Langue 

Mises à jour  | Medjugorje  | Messages  | Articles et Nouvelles  | Videos[EN]  | Galerie[EN] | Carte du site  | À propos[EN]  | Livre d'invité

www.medjugorje.ws » Text version » Echo de Marie Reine de la Paix » Echo de Marie Reine de la Paix 162 (Mars-Avril 2002)

Echo de Marie Reine de la Paix 162 (Mars-Avril 2002)

Read the document in non-text browser version.
Other languages: English, Deutsch, Español, Français, Italiano
Download (72.9 KB )
background image
Eco di Maria
Regina della Pace
Français 162
Message de Marie du 25 janvier 2002:
"Chers enfants, en ce temps, tandis que vous vous retournez encore sur l'année passée,
Je vous appelle, petits enfants, à regarder profondément dans votre cœur et à vous
décider à être plus près de Dieu et de la prière. Petits enfants, vous êtes encore attachés
aux choses terrestres et peu à la vie spirituelle. Que Mon appel d'aujourd'hui soit aussi
pour vous une incitation à vous décider pour Dieu et pour la conversation de chaque
jour. Vous ne pouvez pas vous convertir, petits enfants, si vous n'abandonnez pas les
péchés et si vous ne vous décidez pas pour l'amour envers Dieu et envers le prochain.
Merci d'avoir répondu à Mon appel".
Dans la profondeur du cœur
Le message s'ouvre avec une scène qui est en même temps prologue et synthèse de son
contenu: il y a nous, qui regardons encore en arrière, vers l'année passée; et il y a Marie, qui
nous invite à regarder profondément dans notre cœur. Elle ne nous invite pas à détourner le
regard des événements de l'an dernier, mais à les voir ‘de l'intérieur', à les examiner dans la
profondeur de notre cœur. Tout au fond de notre âme, là où il est plus facile d'accueillir sans
distraction la voix de Dieu, nous pouvons trouver la lumière pour extraire de ce qui arrive en
nous et autour de nous un engagement renouvelé de vie authentiquement chrétienne et donc
décider d'être plus proches de Dieu et de la prière. Si nous contemplons dans notre cœur
l'Agneau de Dieu qui s'immole pour que l'homme vive, comment pouvons-nous justifier le
terroriste qui sacrifie sa propre vie pour semer la mort? Et en même temps comment
pouvons-nous justifier celui qui répond à la violence par la violence et même par la guerre?
Et, pour rester sur un plan où notre responsabilité ne peut être mise en discussion, comment
réagissons-nous aux offenses reçues? Quel poids, quelle incidence, a dans notre vie la foi
que nous professons?
Le jugement de notre Mère est clair et explicite: Petits enfants, vous êtes encore attachés aux
choses terrestres et peu à la vie spirituelle. Attachés aux choses terrestres, nous vivons pour
elles, à elles nous sacrifions le meilleur de nos énergies, la plus grande partie de notre temps,
Eco
http://space.virgilio.it/mcombz@tin.it/echo/fra162.html (1 of 23) [5/3/2002 6:27:07 PM]
background image
oubliant (ou reléguant bien loin) l'Esprit qui est en nous. La vie spirituelle à laquelle la
Sainte Vierge nous appelle n'est pas une fuite de la réalité, ni un refuge auquel recourir dans
des circonstances ou des moments particuliers de notre vie. C'est une invitation et un
stimulant à nous décider pour Dieu, c-à-d. à Lui donner la place qui Lui est due, à édifier
notre vie sur le roc (Mt.7,24).
La conversion quotidienne consiste à suivre le Christ jour après jour; travailler avec Lui,
reposer avec Lui, aimer avec Lui, souffrir avec Lui, être heureux avec Lui, respirer avec Lui.
Nous avons tout reçu de Dieu par le Christ Jésus et en Lui se trouve la réalisation de notre
réponse à l'amour de Dieu. Habités par son Esprit nous pouvons voir quelle espérance nous
ouvre Son appel, quels trésors de gloire renferme Son héritage parmi les saints (Eph.1,18).
La conversion est certainement un don gratuit de Dieu, mais, comme tous les dons, il nous
est proposé mais pas imposé; à nous de l'accueillir ou de le refuser. Mais puisque se
convertir signifie accueillir le Christ, la conversion requiert de laisser le péché et se décider
pour l'amour envers Dieu et le prochain; le Christ ne peut cohabiter avec le péché, ni vivre
dans un cœur où il n'y a pas place pour l'amour. La conversion demande le respect de nos
promesses baptismales et leur accomplissement dans notre vie. Ce n'est pas en me disant
‘Seigneur, Seigneur', qu'on entrera dans le Royaume des cieux, mais c'est en faisant la
volonté de mon Père qui est dans les cieux (Mt.7,21).Faire la volonté de Dieu, c-à-d. vivre
comme Il veut: le modèle est Jésus. Nous pouvons essayer de L'imiter, mais le risque
d'erreur est trop grand; facilement nous pouvons défigurer son image et Lui substituer nos
propres idoles. Pour ne pas nous égarer, un seul moyen: Le laisser vivre en nous; et c'est ici
que nous rencontrons Marie, Celle qui en plénitude a accueilli Dieu en Elle et qui sait
comment nous instruire, nous guider, nous former; notre Mère l'a toujours fait depuis que
Jésus mourant nous a confiés à Elle et, dans ces temps, Marie est en train de l'accomplir de
manière exceptionnellement explicite. Confions-nous à Elle, accueillons Ses messages dans
la profondeur de notre cœur et l'Amour triomphera dans le monde. Nuccio Quattrocchi
Message de Marie du 25 février 2002:
"Chers enfants! En ce temps de grâce, Je vous appelle à devenir des amis de Jésus.
Priez pour la paix dans vos cœurs et travaillez à votre conversion personnelle. Petits
enfants, seulement ainsi vous pourrez devenir témoins de la paix et de l'amour de Jésus
dans le monde. Ouvrez-vous à la prière afin que la prière soit un besoin pour vous.
Convertissez-vous, petits enfants, et travaillez afin que le plus d'âmes possible
apprenne à connaître Jésus et Son amour. Je vous suis proche et Je vous bénis tous.
Merci d'avoir répondu à mon appel".
Amis de Jésus
"Seigneur, celui que tu aimes est malade" (J.11,3) envoyèrent dire à Jésus les sœurs de
Lazare: Marthe et Marie. En ce temps de grâce Je vous invite à devenir amis de Jésus, nous
dit Marie, notre Mère. Etre amis de Jésus; avoir avec Lui un rapport vital, concret, réel. Etre
Son ami comme l'était Lazare; parler avec Lui, se confier à Lui, jouir de Sa présence, rester
Eco
http://space.virgilio.it/mcombz@tin.it/echo/fra162.html (2 of 23) [5/3/2002 6:27:07 PM]
background image
longtemps avec Lui. Jésus n'est pas un personnage historique, pas plus qu'un Dieu qui soit
venu trouver les hommes il fut un temps…: Il est vivant, Il est présent dans le monde, Il est
avec nous tous les jours jusqu'à la fin du monde (Mt.28,20). Ceci est un temps de grâce, un
temps où Jésus nous sort de nos tombes, vraiment comme Il l'a fait pour Lazare. C'est un
temps de conversion, temps utile pour passer de la mort à la vie. Priez pour la paix dans vos
cœurs et travaillez à votre conversion personnelle, nous exhorte Notre-Dame. L'Amour
personnel de Jésus pour chacun de nous attend notre propre réponse, précisément notre
conversion. Mais, pour autant que nous puissions être vertueux et pieux, notre engagement
n'est jamais totalement adapté; il faut que l'Esprit Saint vienne à notre secours, et cela
requiert l'ouverture de notre cœur, l'abandon à Dieu, comme Marie nous l'a demandé si
souvent. Ce n'est pas difficile; faisons les premiers pas comme Elle nous l'a enseigné et nous
apprendrons vite à courir. Alors, la prière ne sera plus une pratique pieuse mais une
exigence vitale, une expérience de joie: ouvrez-vous à la prière afin que la prière soit un
besoin pour vous. Ouvrez-vous à la prière pour qu'elle soit une expression vivante d'un
rapport vital avec Dieu, un colloque dans lequel il n'y a pas seulement requête mais aussi
rencontre, dialogue, communication et communion. La prière devient ainsi une force qui
pousse à la conversion, qui accompagne le cheminement vers Dieu, qui permet une réelle
expérience de Dieu. Prière et conversion sont des facteurs essentiels pour témoigner de la
paix et de l'amour de Jésus pour le monde. On peut témoigner seulement de ce dont on a une
expérience directe. Notre témoignage serait d'une pauvreté insupportable si nous n'étions pas
contemplateurs de Son Visage, nous dit le Saint Père dans ‘Novo millennio ineunte'. Amis
de Jésus, pour témoigner au monde ce que voient les yeux de notre esprit, ce que contemple
notre cœur, ce que touche notre âme (1 J.1,1). Amis de Jésus comme Lazare après la
résurrection; libérés et invités à aller. Libérés des bandelettes et des suaires de ce monde,
libres de toute rancœur, haine, mécontentement, méfiance, libres de tout égoïsme, de nos
doutes et préoccupations; re-nés, nous allons par le monde. Travailler pour le Royaume,
c'est avant tout travailler sur nous, à l'intérieur de nous; c'est se laisser posséder toujours
plus profondément par l'Esprit d'Amour; voici ce qu'est la conversion qui nous rend capables
de travailler afin que le plus d'âmes possible apprenne à connaître Jésus et Son Amour.
Nuccio Quattrocchi
Eglise-Chine:
vers un rapprochement
La Chine et l'Eglise catholique sont toutes deux parmi les plus anciennes institutions
vivantes et agissantes dans le monde, comptant à elles deux plus d'un milliard de fils et de
filles. Ce n'est pas un mystère que le Saint Siège, au nom de l'Eglise catholique entière
souhaite l'ouverture d'un espace de dialogue avec les autorités de la République populaire
chinoise: par ces mots le Pape a relancé le difficile dialogue avec la Chine à l'occasion du
quatrième centenaire de l'arrivée à Pékin du grand missionnaire jésuite Matteo Ricci. La
Chine est un pays officiellement athée mais, outre le bouddhisme et le taoïsme sont présents
environ 12 millions de catholiques (1% de la population) divisés entre une Eglise officielle
Eco
http://space.virgilio.it/mcombz@tin.it/echo/fra162.html (3 of 23) [5/3/2002 6:27:07 PM]
background image
(Eglise patriotique) reconnue par le gouvernement chinois, et l'autre clandestine qui a payé
par les persécutions, la prison, l'exil et le sang de nombreux martyrs sa fidélité à Rome.
Au-delà des questions politiques ouvertes depuis plus d'un demi siècle, et des difficultés
compréhensibles de réconciliation entre deux communautés qui se sont refusées
réciproquement depuis des décennies, il n'y a aucun obstacle doctrinal insurmontable qui
empêche l'unification de l'Eglise chinoise. Le gouvernement de Pékin demande au Saint
Siège la rupture des relations diplomatiques avec Taiwan (une ex-île chinoise, maintenant
Etat indépendant sur lequel la Chine revendique son autorité) et la non ingérence vaticane
dans les affaires internes de la Chine; cela se traduirait par une limitation de la part du
Vatican dans la nomination d'évêques chinois qui ne soient pas agréables au gouvernement;
également, une non intervention sur des questions sociales, comme par ex. la stérilisation
forcée des femmes pratiquée depuis longtemps par le gouvernement chinois pour le contrôle
des naissances - contre laquelle l'Eglise s'est exprimée à plusieurs reprises.Un
rapprochement entre le Saint Siège et la Chine mettrait fin à la dure persécution contre les
catholiques chinois et favoriserait l'évangélisation d'un pays immense qui représente presque
un cinquième de la population mondiale. Du reste, de nombreux observateurs internationaux
considèrent la Chine comme l'une des plus grandes puissances du futur qui exerceront en
Asie une influence politique, économique et culturelle majeure. On comprend donc le rôle
important que l'Eglise chinoise peut développer dans tout le continent asiatique où jusqu'à
présent le christianisme, malgré la grande sensibilité religieuse des orientaux, a trouvé un
accueil insuffisant.
Dans son discours de commémoration, le Pape a fait notre "mea culpa" pour les erreurs
passées qui ont provoqué des incompréhensions et endommagé le dialogue avec le peuple
chinois, se référant ainsi à l'action de ces missionnaires qui, au neuvième siècle, recouraient
à l'appui des puissances européennes. Malheureusement, l'action missionnaire en Chine a été
entravée également par des divergences internes, litiges, rivalités entre les divers ordres
religieux, disputes théologiques, etc…qui créeront de graves dommages au processus
d'évangélisation et qui empêcheront, dès le 17èe siècle, le Christianisme d'être considéré
comme une religion reconnue et acceptée en Chine. Le Saint Père a souligné l'authentique
action missionnaire du P. Ricci qui, annonçant la révélation chrétienne, ne détruisait pas,
mais en fait valorisait et complétait tout le beau et le bon, le juste et le saint dont l'antique
tradition chinoise avait eu l'intuition et transmis; de même avaient oeuvré les Pères de
l'Eglise dans les premiers siècles, lors de la rencontre entre le message de l'Evangile et la
culture gréco-romaine.
Ce qui s'est produit en Chine doit être pour nous un avertissement afin d'éviter
qu'aujourd'hui aussi la nouvelle évangélisation de l'Occident s'arrête, face aux murs des
apathies et des rivalités entre les mouvements, des accusations réciproques entre les Eglises,
de la séparation parmi les Chrétiens, du mauvais témoignage qui rend vain tout effort et fait
plus de dommages que les persécutions.
Mirco Trabuio
Eco
http://space.virgilio.it/mcombz@tin.it/echo/fra162.html (4 of 23) [5/3/2002 6:27:07 PM]
background image
Encore trop de catholiques dans les prisons chinoises
Il est de toute évidence qu'une campagne de répression est menée par le gouvernement
central de Chine contre toutes les religions "non approuvées", parmi lesquelles les Eglises
chrétiennes clandestines. C'est ce qui ressort des 7 documents jusqu'ici tenus "top secret" et
qui maintenant sont rendus publics par quelques fonctionnaires du ministère de la Sécurité
de l'Etat, voisins des groupes religieux persécutés. Rédigés dans la période de deux ans et
demi (1999-2001), ces documents apparaissent dans le vent d'un possible dialogue avec le
Saint-Siège qui pourrait amener une normalisation des rapports. Ainsi dans le premier
document secret on affirme que "dans la prospective de possibles rapports diplomatiques
avec le Vatican, il faut accroître le contrôle sur les communautés et renforcer l'Association
patriotique". Peu après était lancée la loi qui règle les "cultes hérétiques" et qui insère "les
religieux coupables" dans les mesures de sécurité nationale. Selon cette norme les fidèles
sont condamnés comme criminels provoquant des désordres sociaux.
Peut-être est-ce justement en vertu de cette loi que le gouvernement tient encore en prison
des évêques et des prêtres de l'Eglise non officielle. Actuellement sont
connus&endash;selon l'Agence Fides&endash;30 noms de prélats et ecclésiastiques
(beaucoup d'entre eux âgés) séquestrés ou empêchés d'exercer leur ministère et 20 autres qui
restent inconnus. Leur destin: la prison, les travaux forcés, les sessions de rééducation pour
les convaincre de passer de l'obéissance à Rome à l'obéissance au régime de Pékin. "...Le
Vatican est encore en train de chercher toutes les occasions pour intervenir dans les affaires
internes des Eglises catholiques de notre pays..." voilà ce qu'on lit dans un des documents.
Ces expressions sans ambiguïté arrivent aux oreilles de beaucoup en Occident, mais ils
préfèrent fermer les yeux face à tant de fausseté: il faut bien garder l'amitié d'un pays si
avantageux pour le commerce. A nous, "catholiques libres" le devoir de prier pour que Dieu
protège les persécutés et bloque le développement de cette honteuse campagne contre la
liberté religieuse.
S.C.
Le train des religions
-
Le voyage
Un train blanc de six wagons quitte le Vatican tôt le matin. C'est le début d'un pèlerinage
hors du commun, non seulement pour l'événement, mais surtout pour les pèlerins que
transporte le convoi. Toutes les voitures de première classe sont ouvertes, afin que les hôtes
puisent circuler, se rencontrer, se saluer, converser. Il a été rebaptisé ‘train des religions'
celui qui, le 24 janvier a porté les représentants de presque toutes les fois du monde à
Assise, en réponse à l'appel du Saint Père: "Nous sommes venus à Assise en pèlerinage de
paix. Nous sommes ici, représentants de religions diverses, pour nous interroger face à Dieu
sur notre engagement pour la paix, pour Lui en demander le don, pour témoigner de notre
commune aspiration vers un monde plus juste et solidaire".
Eco
http://space.virgilio.it/mcombz@tin.it/echo/fra162.html (5 of 23) [5/3/2002 6:27:07 PM]
background image
Cette rencontre n'est pas la première; déjà en 1986 J.P.II les avait invités dans la maison de
St François: le poverello d'Assise est aimé non seulement des chrétiens, mais de tant d'autres
croyants et de gens qui, pourtant loin de la religion, se reconnaissent dans les idéaux de
justice, de réconciliation, de paix, qui furent les siens, explique le Souverain Pontife dans
son discours. Deux heures de voyage dans la campagne parmi les collines de la verdoyante
terre ombrienne. Ce même train fut utilisé par le Pape Jean XXIII pour se rendre à Assise et
à Lorette le 4 octobre 1962: le ‘bon Pape' avait déjà eu l'intuition que pour se faire proche
des gens il fallait vivre avec simplicité leurs expériences mêmes. Aujourd'hui aussi est
absente toute formalité; le protocole est de trop le jour où l'on veut témoigner que l'humanité
entière peut former une unique famille, même dans la variété de ses membres: "Avec
émerveillement nous constations la variété avec laquelle la vie humaine se manifeste, à
partir de la polarité féminine et masculine - commente le successeur de Pierre - jusqu'à une
multiplicité de dons caractéristiques (propre des diverses cultures et traditions) qui forment
un cosmos multiforme et polyédrique, linguistique, culturel et artistique. C'est une
multiplicité appelée à s'intégrer dans la comparaison et dans le dialogue pour
l'enrichissement et la joie de tous".
L'esprit œcuménique
Un fil invisible relie donc tous, malgré les différences évidentes de race, culture, provenance
et foi, témoignées par la coupe des habits multicolores, capables presque de former un
brillant arc-en-ciel: "Louons Dieu pour la beauté du cosmos et de la terre, ‘jardin'
merveilleux qu'Il confie à l'homme pour qu'il le cultive et le garde (cfr Gen.2,15). Il est bon
que les hommes se souviennent d'avoir à se rencontrer en un ‘massif' de l'immense univers,
créé par Dieu pour eux" dit ce Pape polonais, qui apparaît aujourd'hui particulièrement
dispos et en bonne santé. Chacun d'eux est venu dire qu'il croit en Dieu, dont le nom est
PAIX, dans le Dieu qui est ‘le tout', et auquel chacun devra, à la fin, se présenter pour rendre
des comptes. Et il devra surtout rendre compte de l'usage qu'il aura fait de sa propre vie et
du respect manifesté dans les confrontations avec celle d'autrui.
12 religions, plus de 50 délégations, 200 représentants réunis sous une tente près de la
Basilique de St François. Dans la matinée, quelques-uns d'entre eux lisent un témoignage
afin d'apporter ainsi leur propre contribution pour "éloigner les nuages du terrorisme, de la
haine, des conflits armés, nuages qui, dans ces derniers mois se sont particulièrement
amoncelés à l'horizon de l'humanité". Aucun risque de confusion, de syncrétisme: "Nous
voulons nous écouter les uns les autres - dit le Saint Père - et déjà cela, nous le sentons, est
un signe de paix. Déjà cela sert à dissiper les brumes de la suspicion et de
l'incompréhension".
La prière
Vient le moment de la prière, sans doute l'instant le plus important. Les délégations se
répartissent dans les différents lieux de la basilique pour faire monter vers Dieu leur propre
invocation, chacune à sa manière. Les chrétiens de toutes les confessions font cercle autour
du St Père dans la Basilique inférieure; aux musulmans est destinée une pièce orientée vers
la Mecque, aux autres divers locaux opportunément dépouillés des symboles de la religion
Eco
http://space.virgilio.it/mcombz@tin.it/echo/fra162.html (6 of 23) [5/3/2002 6:27:07 PM]
background image
catholique, dans le respect de l'originalité de chacun. "Nous voulons montrer au monde que
l'élan sincère de la prière ne pousse pas à l'opposition et moins encore au mépris de l'autre,
mais plutôt à un dialogue constructif". C'est le sens de la prière adressée au même Dieu,
quand bien même elle revêt des formes différentes. Et pour sceller l'unité d'une heure aussi
solennelle, la table des frères accueille les participants pour leur offrir le repas selon le style
franciscain, fait de chaleur et de fraternité.
L'engagement des religions
Enfin, voici venu l'ultime acte de la journée: la lecture de l'Engagement commun pour la
paix par la voix de 12 leaders qui, au nom de tous, vont engager en priorité à promouvoir et
garder la vie humaine et la paix; vraiment comme l'annonce le Patriarche œcuménique
Bartholomée 1er qui ouvre la succession des interventions: "pour construire la paix il est
nécessaire d'aimer son prochain en respectant la règle d'or: ‘fais aux autres ce que tu
voudrais que l'on te fasse à toi'. Nous nous engageons donc à ‘éduquer les personnes à se
respecter réciproquement', ajoute l'exposant de la religion Sikh… ‘à pardonner
réciproquement les erreurs et préjudices du passé et du présent', annonce l'évêque orthodoxe
Vasilios, tandis que le représentant du confucianisme déclare s'engager ‘à demeurer du côté
de celui qui souffre dans la misère et dans l'abandon, nous faisant voix de celui qui n'a pas
de voix, dans la conviction que nul ne peut être heureux tout seul'. Enfin résonnent les
paroles de conclusion: "Nous, personnes de traditions religieuses diverses, nous ne nous
lasserons jamais de proclamer que PAIX ET JUSTICE SONT INSEPARABLES. La liberté
et la paix ne pourront être garanties par la force, mais par la confiance réciproque".
La lumière qui dissipe les ténèbres
Significatif fut le geste de confier à chacun des exposants religieux une lampe allumée, à
déposer - l'une à côté de l'autre - sur un haut piédestal placé au centre de l'assemblée. Tant
de petites lumières qui acceptent de rester ensemble pour réunir lumière et chaleur à donner
à un monde enténébré et froid. Ce sont des flammes de foi et d'espérance en Dieu qui est
‘Lumière très pure'. Ce sont les flammes de l'amour des cœurs disposés à aimer sans
condition ni intérêt, en vertu de l'unique Dieu qui est Amour. "Les ténèbres ne se dissipent
pas avec les armes; les ténèbres s'éloignent en allumant des phares de lumière" rappelle
Jean-Paul II, qui conclut la lecture en prononçant son solennel ‘jamais plus': "Jamais plus de
violence! Jamais plus de guerre! Jamais plus de terrorisme! Qu'au nom de Dieu toute
religion apporte sur la terre Justice et Paix, Pardon et Vie, Amour!"
L'accolade de paix
Les lampes ne sont pas les seules à resplendir. Les visages aussi semblent mystérieusement
illuminés par une lumière qui se dégage de l'âme de chacun, transfigurant visages, regards,
sourires. Un sentiment de profonde gratitude pour ce qui est vécu imprègne l'atmosphère et
accompagne l'embrassement de paix que les participants échangent en conclusion de la
rencontre. Il est temps de repartir. Le train les attend sur le quai qui conduit à Rome, la Cité
de Pierre. Encore un jour ensemble et puis chacun retournera auprès des siens pour allumer
en eux le flambeau du pardon et de la justice: "Avancez vers le futur en tenant haut le
Eco
http://space.virgilio.it/mcombz@tin.it/echo/fra162.html (7 of 23) [5/3/2002 6:27:07 PM]
background image
flambeau de la paix. Le monde a besoin de sa lumière!"
Stefania Consoli
Cinq nouveaux saints
et l'Eglise est en fête
Padre Pio de Pietrelcina et Ignace de Santhia, José Maria Escriva de Balaguer, Juan Diego
Cuautlatoatzin et Benedetta Cambiagio Frassinello. Deux frères capucins, le fondateur de
l'Opus Dei, le petit voyant de Guadalupe, la fondatrice des Bénédictines de la Providence:
cinq Bienheureux pour lesquels la Congrégation pour les Causes des Saints a promulgué les
décrets de canonisation, et qui bientôt, dès que le Pape fixera la date pour la cérémonie,
seront élevés publiquement aux honneurs des autels. A la signature des décrets de la part du
Pape ont assisté, à côté des cardinaux, évêques, postulants des causes et responsables des
congrégations religieuses intéressées, également le petit Matteo Pio Colella, l'enfant
miraculé par le Padre Pio, avec ses parents. Le miracle qui est attribué au capucin de
Pietrelcina est advenu l'année même de sa béatification.
(du quotidien Avvenire')
Les médias
et la magie
Les moyens de communication de masse, appelés ‘médias', ont été conçus pour être au
service de l'information, de la culture, de la détente… Cependant, de plus en plus
souvent ils se font malheureusement canaux à travers lesquels passent des messages
dangereux et polluants pour l'âme, le psychisme et la conscience de ceux qui en sont,
plus ou moins consciemment, les destinataires.
Don Gabriel Amorth décrit les causes et les effets de ce phénomène pour orienter un
juste discernement dans la foi.
En Italie, douze millions de personnes fréquentent les mages. Dernièrement l'arrestation de
Wanna Marchi qui (à travers son émetteur de télévision privé n.d.r.) extorquait même des
centaines de millions pour vendre…'des imbroglios', a fait grand bruit. On sait que la page
de l'horoscope est la plus lue des journaux et que très nombreux - trop nombreux - sont ceux
qui se consacrent à tenter fortune aux jeux de hasard, paris, loto ou autres, au point de ne
plus travailler, dans l'attente d'un heureux coup du sort.
Qu'y a-t-il à la base de tout ce mouvement, qui engage des centaines de milliards? Si, d'une
certaine façon on note la suggestion du désir d'un gain facile, il est aisé d'autre part de faire
une tout autre distinction: on veut connaître le futur, on veut influer sur la volonté et sur le
sort des autres; souvent on prend la voie de l'occultisme pour parler avec les défunts, par
curiosité, par superstition. Et les mass media divulguent toujours davantage ces formes de
Eco
http://space.virgilio.it/mcombz@tin.it/echo/fra162.html (8 of 23) [5/3/2002 6:27:07 PM]
background image
recherche, relevant de superstitions qui deviennent des manies.Mais si nous voulons aller
dans la profondeur des choses, surtout en regardant toutes les formes de magie et
d'occultisme, la vraie cause est le manque de foi: l'homme ne recourt plus à Dieu et à ce qui
le rapproche de Lui (prière, sacrements, prêtres), mais tourne ses regards vers le monde de
l'ésotérisme. Pourtant la Bible parle clairement: plus de trente fois elle s'en prend aux mages
et aux sorciers. Un des textes les plus riches est celui que nous trouvons dans le
Deutéronome. "Lorsque tu seras entré dans le pays que Yahvé ton Dieu te donne (c-à-d. en
terre païenne, parmi des gens de mentalité païenne) tu n'apprendras pas à commettre les
mêmes abominations que ces nations-là. On ne trouvera chez toi personne qui fasse passer
au feu son fils ou sa fille, qui pratique divination, incantation, mantique ou magie, personne
qui use de charmes, qui interroge les spectres et devins, qui invoque les morts. Car
quiconque fait ces choses est en abomination à Yahvé" (18,9-12).
La tentation est grande de croire s'en tirer en beauté, de dire ‘se comporter en gens au
courant et modernes', affirmant: "Je crois en Dieu mais je ne suis pas pratiquant". Ou bien
de mépriser les commandements de Dieu; pourtant l'Evangile est clair: "Ce n'est pas en
disant ‘Seigneur, Seigneur', qu'on entrera dans le Royaume des Cieux, mais c'est en faisant
la volonté de mon Père qui est dans les cieux" (Mt 7,21). Et les médias, qui pourraient avoir
une influence résolument positive pour mettre en lumière les vraies valeurs et donc œuvrer
pour l'éducation des mœurs, sont - dans la majeure partie des cas - alignés vers l'action
négative, pour le plus grand dommage de l'homme.
don Gabriele Amorth
Le saint de la paix
"Quiconque aura laissé maisons, frères, sœurs, père, mère, enfants ou champs, à cause de
mon nom, recevra bien davantage et aura en héritage la vie éternelle"
(Mt.19,29)
L'invitation du Maître est limpide: il faut laisser tout ce que l'on possède pour recevoir en
héritage le Royaume… Mais ce n'est pas si simple… "Bruder Klaus" (Frère Nicolas),
comme il est affectueusement appelé dans toute la Suisse, fut parmi ceux qui surent
accueillir cette invitation dans toute sa radicalité et le fit - pouvons-nous dire - ‘à la lettre'.
Nicola de Flue vécut au Xvème siècle dans un petit bourg de la Suisse centrale (né à Flueli
en 1417); dès sa petite enfance, il vivait un rapport très intense avec Dieu: on dit que parfois
dans le sein maternel, il avait des visions. M.Louise von Franz, une célèbre psychanalyste
disciple de Jung, "affirme que nous ne pouvons pas savoir ce qui arrive à un enfant dans
l'utérus maternel. Certes, aujourd'hui il est possible d'écouter les battements du cœur,
d'enregistrer les ondes cérébrales avant la naissance. Nous savons que l'enfant rêve déjà et
qu'il a donc une expérience psychique. En l'occurrence, ces visions sont considérées comme
un premier miracle". Le petit Klaus se distinguait donc déjà des autres enfants, auxquels il
préférait la prière solitaire et les petits renoncements qu'il offrait volontiers à Dieu.
Eco
http://space.virgilio.it/mcombz@tin.it/echo/fra162.html (9 of 23) [5/3/2002 6:27:07 PM]
background image
"Quiconque aura laissé enfants, champs…" En 1447 Nicola épousa Dorothée Wyss; ce fut
un mariage d'amour et commença une vie sereine parcourue dans la joie familiale, enrichie
par l'arrivée de 10 enfants, 5 garçons et 5 filles. Le travail dans les champs, auquel Nicola se
consacrait, était dur mais donnait aussi beaucoup de fruit, faisant l'admiration de tous. Les
énergies du bon Klaus ne se limitaient pourtant pas à ses champs: grâce à sa sagesse
éloquente et honnête lui furent confiées aussi des charges publiques telles que conseiller
municipal et juge. Mais tout ceci ne suffisait pas à Dieu. "Tu dois faire ce que Je te dirai"
entendit-il le Seigneur lui dire dans une vision tandis qu'il travaillait dans la campagne.
Paroles inattendues, mais qui confirmaient cette sorte d'inquiétude que cet homme - aimé et
apprécié par tous, ressentait dans l'intime de son cœur; une inquiétude qui le poussait à
s'arracher de son activité mondaine pour se consacrer seulement à Dieu.
Mais comment est-il possible que le Seigneur veuille vraiment cela d'un père de famille,
chargé de responsabilités aussi bien privées que publiques? Et pourtant il en était ainsi.
Nicola, percevant en lui-même une sorte d'oppression et se sentant même attaqué par les
forces du mal, se retirait dans la solitude pour comprendre ce qui était en train de se produire
en lui, tout à fait comme lorsqu'il était enfant; et, en priant et jeûnant, il cherchait en Dieu et
dans la nature refuge et réponse à ses interrogations. Et la réponse ne se fit pas attendre:
"Quiconque laisse des enfants, des champs, pour mon nom…". C'était vraiment cela qui lui
était demandé par le Seigneur, il en était certain! Ce ne fut pas facile, surtout pour son
épouse, Dorothée, à laquelle il avait juré une éternelle fidélité. Cependant elle, femme
profondément chrétienne, donna son consentement, sachant bien que son époux "choisissait
la meilleure part". C'est ainsi qu'en octobre 1467 Nicola, en accord avec sa famille et avec
l'approbation de la sainte Eglise, pieds nus et vêtu seulement d'une tunique, partait vers
l'Allemagne pour se joindre à des ermites.
Mais à la frontière il vécut un épisode qui le terrorisa. Une voix sortit du ciel, qui lui
ordonnait: "Arrête-toi!" "Tout se teinta de rouge, ce fut la panique, il s'enfuit sans but…Puis
un paysan l'arrêta et, entendant ses propos, lui conseilla de retourner chez lui. Nicola ne
savait plus que faire. Il se réfugia dans un bois. Une lumière intense lui apparut du ciel et le
blessa au ventre". (depuis ce moment, "Bruder Klaus" cessa mystérieusement de manger
pour se nourrir seulement du pain eucharistique et témoigner ainsi le Royaume de Dieu).
Cette forte expérience le traumatisa, le poussant à revenir sur ses pas, mais quelle
humiliation!
Il avait déjà laissé tout et tous. Il décida alors de s'établir dans une petite bicoque à Ranft,
une vallée limitrophe de son pays, pour vivre dans la solitude son colloque avec Dieu. "Il vit
s'approcher de lui le Paraclet, l'Esprit Saint qui lui dit de Le suivre pour voir le Père. Dieu le
Père lui apparut et le remercia pour ce qu'il avait fait pour son Fils. Nicola dit n'en avoir
aucun mérite…". Ces formes d'expériences mystiques accompagnaient Nicola dans sa vie
d'ascèse faite d'intenses méditations (surtout sur la passion du Christ) et de prière (dans ses
retraites, le rosaire devint un inséparable compagnon).
"Mon Seigneur et mon Dieu, prends-moi tout ce qui me sépare de Toi. Mon Seigneur et mon
Dieu,
donne-moi tout ce qui m'attire à Toi Mon Seigneur et mon Dieu, retire-moi de
moi-même et donne-moi tout à Toi".
Eco
http://space.virgilio.it/mcombz@tin.it/echo/fra162.html (10 of 23) [5/3/2002 6:27:07 PM]
background image
Telle était la prière qui remplissait son âme et sa cellule, lui rendant paix et harmonie
intérieure. Mais ce n'était pas à lui seul qu'étaient destinés tous ces biens. De nombreux
pèlerins venaient, attirés par la pureté de son cœur: hommes, femmes, malades et pécheurs
recherchaient l'aide du ‘saint vivant'. La purification intérieure vécue par Nicola avait affiné
le don de thaumaturge reçu de Dieu: en consolant et maîtrisant le mal, il devinait les
afflictions des âmes avant qu'elles lui soient exposées.
"La paix est toujours en Dieu parce que Dieu est la paix…" disait Nicola. Nous croyons
entendre les paroles de notre Pape J.P.II, qui vraiment, en ces temps, exhorte les nations à
rétablir la paix en affirmant: Il n'y a pas de paix sans justice, il n'y a pas de justice sans
pardon…" (Message pour la célébration de la Journée mondiale de la paix - 1er janvier
2002). C'est donc un discours actuel que les vicissitudes sans cesse renaissantes vécues par
Nicola de Flue imprima dans son cœur; il conseilla à la Conférence helvétique, quasi sur le
point de se dissoudre: "Soyez amicaux, parce qu'une chose bonne en amène d'autres. Mais si
la chose bonne ne peut être conciliée dans l'amitié, acceptez que la justice soit la meilleure
solution".
Faisant presque écho à ces expressions emplies de sagesse, J.P.II dit, lors d'une Messe
célébrée en 1984 dans l'ancien bourg suisse: "Nicola de Flue nous exhorte à la paix dans
notre propre pays et à la paix dans le monde, mais il nous exhorte spécialement à la paix
dans notre cœur. La paix doit être acquise, soufferte, obtenue". Déjà alors, le S.Père nous
désignait le dialogue comme voie qui conduit à la réconciliation: "Bonté et bienveillance
sont la première et fondamentale condition pour la paix dans la vie d'une communauté
comme dans la vie de chacun - continuait-il dans son homélie - Il est nécessaire de
s'accepter l'un l'autre avec toutes les diversités, et donc de pouvoir renoncer à affirmer des
droits, même s'ils sont justifiés". En mars 1487 une intense et douloureuse maladie frappa le
corps fragile, désormais septuagénaire, de Bruder Klaus, le conduisant rapidement à la mort.
Mais pour beaucoup, il était encore vivant, poursuivant son avertissement continuel et
silencieux en faveur de la paix, et continuant ainsi à montrer sa bonté à tous ceux qui
l'invoquaient.
Canonisé par Pie XII en 1947, il fut protagoniste à la fin de la seconde guerre mondiale d'un
événement qui sauva la Suisse de l'invasion nazie: "Vers 21 heures, je vis dans le ciel, au
nord-ouest de Waldenburg - raconte un témoin - une lumière intense qui, un temps très bref,
prit clairement la forme d'une main…" . Selon les 43 témoins il s'agit vraiment de la main de
Nicola qui, encore une fois, voulut protéger sa patrie.
De la Rédaction
Pour mieux connaître
et aimer Marie
"Toutes les générations me diront bienheureuse" a prohétisée la Vierge Marie. Et c'est bien
ce qui s'est passé: car Elle a effecivement été dite "bienheureuse" par toutes les langues et
toutes les générations. Il n'y a pourtant actuellement aucun lieu sur la terre pour se rendre
Eco
http://space.virgilio.it/mcombz@tin.it/echo/fra162.html (11 of 23) [5/3/2002 6:27:07 PM]
background image
vraiment compte de cette réalité et pour toucher du doigt la grandeur, la beauté et la
profondeur du mystère de la Mère de Dieu. A la suite d'un concours, le projet de construire
un Centre marial international avec la participation de toutes les Eglises chrétiennes
traditionnelles de Terre Sainte s'est concrétisé à Nazareth même, au coeur de la ville, en face
de la Basilique de l'Annonciation.
Beaucoup de choses restent à faire encore et les organisateurs cherchent a créer des
Associations de soutien à ce projet dans tous les pays du monde afin de créer des liens avec
tous les sanctuaires, mouvements et enfants de Marie. Si vous êtes intéressés, contactez
l'Association des Amis du Musée Marie de Nazareth (59 avenue de la Bourdonnais Paris 7°
- fax: 01 42 50 68 35 - e-mail: olbns@easynet.fr) qui vous transmettra un dossier complet
précisant les soutiens, le contenu envisagé, le programme de la réalisation et l'oganisation à
mettre en place chez vous.
Jacques Martin de la Bastide
La prière autour
des "Vierges pèlerines"
Le mouvement de prière et de paix qui se développe autour des "Vierges pèlerines" pour
l'unité des chrétiens et la conversion du monde, s'est accéléré après les événements du 11
septembre. Les organisateurs recevaient trois à quatre lettres d'Evêque par jour, pour
demander de nouvelles statues, en ces temps difficiles, où le secours de l'intercession
mariale est plus nécessaire que jamais. 1000 statues ont été commandées en mai. 1400
nouvelles arrivent ces jours-ci et les envois se poursuivent. Les visites des statues et icônes
de la Mère de Dieu suscitent de nombreux fruits de conversions, retours à Dieu, confessions,
adoration et vocations. Il est possible d'adresser de nouvelles "Vierges pélerines" à ceux qui
s'engagent à faire pèleriner les statues ou icônes de la Mère de Dieu de paroisse en paroisse,
de foyer en foyer, avec à chaque étape des veillées de prière et d'évangélisation. Nous
serions aussi très heureux de recevoir de temps en temps des nouvelles, des articles, des
photos, qui constituent des témoignages importants pour les milliers de personnes qui
offrent, si généreusement, les sommes nécessaires à l'achat des statues et à leurs frais d'envoi
dans le monde. Tous ensemble, aidons Marie à poursuivre par toute la terre sa "visitation à
Elisabeth"!
Pour recevoir une Vierge que vous ferez péleriner, contactez-nous à:
Notre-Dame de France - 48 Avenue de Paris - 91410 Dourdan - France -fax: 00 33164 59 65
22- e-mail: olbns@easynet.fr
Pour aider au financement des statues et des envois, adressez vos dons à:
Notre-Dame de France - 11 rue des Ursulines - 93200 Saint Denis - France
(virements sur le compte "Confrérie ND de France" - Crédit Lyonnais Saint Denis Basilique
- n° 30002 / 00536 / 0000008657 R / 78) Edmond Fricoteaux
Eco
http://space.virgilio.it/mcombz@tin.it/echo/fra162.html (12 of 23) [5/3/2002 6:27:07 PM]
background image
" Revenez à la ferveur primitive"
"Je suis avec vous…"
Dans de très nombreux messages, la Reine de la Paix souligne, avec une insistance tout à
fait particulière que, dans ce temps de grâce, Elle est avec nous: "Chers enfants…Je suis ici
avec vous pour vous aider et pour vous guider sur une nouvelle route, vers une vie nouvelle"
(25.10.92). En réalité ceci est le premier et le plus important message que Marie offre au
monde à Medjugorje: aujourd'hui la Madone chemine de manière spéciale aux côtés de Ses
enfants: "Mon Cœur suit votre pas avec sollicitude" (25.12.86). La présence de la reine de la
Paix dans le monde est en fait un grand don de grâce jailli de l'amour miséricordieux du
Père, qui désire "faire toutes choses nouvelles" (Ap.21,5) à travers Celle "qui brille devant le
peuple de Dieu, pèlerin, comme un signe de sûre espérance et de consolation, jusqu'à ce que
vienne le jour du Seigneur" (Lumen gentium n°68). Marie nous confirme: "Dans la bonté et
l'amour de Dieu le Créateur Je suis, Moi aussi, comme un don" (25.10.95) et encore: "Par
amour de l'homme, Dieu M'envoya pour vous montrer le chemin du salut, le chemin de
l'amour" (25.4.95).
A ces paroles chargées de grâce prophétique semble faire écho le magistère inspiré de
l'actuel Pontife: "En ce temps de vigile, Marie, par sa foi qui La rendit Bienheureuse… est
présente dans la mission de l'Eglise, présent dans l'œuvre de l'Eglise qui introduit dans le
monde le Règne de son Fils. Cette présence de Marie trouve aujourd'hui de multiples
moyens d'expression…" (Encyclique "Redemptoris Mater" n°28). En réalité, vraiment en ce
temps - à côté d'une apparente intensification de l'agressivité des puissances des ténèbres -
est également visiblement en action une extraordinaire puissance de grâce qui, de la source
enflammée d'amour de la Très Sainte Trinité, se déverse sur le monde à travers Celle qui en
est l'Arche et le Sanctuaire parfait, une grâce qui rejaillit directement de la profondeur du
mystère de l'Incarnation, cœur palpitant de toute l'œuvre du salut. En fait, par un dessein
éternel de Dieu, le don de l'Emmanuel, le Dieu-avec-nous, le Créateur de l'universqui se fait
proche des hommes pour les reconduire à la plénitude de la vie, passe par l'humble service
de marie, appelée à engendrer continuellement la vie surnaturelle du Verbe de Dieu dans les
âmes de ses enfants. En fait, comme affirme le Magistère de l'Eglise "Elle coopèra de
manière toute spéciale à l'œuvre du Sauveur… pour restaurer la vie surnaturelle dans les
âmes. C'est pourquoi Elle est devenue pour nous Mère dans l'ordre de la grâce" (Lumen
Gentium n°61). La présence extraordinaire de Marie, en ce temps {où de grands signes
semblent annoncer l'approche du plein accomplissement de l'œuvre du salut, préfigurée dans
le Livre de l'Apocalypse, "Je vis la cité sainte, Jérusalem nouvelle, qui descendait du ciel, de
chez Dieu; elle s'est faite belle, comme une jeune mariée parée pour son époux". (Ap.21,2)}
- s'inscrit dans le cœur de cette grande lutte cosmique entre la "Femme revêtue de soleil"
(Ap.12) et le grand dragon, "père du mensonge et homicide dès le commencement" (J.8,44)
qui "maintenant comme jamais auparavant…désire montrer au monde son visage honteux,
par lequel il veut tromper le plus de gens possible et les mener sur le chemin de la mort et du
péché" (25.09.91).
Dans le cadre d'une telle confrontation décisive entre les enfants de lumière et les puissances
des ténèbres, aujourd'hui plus que jamais toujours plus évidente, Marie est avec nous de
Eco
http://space.virgilio.it/mcombz@tin.it/echo/fra162.html (13 of 23) [5/3/2002 6:27:07 PM]
background image
manière spéciale pour nousprotéger et nous guider vers la victoire pleine et définitive de son
Cœur Immaculé, déjà annoncée à Fatima: "Je suis avec vous et J'intercède pour vous auprès
de Dieu afin qu'Il vous protège" (25.2.92); "…de telle sorte qu'avec votre aide, tout ce que je
voulais réaliser à travers les secrets que j'ai commencés à Fatima, puisse être accompli. Je
vous invite, chers enfants, à bien saisir l'importance de Ma venue et la gravité de la
situation. Je veux sauver toutes les âmes et les offrir à Dieu" (25.8.91).
Notre-Dame nous invite aussi à reconnaître et à déjouer la sournoise stratégie de satan qui
tend à confondre les cœurs en brouillant leur discernement, jusqu'à les pousser à banaliser
indûment le grand don de Sa présence spéciale parmi les hommes pour la reléguer au
nombre ambigu des nombreuses dévotions privées et des phénomènes marginaux, en niant
radicalement la valeur fondamentale de grâce pour notre temps pour le monde et pour
l'Eglise. "Priez afin de pouvoir saisir ce que Dieu veut vous dire à travers Ma présence et à
travers les messages que Je vous donne" (25.11.91); "Remerciez Dieu pour ce don: que Je
puisse être avec vous; parce que, Je vous le dis: ceci est une grande grâce" (25.7.92); "Je
suis avec vous aussi en ces jours troublés durant lesquels satan désire détruire tout ce que
Moi-même et mon Fils Jésus construisons…C'est pourquoi, petits enfants, priez, priez, pour
être capables de saisir tout ce que Dieu vous donne à travers Mes venues" (25.9.92). Ce
dessein extraordinaire de salut que le Père offre au monde pour la régénération des cœurs
des hommes et de toute la création, au moyen d'un accueil renouvelé du fleuve de vie
nouvelle qui jaillit du mystère pascal du Christ, passe en ce temps par un "oui"
inconditionnel à l'appel spécial adressé par Marie à une troupe d'enfants, que Dieu a choisis
depuis toute éternité pour en faire les "compagnons de l'Agneau" (Ap. 14), une partie des
"cent quarante quatre mille qui ont portent écrit sur leur front Son nom et celui de Son Père"
(ib), de ceux qui chantaient devant le trône de Dieu un cantique noveau" (ib), le chant libre
et joyeux des âmes complètement offertes à Dieu à travers le Cœur Immaculé de Marie.
A ceux qui acceptent de se placer sans condition au service de ce grand plan de grâce et de
salut pour les frères en ce temps que Dieu offre au monde, Lui, par Marie, fait entendre
aujourd'hui comme au temps de Moïse sur l'Horeb, les mêmes paroles, garanties inéluctables
de victoire sur toutes les puissances des ténèbres: "J'ai observé la misère de mon peuple en
Egypte… et j'ai entendu son cri… Fais sortir d'Egypte mon peuple… Je serai avec toi!"
(Ex.3,7-12). La Reine de la Paix assure en fait le don d'une présence très spéciale aux côtés
de ceux qui acceptent de s'ouvrir pleinement, dans la vérité profonde de l'âme, à l'offrande
inconditionnelle de leur vie pour le salut des frères, à ce ‘oui' qu'Elle attend "pour le
transmettre à Jésus, et qu'Il puisse vous combler de grâces" (25.5.92), afin d'en faire la clé
d'or capable de faire jaillir du Cœur du Père "riche en miséricordes", les torrents d'eau vive
que le monde, saturé de manque paix et de véritable amour, attend anxieusement: "Chers
enfants! Je vous invite à vous ouvrir à Moi et à devenir instruments entre mes mains, pour le
salut du monde" (25.3.94); "… afin qu'un fleuve d'amour puisse couler sur les peuples
remplis de haine et sans paix! Je vous appelle, petits enfants, à devenir paix où il n'y a pas
de paix, et lumière où sont les ténèbres, afin que chaque cœur accepte la lumière et le
chemin du salut" (25.2.95).Ainsi, la présence de la Sainte Vierge avec nous pourra devenir
entièrement annonce et sceau de ce nouveau temps de paix, "ce que mon Cœur attend avec
impatience" (25.6.95), le temps de l'accomplissement de l'œuvre du salut de Dieu dans le
monde, où la Communion trinitaire sera pleinement présente dans les cœurs et les âmes de
Eco
http://space.virgilio.it/mcombz@tin.it/echo/fra162.html (14 of 23) [5/3/2002 6:27:07 PM]
background image
Ses enfants, pour que le Seigneur devienne réellement Dieu-avec-nous, entrouvrant
finalement à toute la création le grand horizon de lumière qui conclut la vision de
l'Apocalypse: "Je vis un ciel nouveau, une terre nouvelle - car le premier ciel et la première
terre ont disparu - … Voici la demeure de Dieu avec les hommes! Il aura sa demeure avec
eux; ils seront son peuple et Lui, Dieu-avec-eux, sera leur Dieu. Il essuiera toute larme de
leurs yeux: de mort il n'y aura plus; de pleur, de cri et de peine, il n'y aura plus car l'ancien
monde s'en est allé" (Ap. 21).
Giuseppe Ferraro
Nouvelles de la terre bénie
De pélerin à
Curé de Medjugorje
Ce n'est pas une charge comme les autres que d'être curé de la paroisse Saint Jacques à
Medj. A ses innombrables responsabilités, il faut ajouter celle d'accueillir les millions de
pèlerins qui, du monde entier, accourent vers ce sanctuaire marial. Une tâche qui ferait
reculer même un vétéran des paroisses. Mais Fra Branko Rados, malgré sa jeunesse (il est né
à Crvenicama en 1967) réussit à faire face dans "l'esprit de joie" que, avec la simplicité
franciscaine, il transmet à tous ceux qui le rencontrent. Dans une entrevue à la revue: "Glas
Mira Medjugorje", le jeune prêtre raconte comment Dieu l'a guidé vers Medj. et comment
aujourd'hui il continue de l'accompagner dans son service à la Reine de la Paix...
"A peine avais-je fini la 7ème année de l'école obligatoire que parvint à mes
oreilles&endash;j'étais en train de faner&endash;la nouvelle que la Vierge apparaissait à
Medj. Où pouvait se trouver ce lieu? Je n'en avais aucune idée. Donc rentré à la maison, je
suis allé voir une carte géographique. En famille on priait normalement tous les soirs, mais à
partir de ce moment, nos dispositions intérieures ont beaucoup gagné et la prière a été vécue
dans un profond recueillement. A l'automne de 1981, nous décidons d'aller en pèlerinage à
pied au lieu des apparitions: 20 heures de trajet. Arrivés là-bas, nous avons vu un fleuve de
gens qui rentraient de la veillée en chantant, en priant, ce qui était déjà un très grand signe.
Cette rencontre avec Medjugorje a été déterminante pour mon choix et du sacerdoce et de la
vie consacrée. "Suis-moi" me suis-je entendu dire, comme toutes les âmes appelées au
ministère sacerdotal et c'était déjà là une grande bénédiction. C'est dans cette optique que je
vois mon travail dans le grand champ de Dieu qui est à Medj.: il est exigeant, mais en même
temps, c'est une grande bénédiction. Je ne regarde ni moi ni mes compagnons sous un jour
spécial; je suis bien sûr que, dans notre cas, Dieu n'a pas choisi des modèles de sagesse ni
des gens plus habiles que d'autres. Il nous a envoyés en mission tels que nous sommes, nous
disant, comme jadis aux apôtres: "Allez et ne vous préoccupez pas de ce que vous direz;
Eco
http://space.virgilio.it/mcombz@tin.it/echo/fra162.html (15 of 23) [5/3/2002 6:27:07 PM]
background image
cela vous sera donné au moment opportun." C'est Christ et Marie qui nous guident, nous
encouragent, nous soutiennent, nous corrigent et nous relèvent quand nous tombons. Medj.
est un cadeau, mais aussi un défi. Je sens que Dieu nous donne beaucoup, mais nous
demande beaucoup. Tout comme ceux qui viennent en pèlerinage, nous aussi nous
apprenons ici à prier, à servir, à accepter les gens et à tenter de les comprendre. Dans cette
source de foi et de prière, nous avons l'occasion de croître spirituellement et d'enrichir les
autres. Messe, confession, adoration, rosaire: tout cela nous rénove et nous donne l'occasion
d'approcher de Jésus et de conduire les âmes vers Lui, parce que c'est Lui dont les âmes ont
besoin. L'homme d'aujourd'hui a soif de paix, de bonheur, d'amour, de vérité, et seul Jésus
est tout cela. Il est Lui notre Voie, notre Vérité, notre Vie.
Ici nous sommes tous les jours en contact avec des gens de toutes races,provenances,
cultures et traditions. Nous sommes si différents et pourtant égaux devant Dieu. Nous louons
tous Dieu dans notre langue maternelle et cela donne une merveilleuse harmonie. Nous
avons l'occasion d'écouter les souffrances d'autrui et tant d'autres histoires de vie. Nous
sommes nécessaires aux gens en tant que prêtres, 24 heures par jour. C'est dire qu'il n'est pas
facile de rester toujours patients, courtois, affables. Une fois ou l'autre, peut-être même sans
nous en rendre compte, nous scandalisons certains. Mais cela montre que nous sommes des
hommes &endash;pécheurs, faibles&endash; et que ce n'est pas nous qui apportons la
guérison. Christ est le médecin de nos âmes et de nos corps, et nous, prêtres, nous sommes
seulement ceux qui Lui conduisent les gens. Chacun de nous a éprouvé une intense
satisfaction spirituelle en sentant à quel point sont guérisseuses et salvifiques les paroles que
Jésus prononce à travers nous,prêtres: "Tes péchés te sont remis, va et ne pèche plus".
Medjugorje n'a rien en soi d'attractif. Quand les gens y viennent ils sont bien conscients qu'il
ne verront rien de particulier, ni des beautés naturelles extraordinaires, ni même telle ou telle
attaction culturelle. Ici en fait on ne regarde pas tellement avec les yeux, mais avec le coeur.
Et quand l'homme regarde une chose avec le coeur, quand il commence à l'aimer avec le
coeur, quand une fois arrivé à la source, il peut étancher sa soif, il revient toujours à cette
source. Les gens ont découvert que Dieu, ici est "plus proche" que d'habitude; ils ont senti la
force du baiser du Père, parce que c'est à Lui qu'ils reviennent, comme le Fils prodigue. Ils
ont fait l'expérience u'ils sont à nouveau importants pour quelqu'un et que, malgré tout Dieu
les aime immensément... et c'est pourquoi ils viennent et reviennent. Un des sentiments les
plus émouvants chez l'homme c'est de se rendre compte que la dignité humaine lui est
rendue. Dieu, ici, a dit clairement à beaucoup qu'ils sont ses fils, qu'ils sont gravés sur son
coeur et que personne ne pourra plus y effacer leur nom. Il me semble que c'est proprement
pour cela que ici les gens cherchent et puis trouvent.
A Medj., les pèlerins ont compris les paroles de Jésus: "Voici ta mère". Et c'est pour cela
que, dans le monde entier, une multitude d'âmes ont répondu si nettement à l'appel que Dieu
a envoyé par la Vierge. Dieu, grâce à Marie, a ouvert de très nombreux coeurs endurcis, a
changé l'avenir de tant de gens, a réjoui une énorme quantité de malheureux et rendu la paix
à qui en manquait. Nous ne sommes pas non plus conscients à quel point Medj.&endash;ou
plutôt la venue de la Vierge&endash;a modifié le monde, combien de guerres ont été évitées
dans les familles. Des millions de personnes lui en sont reconnaissantes: voici pourquoi
naissent les groupes de prière dans le monde entier et pourquoi dans de très nombreuses
paroisses, on suit le même programme liturgique du soir qu'ici à Medj.
Eco
http://space.virgilio.it/mcombz@tin.it/echo/fra162.html (16 of 23) [5/3/2002 6:27:07 PM]
background image
Medj. est l'espérance et l'avenir, mais avant tout c'est un cadeau au monde. La Vierge,
comme une mère bonne et fidèle, nous invite à la paix. Pourquoi? Nous vivons dans l'ère du
commerce. On peut tout acheter et beaucoup pensent que même la paix peut s'acheter. Ils
oublient que la paix est le produit de notre coeur, que la paix est en Dieu&endash;en
Jésus-Christ , prince de la paix. Ils oublient que Dieu peut tout dans leur vie, sauf une chose:
il ne peut nous contraindre à prier, parce qu'il respecte notre liberté.
Pour entrer dans une chambre, il faut ouvrir la porte. Pour que Dieu entre dans notre coeur,
il est important de lui ouvrir la porte: et c'est là notre prière.
Rédaction
Medjugorje:
la première fois
Groupe d'étrangers. ...A l'endroit du rendez-vous, un grand autobus. C'est notre pullman:
prenons place. En quelques minutes, nous voilà sur la route de Medjugorje. Pour moi c'est la
première fois. J'assiste à travers la glace, à une succession de scènes
changeantes&endash;des monuments romains à l'ample autostrade qui mène au port
d'Ancône&endash;et mes pensées anticipent l'expérience qui pourrait bien être la mienne,
une fois arrivé: vais-je entendre, moi aussi, quelque message? Vais-je avoir des visions?
Vais-je expérimenter des dimensions surnaturelles? Devrai-je à mon tour, me cacher le
visage, comme Moïse à la descente de la montagne?
Sûrement,je ne suis pas le seul à avoir ces pensées; nous avons tous l'espoir de jouir d'un
privilège et d'une bénédiction particuliers, mais pour le moment nous sommes trop occupés
de nous-mêmes. Peu après, l'Adriatique se profile à l'horizon, ce qui veut dire:
embarquement, voyage,abordage et tout et tout. ...Nous voici arrivés et, avec l'arrivée,
commence aussi l'intense programme: rosaire, messe, colline des apparitions, mont de la
Croix où chacun est dans l'attente de visions, de messages. Je vois de bien grandes
manifestations de piété, de charité, de support mutuel, de tolérance, de solidarité humaine;
des sentiments qui souvent approchent du surnaturel et qui s'y réfractent, mais cependant
aucun signe de ce qui serait spécifiquement surnaturel.
Audience générale avec les voyants. Pour la plupart des gens, à cause de l'entassement, cela
veut dire: voir la nuque de celui qui est devant moi ou réussir un rapide coup d'oeil sur un
voyant à travers les parapluies. Le mieux que j'ai pu réaliser c'est d'en entrevoir un une
demi-seconde. De grâce n'allez pas croire que je veuille mettre l'accent sur le négatif. Au
contraire toutes ces situations étaient pleines de grâce dans un accord total avec le message
de Medjugorje qui est simplement: Amour-Paix-et Prière.
L'amour humain que manifestait tel garçon à un ami couché sur son brancard pendant qu'on
transportait celui-ci sur les pentes raides du mont, hérissées de pierres pointues et
raboteuses. Autres "anges gardiens" attentifs à aider des pèlerins âgés, aux pieds et à
l'équilibre incertains...; l'amour de Dieu manifesté par ceux qui attendaient pour se
confesser, immobiles dans le vent glacial. ...Paix ...Paix avec les autres, paix avec
soi-même&endash;paix dans le monde. Cette paix et cette tranquillité rayonnant des
Eco
http://space.virgilio.it/mcombz@tin.it/echo/fra162.html (17 of 23) [5/3/2002 6:27:07 PM]
background image
personnes qui patiemment attendaient, sous l'insistante petite pluie fine, le message qui allait
être communiqué par les voyants. Medj. est un lieu d'espérance et de grâce. L'espérance que
la paix, dont le monde a besoin, puisse être apportée par les semences de grâce plantées et
mûries dans les âmes des pèlerins de Medj., et puis vivifiées par la manière dont ils les
portent au monde entier. .
La Vierge très sainte n'est pas Dieu et ,dans tous nos recours à elle, elle n'est jamais
idolâtrée, mais appelée en tant que médiatrice. Puissent tous les croyants bien le
comprendre! A Medj., Marie se manifeste par des visions, des paroles qui sont le privilège
d'un ou une, avec la permission de Dieu. Elle nous supplie de prier pour la paix et pour
l'atténuation des châtiments de Dieu, conséquence d'une vie non soumise à sa volonté. Autre
aspect de l'amour: l'amour de Dieu pour l'homme. En contemplant la création de Dieu au
sommet du Krizevac, il me vient à l'esprit un message (non une locution , mais une prise de
conscience) :notre planète équivaut à moins qu'un grain de sable sur la plage de l'univers
infini de Dieu. Déplacer un grain de sable d'une plage, quelle différence cela fait-il?
L'unique valeur qu'il a c'est celle que tu lui attribues. Eh bien, pour nous c'est la même
chose. L'unique valeur que nous avons c'est que Dieu nous aime et donc nous soutient.
De même que Dieu est présent partout, mais avec une présence spéciale dans ses tabernacles
et ses églises, de même le message d'Amour-Paix-Prière est proclamé à toutes les âmes
réceptives de la terre, mais de manière spéciale à Medj., grâce à notre Mère, Reine de la
Paix
Frère Frank Hareslock, S.O.L.T.
*La vie sur cette terre s'est interrompue subitement pour un autre Frère, connu dans l'histoire
de Medj. Fra Léonard Orec qui, dans le sanctuaire d'Herzégovine avait travaillé entre 1988
et 1991, avait exercé aussi pendant un an la fonction de curé. L'été précédent on lui avait
découvert une tumeur maligne qui désormais inexorablement allait s'étendre à toute une
partie de son corps. Mais cela ne devait pas réussir à abattre l'esprit positif et batailleur qui
animait Fra Léonard, un esprit qui l'avait poussé pendant la guerre à créer une organisation
pour coordonner sur place l'aide Caritas qui ensuite était répartie dans tout le territoire avec
l'appui de collaborateurs bénévoles. Le Père Léonard a été enterré à Posusje (près de
Medjugorje) le 23 janvier dernier.
Vicka,
une épouse
radieuse
Elle était souriante, sereine, radieuse, avec ce sourire connu de tous les pèlerins qui, depuis
20 ans, s'approchent pour écouter le nième témoignage de ses rencontres avec la Vierge.
Mais cette fois, le sourire était destiné surtout à son époux. Cet homme que la Gospa lui a
donné de façon presque préparée d'avance et qui à partir d'aujourd'hui sera son compagnon
dans la vie et son soutien dans sa mission, au service des messages de Marie. C'est le 26
janvier, un samedi, que la voyante Vicka a épousé, dans la paroisse Saint Jacques, Marijo
Mijatovic, originaire de Sarajevo. Le mariage commencé à 14 heures a été béni par le curé
Eco
http://space.virgilio.it/mcombz@tin.it/echo/fra162.html (18 of 23) [5/3/2002 6:27:07 PM]
background image
Fra Branko Rados. Parmi les concélébrants, Fra Jozo Zovko, Fra Ivan Landeka. Il y avait un
très grand nombre de paroissiens, d'amis, de parents rassemblés autour des deux époux, y
compris Jakov, Ivanka et Mirjana, présents avec leur famille. Le curé, dans son homélie, a
choisi de réfléchir sur "être sel de la terre et lumière du monde". Vicka, au service des
messages de la Gospa, et Marijo, collaborateur du "Maicino selo" (village de sa
mère&endash; oeuvre fondée par Fra Slavko et qui recueille des orphelins de guerre) ont
jusqu'ici apporté à beaucoup la lumière et le sel chrétien qui donne très bon goût à la vie.
Maintenant ils le feront ensemble, la croix en main et avec Jésus qui est le lien le plus fort
de leur amour. C'est pourquoi, après avoir reçu l'eucharistie, les deux jeunes sont allés
devant la statue de la Vierge placée à la droite de l'autel, pour lui confier leur union.
La cérémonie a été animée par les chants des garçons de la Communauté du Cénacle,
auxquels à la fin s'est jointe aussi Soeur Elvira. La modestie et la sérénité de Vicka et Marijo
ont suscité une grande joie qui rayonnait sur le visage de tous. Cependant les époux ne se
sont pas laissés distraire par tant de flashes et par le va-et-vient de tous ceux qui voulaient
immortaliser ce moment solennel. Avec un recueillement digne et dévot, ils ont suivi tous
les moments du rite nuptial. La festivité a continué dans un restaurant à 19 heures et 1200
invités ont continué à entourer d'affection les deux jeunes avec des chants et des jeux, au
milieu du divertissement général.
Le couple ira vivre dans un petit village non loin de Medjugorje, mais Vicka continuera à
accueillir les pèlerins sur l'escalier de sa vieille maison de Bijakovic, comme toujours.*
La foi faible
nous rends faibles
Dans un monde apparemment bousculé dans son équilibre naturel, écrasé par le poids
d'une mentalité hédoniste et égoïste, qui se base sur l'apparence et sur le commerce, il
n'est pas difficile de se sentir déboussolé et d'expérimenter comment nos assises les
plus fermes ne le sont plus, à commencer par la foi.
Le p. Tomislav Vlasic nous aide à réfléchir sur la qualité de la réponse à donner en
tant que chrétiens.
Nous sommes en un temps où nous expérimentons toute notre fragilité, toute notre faiblesse.
Souvent nous sentons que des plus puissants que nous sont vainqueurs nous avons
l'impression d'être dans un filet d'où nous ne pouvons plus sortir. Et pourtant nous prions...
Nos prières peuvent même être un cri: "Dieu où es-tu? Pourquoi ne viens-tu pas à notre
secours? Pourquoi ne nous exauces-tu pas?". Les apôtres se sont trouvés dans les difficultés,
et alors ils ont dit à Jésus: "Seigneur, augmente notre foi". Mais le Maître n'a pas satisfait
leur requête: "Si vous aviez la foi comme un grain de sénevé, vous pourriez dire à ce mûrier:
Déracine-toi et transplante-toi dans la mer, et il vous écouterait" (Luc 17,6). Comment cette
réponse de Jésus résonne-t-elle dans notre coeur? Je crois que nous tous voudrions avoir une
foi à transporter les montagnes à commander aux mûriers de se transplanter: Oui, une foi à
Eco
http://space.virgilio.it/mcombz@tin.it/echo/fra162.html (19 of 23) [5/3/2002 6:27:07 PM]
background image
déplacer les montagnes de nos problèmes, à évincer les puissants de notre route.
Mais sur ce point il faut comprendre le sens profond de la réponse de Jésus. L'homme
égoïste voudrait la foi tout de suite, une foi pourvue en quelque sorte de pouvoirs magiques:
il voudrait utiliser la foi pour ses propres "rites", transformant la prière en une formule
magique qui lui permettrait de gouverner le monde tout seul, d'établir l'ordre à son goût.
Mais qu'adviendrait-il si Dieu offrait à chacun le pouvoir que l'homme lui demande? Ce
serait le chaos, une guerre sans fin, disons mieux: une guerre pouvant immédiatement
détruire tout et tous. "Voici que succombe celui dont l'âme n'est pas droite, mais le juste
vivra par la foi" (Ha 2,4). Qu'est-ce que c'est que l'âme droite? C'est une âme qui veut être
en harmonie avec Dieu, c'est une âme qui ne s'attache à rien, à personne, à rien qui soit en
dehors de Dieu. S'attacher à une chose qui plaît, à une personne sympathique, à un puissant
qui n'est pas Dieu, c'est une idolâtrie. Mais cette idolâtrie personnelle se révèle ensuite
faillite et chaos: conséquence d'avoir adoré le mal, une idole.
"Le juste vivra par la foi"...La foi est un lien profond avec Dieu. La foi est la fidélité à
l'amour de Dieu. La foi est l'adoration de Dieu, pas d'une idole. La foi est la lumière qui
nous fait comprendre que toutes choses sont dans la main de Dieu. La foi est cette lumière
qui nous permet de tout confier à Dieu et jusqu'au fond de nous-mêmes: ces choses
mystérieuses de notre vie et tout ce qui les entoure. La foi nous donne la lumière pour
confier à Dieu tous les puissants du monde et pour mettre sous son pouvoir tout ce qui existe
sur la terre.
C'est dans cette foi que renaît notre âme et qu'elle s'élève. Dieu ne nous donne pas sa
réponse tant que l'âme ne s'ouvre pas, ne s'élève pas, ne réalise pas le dessein divin. Parfois
les prophètes souffraient parce qu'ils se sentaient abandonnés de Dieu. Et Jésus lui-même a
souffert: "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné?" crie-t-il du haut de la croix.
Et pourquoi tout cela arrive-t-il? Uniquement pour notre bien, pour que notre foi puisse
dépasser notre logique, nos prévisions , nos limites, même physiques. Pour que nous
dépassions même les frontières de la vie et de la mort afin d' entrer en harmonie avec Dieu.
Ainsi, à la fin, aucune barrière ne reste entre notre âme et Dieu. Tant que nous ne nous
élevons pas vers Dieu complètement, de l'intérieur, il reste un espace pour l'inquiétude, pour
la préoccupation. Dans notre être intime se déclenche la guerre, l'accusation contre
nous-mêmes, contre les autres, une tendance à rechercher l'amitié des puissants, même s'ils
sont de fauxamis, à rechercher l'amitié d'autres personnes seulement pour jouir d'un bon
moment, pour trouver un moyen... Et ceci nous amène toujours à un échec.
Pourquoi dans une personne qui prie, même longuement, restent encore tant de sentiments
négatifs? Sûrement parce qu'elle ne s'est pas élevée à Dieu, parce qu'elle cherche quelque
chose pour elle-même, parce qu'elle cherche de faux alliés, parce qu'elle cultive en elle la
vendetta, la rébellion. Une personne est exaucée quand elle elle s'est élevée vers Dieu où elle
rejoint la plénitude, sa pleine réalisation et en même temps devient un instrument parfait
pour l'action de Dieu. Et plus ce sont les justes qui restent fidèles à Dieu, ouverts à la Grâce
qui rend l'âme dynamique, plus s'étend la paix dans le monde. Notre foi faible fait de nous
des caractères faibles. Elle nous rend fragiles, sans force, sans courage, aplatis et donc notre
prière est faible. Saint Paul écrit à Timothée: "Très Cher, je te supplie de raviver le don de
Dieu que tu as reçu en toi par l'imposition de mes mains" (2 Tim. 1,6). Quel don de Dieu
avons-nous en nous? Nous avons la victoire sur le mal, sur la mort. Ce qui oeuvre en nous
Eco
http://space.virgilio.it/mcombz@tin.it/echo/fra162.html (20 of 23) [5/3/2002 6:27:07 PM]
background image
c'est l'Esprit-Saint qui a ressuscité Jésus. Sommes-nous conscients de cette grandeur? Quand
nous prions,réussissons-nous à cueillir cette puissance?
Saint Paul envoie en mission son disciple: "Ne rougis pas du témoignage à rendre à
Notre-Seigneur ni de moi son prisonnier, mais souffre plutôt avec moi pour l'évangile ,
soutenu par la force de Dieu." ( 2 Tim. 1,8). Toi aussi tu souffres. Qu'est-ce que cela veut
dire? Cela veut dire de ne pas avoir peur de la souffrance. Quand le Seigneur enseigne les
apôtres qui lui demandent la foi, il ne donne pas une réponse en se servant d'une baguette
magique, il ne leur donne pas la foi, mais il les invite à croître, à s'élever, à rejeter le mal, à
se réveiller de l'intérieur et à entrer en harmonie avec Dieu. Ces temps pleins
d'interrogations très profondes pour toute l'humanité ne trouveront pas leur solution dans les
armes ni dans la politique, ni dans d'autres moyens humains, mais seulement dans notre
réponse à Dieu. Oui, que ce soient des temps de grande provocation, une provocation
positive pour nous tous, une invitation à entrer dans la prière et à travers elle, à nous élever à
Dieu par la foi, pour rejoindre la paix en nous-mêmes et pour donner la paix au monde, la
paix de Dieu.
P. Tomislav Vlasic
"Chers enfants, Je désire que vous suiviez Jésus. Petits enfants, prenez-Le comme
exemple dans votre vie. De Lui vous pouvez apprendre beaucoup. Son visage vous sera
bien souvent utile dans votre vie.
Petits enfants, efforcez-vous de Le suivre, car c'est
Lui votre Maître". Le 25 février 1989 la Madone, par Jelena, indiquait les ingrédients
principaux pour vivre en plénitude sa propre vie: suivre Jésus.
Le reste viendra, par
voie de conséquence.
La vie de l'âme, c'est l'Amour
de Jelena Vasilj
La mort est l'angoisse la plus ancienne de l'homme, et ce fut le motif même de la venue de
Dieu sur la terre, incarné pour nous donner l'eau qui fait vivre éternellement. Lors de sa
conversation avec la Samaritaine, Jésus révèle le projet de vie éternelle que le Père a pour
Ses enfants, qui nous est parvenu grâce à Son Incarnation, disant de Lui-même: "L'eau que
je lui donnerai deviendra en lui source d'eau jaillissant en vie éternelle" (J.4,14). La vie
commence donc avec la foi en Lui, qui nous unit à son Corps Mystique vivifié par son
Esprit Saint qui est son Eglise. En conséquence, si nous nous détachons de la source, nous
sombrons à nouveau dans la culture de mort qui est en train d'envahir notre société et justifie
l'éxécution de milliers de fœtus à cause de tant de consciences engourdies, et qui promeut la
contraception et l'euthanasie.
Eco
http://space.virgilio.it/mcombz@tin.it/echo/fra162.html (21 of 23) [5/3/2002 6:27:07 PM]
background image
Outre à défendre pleinement ce qui est sacré en soi-même, cette brève réflexion veut
considérer la nature de la vie, puisqu'elle est non seulement l'air que nous inspirons et
expirons, mais qu'elle tire sa qualité aussi bien de l'existence naturelle que dans la
participation à la vie même de Dieu, devenu l'un de nous. Par son Incarnation, Dieu nous
révèle la véritable dignité de l'homme, que son Fils nous offre dans le baptême, où nous
recevons de Lui sa vie qui est l'Esprit Saint: "parce que l'amour de Dieu a été répandu dans
nos cœurs par le Saint Esprit qui nous fut donné" (Rm.5,5). Par là nous comprenons que la
vie de notre âme est l'Amour; sans lui, l'âme commence à mourir par le fait des péchés qui
détruisent l'Amour de Dieu qui est en nous.
Si l'âme manque d'Amour, elle est inévitablement envahie par la peur de l'autre. A l'inverse:
"le parfait amour bannit la crainte, car la crainte implique un châtiment, et celui qui craint
n'est point parvenu à la perfection de l'amour" (1 J. 4,18). Cette gêne, nous l'appelons
aujourd'hui stress, qui trouve son point culminant dans la dépression, c-à-d. que le plus
important de notre vie se rétrécit en nous. De tels sentiments peuvent cependant être vaincus
à coup sûr par l'amour pour les frères, ou bien par la vertu de magnanimité qui fait élargir
l'espace de notre âme, désireuse d'accueillir (cf 2 Cor.6,12). Récemment, j'ai été frappée par
le commentaire d'une sainte femme, mère de quatre enfants, à qui était confiée une fillette
présentant de réelles difficultés. Cherchant à sortir cette famille de l'embarras, cette maman
a dit: "Pour moi, elle n'est pas un problème, mais seulement une enfant". Cela revient à dire:
"je n'ai pas peur de ses souffrances, puisque je l'aime".
La vie de l'amour est dynamique et nous fait toujours tendre vers l'autre, vers une personne,
qu'elle soit divine ou humaine. Même le corps éprouve de ces impulsions, qui pourtant
doivent être en harmonie avec la vie de l'esprit lequel, à son tour, a la capacité de
discernement pour que l'homme puisse véritablement aimer et ne pas rendre à l'autre
injustice pour injustice. A ce propos, Saint Augustin affirme : les cinq sens, au contraire, ne
nous attirent pas vers l'éternité, mais seulement à rechercher ou à fuir les choses temporelles.
Ensuite, quand l'intellect (dans cette expression, ‘intellect' inclut ‘l'amour') commencé par la
science, guidera l'âme , "il ne nous suffira pas de savoir jouir des voix harmonieuses en
refusant celles détonnantes, ou se charmer de senteurs parfumées en refusant les odeurs
désagréables, ou bien se laisser prendre par ce qui est paisible en étant rebuté par toute
amertume, ou encore apprécier ce qui est doux au toucher en se défendant de ce qui est
rugueux": quelle sera la fonction de l'intellect? Il n'enseignera pas à discerner le blanc du
noir mais le juste de l'injuste, le bien du mal, l'utile de l'inutile, la chasteté de l'impudicité,
parce que tu aimes ceci et évites cela; l'amour de la haine, parce que tu cultives le premier et
refuses la seconde.
Des paroles de S.Augustin nous comprenons que l'âme se nourrit de la justice, de la pureté
et du bien, toutes choses qui font vivre l'âme. Cette justice qui n'est cependant pas différente
de la miséricorde divine que nous expérimentons dans le sacrement de la confession. Ce
bien qui est Dieu même dans l'Eucharistie et dans sa Parole. Cette pureté qui est: Une foi
intègre, une espérance solide, une charité sincère. Prions Marie, Siège de la Vie divine
(Lc.15) afin qu'Elle nous enseigne, intercède pour nous, et que se produise en nous ce qui
arrivé aussi en Elle; car il est écrit: "… Qu'il vienne à moi… selon le mot de l'Ecriture, de
son sein couleront des fleuves d'eau vive. Il parlait de l'Esprit que devaient recevoir ceux qui
avaient cru en Lui" (J.7,38-39).
Eco
http://space.virgilio.it/mcombz@tin.it/echo/fra162.html (22 of 23) [5/3/2002 6:27:07 PM]
background image
Une seule adresse pour l'edition en langue francaise -
ECHO DE MARIE REINE DE LA PAIX B.P.4602
F-45046 Orléans Cedex 1
L'Echo de Marie Reine de la Paix est gratuit. L'oeuvre vit d'offrandes.
CCP DIJON 4480-19 R ou chèques.
Un seul ordre: ECHO DE MARIE, B.P.4602- F-45046 ORLEANS CEDEX 1
Au cours des mois d'octobre et novembre 2001 les lecteurs d'Echo francophone ont offert
6.199 euros. Que les généreux donateurs veuillent bien trouver ici l'expression de notre
reconnaissance.
* L'ECHO en cassettes-audio pour non voyants (mensuel) les personnes intéresées doivent
s'inscrire à cette adresse.
Echo de Marie Reine de la Paix
B.P.4602 F-45046 Orléans Cedex 1
Echo s/Internet:
http://space.tin.it/associazoni/piergott/
E-mail Echo franc.:
echodemarie@net-up.com
La bénediction du Ressucité
comble vos coers et vos familles.
Villanova M., 1° Mars 2002
Eco
http://space.virgilio.it/mcombz@tin.it/echo/fra162.html (23 of 23) [5/3/2002 6:27:07 PM]

Document Outline

  • space.virgilio.it
 


 

PC version: Cette page | Medjugorje | Apparitions  | Messages  | Articles  | Galerie[EN]  | Medjugorje Videos[EN]