eu ma vocation ! " Je dis, nous avons perdu trois choses qui nous ont été rendues à Medjugorje : la pénitence, la conversion et les vocations. En Autriche, nous les attendons sans qu'elles arrivent. La conversion ? On n'en parle plus. La confession a disparu, sauf dans les sanctuaires mariaux et les églises animées par des religieux, où ce sacrement est recherché et vécu. Les vocations sont de moins en moins nombreuses. Or, à Medjugorje, ces choses ont lieu sans cesse : les confessions, les conversions et les vocations !

Je me demande donc : que doit-on faire afin que quelqu'un se convertisse ? J'ai souvent répété aux membres de " Exigences des peuples " que leur programme ne mentionne pas la conversion. Est-ce possible que nous sommes de ces gens qui pensent ne pas avoir besoin de la conversion, comme Jésus le dit dans l'Evangile ? La conversion est exclue, la confession est perdue, les vocations sont de moins en moins nombreuses, et cela au point que nous nous posons la question de comment faire survivre les séminaires ! Or, à Medjugorje nous trouvons toutes ces choses qui nous manquent.

J'ai un autre désir : que la paix soit faite entre les franciscains et l'évêque, afin que Medjugorje puisse se développer comme Marie le souhaite. Je crois maintenant que Medjugorje est vrai. Je le croyais depuis longtemps, je ne voulais que venir pour voir. Lorsque les pèlerins m'ont invité à venir avec eux, j'ai répondu : je suis spirituellement beaucoup plus proche de Medjugorje que bien d'autres ! Mon impression a été confirmée en raison de la simplicité des voyants et du programme du soir. Tout est dans l'esprit de l'Eglise et très, très simple, mais marqué par la dévotion, une foi forte et surtout une forte volonté de conversion et de vrai renouveau."

Visite d'un Eveque Americain

Comme nous l'avons déjà annoncé dans le dernier numéro du Bulletin de Presse, l'évêque auxiliaire de Portland (Oregon, USA) et curé de la paroisse de St. Mary's Corvallis, Mgr Kenneth Steiner, s'est rendu pour la première fois à Medjugorje du 7 au 12 novembre 1998, pour une visite privée.

Voici quelques-unes de ses impressions :

" Les gens ont faim et doivent découvrir la dimension spirituelle de leur vie, qui se trouve menacée par la télévision, la sécularisation et le matérialisme. Beaucoup l'ont vraiment perdue ! En venant à Medjugorje, les pèlerins découvrent cette dimension spirituelle et retournent chez eux pour aider les autres à s'en rendre compte. Ce que les gens expérimentent ici, ce qu'ils apportent dans leurs familles et leurs communautés paroissiales est un vrai miracle. Beaucoup, pour diverses raisons, ne peuvent pas venir à Medjugorje, c'est pourquoi ils ont besoin de témoins capables de les aider à retrouver la paix intérieure et à découvrir Dieu. Nombreux sont ceux qui ne deviennent conscients de ce que Dieu leur a donné ici que lorsqu'ils rentrent chez eux. Je peux le dire en ce qui me concerne personnellement. Je me rends compte que ma venue à Medjugorje est une vraie bénédiction. Je suis entièrement renouvelé. Je suis davantage conscient de la présence du Christ dans les sacrements, dans l'Eglise, dans l'Ecriture Sainte et dans les personnes.

A Medjugorje, j'ai reçu une nouvelle motivation spirituelle. Certains pensent peut-être que nous, les prêtres, n'avons pas besoin d'un tel renouveau. Ils se trompent, car nous avons vraiment besoin de renouveau. J'ai rencontré de nombreux prêtres qui se sont rendus à Medjugorje. Il ont mieux compris le sens de leur sacerdoce. C'est ce que j'emporte personnellement avec moi. Je dirai aux autres que Medjugorje est un endroit où l'on peut aller pour être renouvelé dans la foi. J'y ai rencontré tant de personnes animées d'une profonde foi et d'une prière fervente. J'ai compris que les gens, malgré tant de souffrances, sont restés fidèles à Dieu.

J'ai redécouvert Dieu, est c'est pour moi la preuve que la Gospa est ici. C'est précisément sa tâche. Parfois, les gens viennent ici pour chercher Marie, et ils trouvent Dieu ! C'est son désir, car elle ne veut rien pour elle-même, mais fait tout afin que les gens connaissent davantage son Fils Jésus. La Gospa veut répandre la paix de Dieu parmi les hommes, parmi ses enfants.

J'invite ceux qui viennent ici à devenir un exemple pour tous lorsqu'ils rentrent chez eux. Qu'ils deviennent un appel à la paix, à la prière et à la conversion. Tous ceux qui sont venus ici ont rencontré auparavant une personne qui a témoigné en faveur de Medjugorje, qui a manifestée dans sa propre vie un changement positif. Nous devons être les témoins, nous devons évangéliser les autres. C'est notre mission : apporter la Bonne Nouvelle de Dieu qui sauve. Nous devons porter Jésus et la Gospa dans ce monde et aider les gens à comprendre que la vie en Dieu ici-bas est possible et nécessaire pour tous. Nous devons êtres les témoins pour ceux que le Seigneur a envoyés dans nos vies.

Je prierais pour chacun de vous et que Dieu vous bénisse. "

Visite de deux Eveques d'Haiti

Du 16 au 23 novembre 1998, accompagnant un groupe de 33 pèlerins, deux évêques d'Haïti se sont rendus à Medjugorje : Louis Kebreau, évêque de Hinché, et Joseph Lafontant, évêque auxiliaire de la capitale de Haïti.

Lors de sa visite, Mgr Kebreau nous a dit :

" Tant de personnes nous ont parlés de Medjugorje ! On nous envoyait des livres, des images, des médailles et des cassettes vidéo. Nous avons un ami commun en Amérique qui nous tenait au courant de ce qui se passait ici. Cet ami nous a offert ce voyage. Nous avons accepté et nous voici à Medjugorje.

J'accueille Medjugorje avec la foi. Dans l'Evangile, nous lisons que Jésus est venu à la synagogue de Nazareth et a lu les Ecritures. Beaucoup admiraient ce qu'il disait, d'autres contestaient, disant qu'ils connaissaient sa famille, sa mère et son père. Je crois qu'il faut venir à Medjugorje, prendre du temps, voir, faire l'expérience, vivre. Ce n'est qu'ainsi que nous pouvons connaître Medjugorje. Il ne faut pas parler de Medjugorje à la légère. C'est une expérience profonde, intime, personnelle. Ici, on fait l'expérience de la paix intérieure, de la réconciliation. On découvre facilement ce qu'est la vraie foi chrétienne. Pour moi, c'est un temps de renouveau. Tout simplement : il faut venir, voir, rencontrer et écouter les personnes, il faut gravir les collines, participer au programme du soir, trouver le temps pour la prière personnelle dans le silence. J'ai fait l'expérience personnelle de la réconciliation avec moi-même. Dans chacun de nous, il y a une partie que nous ne connaissons pas, cette partie païenne qui est en nous. Puisqu'il s'agit ici de la libération intérieure qui passe par la réconciliation, certains peuvent parfois faire l'expérience d'une attaque de Satan plus forte qu'habituellement, mais on reçoit également la force. La Vierge Marie apporte avec elle la lumière qui nous aide à voir notre chemin et à mieux comprendre notre tâche. Elle nous accompagne sur notre chemin et veut nous conduire vers une vie en Dieu. Medjugorje nous ouvre le chemin pour plonger dans la vie de la Sainte Trinité. C'est ce que Marie fait ici. Je lui suis tellement reconnaissant. "

Lors de sa première visite à Medjugorje, Mgr Lafontant nous a dit, entre autres :

Pendant presque dix ans, je recevais des nouvelles sur Medjugorje. Je m'y intéressais de plus en plus. J'ai accepté avec joie de me joindre à ce groupe, principalement en raison de la présence du Mgr Louis.

Je suis allé souvent en pèlerinage à Fatima, à Lourdes ou ailleurs. Ici, je trouve que c'est très différent. Il n'y a rien de stéréotypé. Tout est différent que dans d'autres lieux de pèlerinage. Chacun fait son expérience personnelle, tout en se trouvant au milieu d'une grande assemblée. Ce qui est surprenant, c'est que les personnes qui y viennent en tant que pèlerins veulent tout accepter.

Le dernier coup de pouce pour que j'accepte de venir à Medjugorje a été la venue du voyant Jakov Colo en septembre. Une foule immense a participé. Ce n'est qu'alors que je me suis rendu compte combien de fidèles de Haïti connaissent Medjugorje. Jakov a rencontré les fidèles dans deux églises. Lors de son séjour, les gens ont manifesté un grand désir de se réconcilier avec eux-mêmes et avec autrui. Grand nombre de fidèles ont demandé la confession, vraiment beaucoup plus que d'habitude. J'ai été présent lors des deux rencontres. Une fois c'était moi qui ai célébré la Messe, une fois Mgr Louis. C'est une vraie expérience de la foi. Ma venue ici a pu le confirmer. Tout le monde a besoin de cette expérience. C'est l'expérience de la conversion, du retour à soi et à Dieu, de la réconciliation avec les autres. La Gospa aide chacun de ses enfants à se retrouver soi-même. La Gospa veut être proche de chacun, toucher et guider chacun personnellement. Et pourtant, au fond de l'âme, personne ne se sent obligé à tout accepter. La liberté est entièrement respectée. Un croate vivant en Amérique m'a dit à l'aéroport qu'au début, il ne croyait pas, mais lorsqu'il s'est rendu sur place, il a trouvé la paix. Depuis, il croit en la présence de la Gospa. Maintenant, je le comprends. Ici, les gens trouvent la paix et se réconcilient. "

Les deux évêques ont fini notre entrevue par les mots : " Que la bénédiction de Dieu et la protection de la Reine de la Paix vous accompagnent. "

Visite de Deux Eveques

Au mois d'octobre 1998, deux évêques se sont rendus à Medjugorje : un évêque du Brésil et un évêque de Pologne, Mgr Albin Malysiak, âgé de 81 ans, qui, selon ses propres paroles, travaille comme il y a 15 ans. Il a attiré notre attention particulièrement parce qu'il a collaboré pendant plus de 20 ans avec le Saint Père Jean-Paul II. Il nous a parlé de cette époque de sa vie :

" Nous sommes restés amis et nous nous rencontrons autant que possible même depuis qu'il est devenu Pape. Je serai, par exemple, avec lui au début novembre cette année, et également début mars l'année prochaine. Pendant dix ans j'ai collaboré avec lui en tant que curé de paroisse et professeur de théologie, et pendant dix ans, en tant que son évêque auxiliaire. Travailler avec lui était toujours pour moi une grande joie. C'est un grand personnage, honnête et sincère. Il a toujours eu beaucoup de compréhension pour les autres. Il a été professeur à l'université catholique de Lublin. Il a enseigné l'éthique sociale, a traité la problématique des pauvres et des laissés pour compte. Je suis toujours resté son proche collaborateur. Nous avons souffert ensemble des communistes, et ceci nous a particulièrement rapprochés l'un de l'autre. "

Mgr Malysiak s'est rendu à Medjugorje à titre privé. Il a quand même bien voulu donner ses impressions :

" Lorsque l'Eglise aura reconnu Medjugorje, je serai très heureux de venir ici, car nous attendons tous la position officielle du Vatican. Personnellement, je crois que les voyants ont d'authentiques apparitions. J'en ai rencontré quelques-uns. Ce matin, j'ai rencontré Vicka. Elle est si joyeuse et rayonne la paix. Je crois que c'est un lieu d'apparitions, mais c'est avant tout un lieu de grande prière. C'est ce qui m'a frappé le plus. J'ai gravi le Krizevac. J'ai vu tant de personnes qui prient avec une dévotion et un recueillement véritables devant la croix. J'ai compté le nombre de personnes dans un groupe : ils étaient 70 assis autour de la croix, sur les pierres, à prier en silence. Il était midi et il faisait très chaud, mais la chaleur ne les a pas dérangés. Le silence et l'esprit de prière m'ont inspiré. Je rentre chez moi portant dans mon âme l'image de ceux qui prient.

J'admire les franciscains en service ici. Ils sont constamment avec les gens, prient avec eux et sont disponibles pour les entretiens et les confessions. Je me demande où ils puisent une telle force. Dans l'église, on sent la prière du peuple. Lorsque nous avons prié le Notre Père ensemble, c'était merveilleux d'entendre toutes ces langues priant d'une seule voix ; on pouvait bien clairement distinguer la langue polonaise. Je suis heureux de voir tant de prêtres venir avec les pèlerins.

En Pologne, je vais parler de Medjugorje. Je vais parler de la dévotion et de la foi de ceux que j'ai rencontrés. Je vais en parler dans mes rencontres avec les gens et dans mes homélies. On parle déjà beaucoup de Medjugorje en Pologne. C'est la raison pour laquelle je suis venu ici.

En conclusion, je dirai encore : le travail des franciscains à Medjugorje m'inspire. A propos de la dévotion mariale, je suis heureux de voir qu'ils sont fidèles à l'enseignement de l'Eglise et aux appels du Saint Père. L'amour envers la Gospa que l'on rencontre ici chez les gens aide ceux qui viennent à grandir dans la foi. Nous devons tous chercher à accueillir les messages que la Gospa nous donne. Il s'agit de la paix dans le monde, c'est pourquoi nous devons nous décider à nous aimer les uns les autres. Alors, l'amour engendrera la paix. Ici, l'accent est mis sur l'appel à la prière, mais également sur la réponse donnée. Tout ce que l'on trouve dans les messages correspond à l'enseignement de l'Eglise. Ici, l'appel à la vie dans la foi et à la vie sacramentelle est fort. J'espère que ce message sera de plus en plus répandu et que de plus en plus de personnes viendront et l'accueilleront, tout en attendant tous ensemble que Vatican reconnaisse Medjugorje. Je vous bénis tous et je vous souhaite la paix. "

 


 

PC version: Cette page | Medjugorje | Apparitions  | Messages  | Articles  | Galerie[EN]  | Medjugorje Videos[EN]