Langue 

Mises à jour  | Medjugorje  | Messages  | Articles et Nouvelles  | Videos[EN]  | Galerie[EN] | Carte du site  | À propos[EN]  | Livre d'invité

www.medjugorje.ws » Text version » Echo de Marie Reine de la Paix » Echo de Marie Reine de la Paix 127 (Mai-Juin 1996)

Echo de Marie Reine de la Paix 127 (Mai-Juin 1996)

Read the document in non-text browser version.
Other languages: English, Deutsch, Español, Français, Italiano
Download (63.9 KB )
background image
Message du 25 mars 1996:
Chers enfants! Je vous invite à vous
décider à nouveau à aimer Dieu par-dessus
tout. En ces temps où, à cause de l’esprit de
consommation on oublie ce que signifient
aimer et apprécier les vraies valeurs, Je
vous invite à nouveau, petits enfants, à
mettre Dieu à la première place dans vos
vies.
Que satan ne vous attire pas avec les
choses matérielles mais au contraire, petits
enfants, décidez-vous pour Dieu qui est
liberté et amour. Choisissez la vie et non la
mort de l’âme. Petits enfants, en ces temps
où vous méditez la Passion et la mort de
Jésus, Je vous invite à vous décider pour la
vie qui refleurit par la Résurrection et que
votre vie aujourd’hui se renouvelle à tra-
vers la conversion qui vous conduira à la vie
éternelle. Merci d’avoir répondu à Mon
appel.
Décidez-vous pour Dieu
et vous trouverez tout
En méditant la passion et la mort du Sei-
gneur, on éprouve un attrait irrésistible au
repentir de nos péchés et à la conversion du
coeur à Dieu, dont Marie nous a parlé dans le
dernier message. Maintenant, Elle nous répète
que nous devons nous décider de nouveau à
aimer Dieu par-dessus tout.
De fait, dans la
passion et la mort de Jésus se trouve la mani-
festation la plus grande de l’amour de Dieu, qui
nous a donné Son Fils pour qu’en Lui nous
ayons la vie. Donc, les mystères pascals nous
rappellent à la valeur essentielle de la vie, qui
est reconnaissance de l’amour de Dieu, pour
que nous aussi devenions offrande de nous-
mêmes à Dieu et don d’amour pour les frères.
Si La Madone nous appelle à “nous déci-
der pour l’amour de Dieu”, c’est parce qu’il
est possible de nous habituer à la duplicité c-à-
d. à faire survivre certaines habitudes chrétien-
nes (qui s’affirment davantage à Pâques) et
satisfaire dans le même temps tous nos vouloirs
terrestres, selon l’esprit du monde. Au con-
traire, nous sommes appelés à baser notre vie,
non sur la logique de la possession, de la
jouissance, mais sur la Providence de Dieu, que
Notre Mère nous a invités dès le début à
méditer: Ne vous préoccupez pas de la nourri-
ture et du vêtement... regardez les oiseaux du
ciel et les lis des champs... Cherchez d’abord
le Royaume de Dieu et sa justice, le reste vous
sera donné par surcroît
.
“C’est le manque de Lumière - dirait Ste
Catherine - qui nous fait vivre dans un abîme
de folie”, tout occupés à accumuler et à jouir,
comme si la vie dépendait de nous; perpétuel-
lement en conflit avec qui, selon nous, entrave
notre bien-être; oublieux du don que nous
sommes et des frères qui ont besoin de nous.
C’est le péché des peuples nantis, qui crie
vengeance devant Dieu, parce qu’il détruit
l’équilibre du créé, provoque la juste colère des
pauvres et prépare leur rébellion: ce sera la
véritable catastrophe du futur, facilement
prévisible, sans fantasmer sur des châtiments
qui seraient envoyés par Dieu, selon certains
secrets...
Mais tout ceci nous regarde-t-il aussi, nous?
127
Messsage du 25 avril 1996:
“Chers enfants! Aujourd’hui Je vous
invite à nouveau à mettre la prière à la
première place dans vos familles. Petits
enfants, si Dieu est à la première place,
alors, en tout ce que vous faites, vous cher-
cherez la volonté de Dieu. De cette manière,
votre conversion quotidienne deviendra plus
facile.
Petits enfants, cherchez avec humilité
ce qui n’est pas en ordre dans vos coeurs et
alors vous comprendrez ce qu’il faut faire.
La conversion sera pour vous un devoir
quotidien que vous accomplirez avec joie.
Petits enfants, Je suis avec vous, Je vous
bénis tous et Je vous invite à devenir Mes
témoins par la prière et la conversion per-
sonnelle. Merci d’avoir répondu à Mon
appel.”
Chercher dans la prière
la volonté de Dieu
pour une conversion quotidienne
Dans le message précédent Marie nous
exhortait à mettre Dieu à la première place
dans notre vie;
maintenant Elle nous invite à
mettre la prière à la première place dans nos
familles;
peut-être un rappel à la pratique du
‘mois de Marie’ familial? Mais aussi, cela
signifie de placer Dieu au centre du foyer. La
Madone revient toujours à la prière comme
base de la vie familiale. Sans elle on veut les
fruits sans l’arbre (et où la prière en famille
n’est pas possible, incombe de prier pour tous).
Mais quelle prière? Avant tout celles du
matin et du soir, qui nous placent devant Dieu
pour L’adorer, L’écouter, Lui rendre grâce, Lui
confier toutes nos actions de la journée et Lui
demander pardon. Quelle différence ‘dire’ les
prières par habitude, pour remplir une obliga-
tion, ou nous mettre devant Dieu avec un coeur
ouvert et sincère! Immédiatement on com-
prend alors ce qu’Il veut et on s’efforce de le
faire: alors, dans tout ce que vous faites, vous
chercherez la volonté de Dieu.
Prier et accomplir la volonté de Dieu est
tout un. Si on est assidu à cette prière de
confrontation filiale et sincère avec Dieu, on
parviendra à une conversion quotidienne parce
qu’il est ainsi facile de reconnaître ses propres
chutes et de se corriger. Combien est utile
l’examen de conscience sur la manière dont
s’est déroulée notre journée, nos relations,
notre travail. C’est le meilleur antidote à tout
égoïsme, aux divisions et aux contraintes qui
détruisent la paix entre les membres jusqu’à en
faire des personnes isolées qui vont chacune
par leur propre route: et c’est valable aussi bien
pour les familles que dans les milieux dans
lesquels nous vivons.
Vraiment ainsi, petits enfants, nous dit la
Maman avec sollicitude, tendresse et confiance:
avec humilité, cherchez ce qui n’est pas en
ordre dans vos coeurs et alors vous
>>(p.8)
et l’homme n’a plus d’espérance. Tandis que Je
suis la Résurrection et la vie
(c-à-d. Celui qui
nous fait ressusciter pour la vie vraie et éter-
nelle)... Qui croit en Moi, même s’il meurt,
vivra
(J.11) Ainsi Marie, qui a vu ressuscité le
Christ mort sur la croix, veut que nous aussi
vivions la vie des ressuscités. don Angelo
Certainement le niveau général des chrétiens,
sans la nourriture continuelle de la Parole et du
Pain, est facilement conditionné par la menta-
lité courante, qui est païenne. Et celui qui
accepte le compromis, ne fait pas la Pâque;
qu’on ne s’y trompe pas: Nul ne peut servir
deux maîtres
(Mt 6). Du modèle de Jésus nous
avons appris à aimer Dieu et à donner notre vie
pour les frères. Quand nous sommes pris par
l’esprit de consommation , nous faisons vrai-
ment l’opposé: tout et tous doivent être à notre
service; nous ne construisons plus sur l’amour
et, comme un chardon dans la steppe, nous ne
ressentons plus rien quand arrive le bonheur
(Jer 17). Renonçons donc aux dépenses inuti-
les: Contentez-vous du nécessaire (1 Tim.6,8),
et le surplus, donnez-le aux pauvres (Lc.11,41).
De là le rappel à apprécier les vraies
valeurs. Nous sommes créés pour la liberté, et
nous nous trouvons esclaves de tout. Ne croyons
pas à la fausse liberté prêchée du haut de toutes
les chaires. Si ce n’est par Jésus qui nous fait
libres, nous serons esclaves du péché,
c-à-d. de
ce qui nous leurre, nous immobilise et nous
rend incapables de vivre pour notre finalité; et
alors nous ne sommes plus dans la maison du
Père comme fils,
mais prisonniers des choses,
des événements et de la mort (cf J 8,31-36).
Décidez-vous pour Dieu qui est liberté et
amour. Dieu est amour qui se donne aux trois
Personnes trinitaires et aussi à nous, nous ren-
dant capables de la même communion. C’est la
révolution de l’amour, diffusé dans nos coeurs
par l’Esprit Saint qui habite en nous,
quand
nous L’acceptons, et qui nous libère peu à peu
de tous les esclavages et conditionnements du
péché et du monde. Alors, nous posséderons
les vraies valeurs, qui sont le fruit de l’Esprit
Saint, c-à-d. charité, joie, paix; longanimité,
serviabilité, bonté; confiance dans les autres,
douceur et maîtrise de soi
(Gal 5,22): valeurs
qui semblent disparues parmi les enfants des
hommes, comme dit le Psaume 13: Non, il n’est
plus d’honnête homme,; non, plus un seul.
Mais la Madone veut qu’elles refleurissent,
avec la Résurrection, dans Ses enfants, et donc
dans le monde.
Décidez-vous pour Dieu... décidez-vous
pour la vie, qui est refleurie dans la Résur-
rection.
En Dieu vous trouvez la vie, et aussi
l’amour de la vie (que, sans Lui, nous sommes
capables d’éteindre avec facilité). Egalement,
hors de Lui les réalités les plus belles et sédui-
santes sont déjà mortes dès le départ. Dieu seul
survit; sans Lui, tout est irrémédiablement fini
Mai et juin: l’Eucharistie dans le Coeur de Marie
ECHO N°128 PARAITRA EN JUILLET
Mai-Juin 1996 - Mois de Marie et du T.S.Sacrement - Orig. Italien: cas. p. 149, I - 46100 Mantova
A. 12, n. 5 - 6; Tout Courrier est à adresser à: Echo de Marie, 18 Allée Thévenot, F-39100 DOLE
ECO di MARIA
Regina della Pace
Français
background image
Ni âge ni faiblesse
n’arrêtent le Pape
Une énergie surprenante, qui ne peut être
humaine, continue à soutenir le Pape quand il
semble devoir céder à la fatigue et aux infirmi-
tés de l’âge. La même force qui vient d’En-Haut
le soutient dans les tensions qui s’abattent
quotidiennement sur lui, de l’intérieur ou de
l’extérieur de l’Eglise. Il est tout à fait vrai que
Les adolescents se fatiguent et s’épuisent, les
jeunes ne font que chanceler, mais ceux qui
espèrent en Yahvé renouvellent leur force, ils
déploient leurs ailes comme des aigles
(Is 40,30).
Ainsi il ne renonce pas à ses intenses program-
mes, même si parfois il doit les remettre, comme
cela s’est produit à Sienne, où l’attendait un
rendez-vous de première importance avec le
monde du travail, pour la fête de St Joseph.
A Sienne: “La solidarité sociale
prime tout calcul de profit”.
Dans la ville de Ste Catherine, le Pape a
indiqué une solution évangélique et pratique
aux tensions sociales actuelles, (également ap-
préciée par les politiques, les forces syndicales
et les travailleurs présents). “Face au nouveau
millénaire est offerte à tous l’opportunité de
s’interroger sur ses propres responsabilités pour
éliminer les injustices (comme l’oisiveté, la
sous-occupation ou le travail au noir, l’insécu-
rité de l’emploi) et créer, même dans le do-
maine du travail, des rapports nouveaux, carac-
térisés par la fraternité, la justice et la solidarité:
... Laisssez-vous réconcilier avec Dieu, pour
rendre plus humaines les conditions des parti-
culiers et des peuples...
“... La première cause des graves injusti-
ces, même à l’échelle mondiale, est sans aucun
doute l’obscurcissement de la conscience mo-
rale, fruit de l’exclusion de Dieu de l’horizon du
coeur humain et de la société. Si on s’inspire
d’une vision purement matérialiste et hédoniste
de la vie, il est bien difficile qu’à la logique des
intérêts particuliers succède celle du bien com-
mun et qu’on éprouve l’exigence de respecter,
servir et promouvoir tout l’homme en chacun,
spécialement en celui qui est le plus faible et
sans défense...
“...Travail, entreprise et solidarité doivent
aller de pair, faisant de l’entreprise, non un lieu
d’intérêts conflictuels, mais une communauté
de travail tendant au bien commun pour tous ses
membres; en harmonisant aussi les exigences
productives avec la sauvegarde du territoire... Il
faut faire du principe de solidarité le critère
constant des choix de politique économique.
C’est une illusion que la plus ample liberté de
marché se traduise automatiquement en riches-
ses pour tous...” L’état doit garantir par ses lois
les exigences de la liberté économique et les
droits du travail, du travail pour tous. L’accord
entre les offices publics, économiques, sociaux
et culturels doit assurer la valorisation des
potentialités locales et consentir à utiliser au
mieux les ressources disponibles dans le terri-
toire.
“L’heure est donc à une nouvelle politique
de solidarité sociale, qui n’a rien à voir avec
‘une assistance de facilité’, dommageable à la
longue pour les assistés eux-mêmes; mais cette
politique doit se baser sur des interventions
tendant à stimuler dans les catégories les plus
faibles le sens des responsabilités et des activi-
tés, leur assurant alors la possibilité concrète
d’exprimer leurs propres capacités...”
Le pape fait appel ensuite à un témoin
irréfutable, Ste Catherine qui, déjà en 1300
s’adressait ainsi aux gouvernants: Vous avez le
désir de réformer votre ville; mais je vous dis
que ce désir ne se réalisera jamais si vous ne
vous efforcez pas d’abattre la haine et la ran-
coeur qui règnent entre vous à cause de l’amour-
propre, c-à-d. si vous ne vous efforcez pas de
tendre au bien universel de toute la ville et pas
seulement à votre bien privé. Celui qui a auto-
rité n’est pas à ce poste pour tendre à son
enrichissement personnel, mais au bien univer-
sel de toute la ville
(Du dialogue de la Divine
Providence).
Politiques, n’oubliez pas la famille!
“Il est grave - a dit encore le Pape en place
du Palio - que la maternité puisse devenir
parfois un motif de crainte pour les jeunes
mères, qui arrivent jusqu’à s’opposer ou, dans
les cas extrêmes, à renier cette vocation, par
peur de perdre leur poste de travail ou de ne
pouvoir le reprendre”. Et il adresse un pressant
appel aux politiques présents, leur rappelant
que “la famille est la cellule fondamentale de la
société et comme telle doit toujours être défen-
due et soutenue... Il faut des lois équitables et
protégeant les plus faibles, mais plus encore des
personnes ouvertes et animées d’un authenti-
que esprit d’amour”.
“Jeunes, soyez prophètes de la vie et de
la joie”
- Je vous appelle à devenir prophètes
de la vie; soyez-le en paroles et en actions,
rebellez-vous contre la civilisation de l’égo-
ïsme, qui considère souvent la personne hu-
maine comme un instrument plutôt qu’une fin,
en sacrifiant la dignité et les sentiments au nom
du profit; faites-le en aidant concrètement celui
qui a besoin de vous et qui, peut-être, sans votre
aide serait tenté de se résigner au désespoir.
“Je vous demande d’être prophètes de la
joie: le monde doit nous reconnaître par le fait
que nous savons communiquer à nos contem-
porains le signe d’une grande espérance déjà
accomplie, celle de Jésus mort et ressuscité
pour nous. N’oubliez pas que le futur de l’hu-
manité repose dans les mains de ceux qui sont
capables de transmettre aux générations de
demain des raisons de vie et d’espérance.
“Je vous dis encore, comme l’Ange à Joseph:
N’ayez pas peur de prendre chez vous Marie
(cf Mt 1,20), dans le chemin de la vie... Ne
craignez pas d’être intime avec Elle, de confier
tous vos problèmes, préoccupations, attentes et
projets dans Ses mains maternelles. Surtout
confiez-Lui le projet qui regarde votre vie en-
tière: la vocation, dans le don sincère de ce que
vous êtes”; ceci comme anticipation du mes-
sage pour la journée mondiale de la Jeunesse
(dimanche des Rameaux).
Comment le Pape parle du jeûne,
également télévisuel,
en syntonie avec la Reine de la Paix
Au cours du Carême, le Pape a dédié ses
‘Angélus’ dominicaux, si inspirés et écoutés, à
la pénitence de Carême. Il n’a échappé à per-
sonne qu’il a parlé du jeûne comme s’exprime
Marie à Medj., preuve de l’accord facilement
détectable entre les rappels de Notre Mère et
les enseignements du Vicaire du Christ.
C’est ainsi qu’il a dit, ouvrant la série des
réflexions: “La pénitence semble un propos
d’autres temps, mais comme ‘pénitence’ indi-
que un repentir pour les péchés commis et le
propos de s’en amender, qui n’en a pas be-
soin?... Les pratiques pénitentielles extérieu-
res,
qui semblaient à certains relâchées avec la
disparition de l’abstinence et du jeûne tradition-
nel, ne sont jamais une fin en elles-mêmes, mais
une aide pour la pénitence intérieure, qui con-
siste dans la libération du coeur, avec l’aide de
la grâce, de l’emprise du péché, pour le diriger
vers l’amour de Dieu...” (25 février)
“La pénitence est exercée avant tout dans la
fidélité aux devoirs de son propre état, dans
l’acceptation des difficultés provenant de son
travail et de l’humaine vie en commun, dans la
patience pour supporter les épreuves de la vie
terrestre. Certaines pénitences volontaires,
comme celles que l’Eglise suggère, soutiennent
vraiment ces attitudes. Avec elles, nous som-
mes invités à participer à la croix du Christ; et
la volonté humaine, sous l’influence de la grâce,
se fortifie, afin d’être prête à obéir promptement
et pleinement à la loi de Dieu...” (3 mars)
“Le jeûne comporte une sobriété dans
l’absorption de nourriture et doit être redécouvert
spécialement là où non seulement la nourriture
abonde, mais où l’on va parfois de ce fait à la
rencontre de maladies liées à la suralimentation...
Comment peut-on banqueter tranquillement
quand d’innombrables êtres humains souffrent
et meurent de faim! Le jeûne implique aussi
ceci: renoncer à quelque chose pour le partager
avec celui qui en a besoin...” (17 mars)
“Certes, le jeûne pénitentiel est bien diffé-
rent de la diète thérapeutique, mais on peut le
considérer comme une thérapie de l’âme. Pra-
tiqué en fait comme signe de conversion, il
facilite l’engagement intérieur à se mettre à
l’écoute de Dieu... se réaffirmant à soi-même ce
que Jésus réplique à satan: L’homme ne vit pas
seulement de pain, mais de toute parole qui
tombe de la bouche de Dieu.
Aujourd’hui, dans
notre société de bien-être, la consommation,
au lieu de couvrir les besoins en crèe toujours
de nouveaux, générant souvent un activisme
démesuré. Tout semble nécessaire, sans délai,
et l’on risque de ne plus trouver le temps de
rester, un tant soit peu, avec soi-même. Rentre
en toi-même pour
te retrouver - admoneste St
Augustin. Non seulement notre vie spirituelle
est en jeu, mais même notre équilibre person-
nel, familial et social”.
“Le jeûne pénitentiel peut nous aider à cette
récupération de notre intériorité. La modération
de nourriture s’étendant aussi aux autres choses
non nécessaires, est d’un grand soutien pour la
vie de l’esprit. Sobriété, recueillement et prière
vont de pair. Une application de tels principes
peut se faire quant à l’usage des moyens de
communication.
Ils ont une indiscutable uti-
lité, mais ils ne doivent pas l’exercer en
maîtres
dans notre vie. Dans beaucoup de
familles le téléviseur paraît remplacer plus que
faciliter le dialogue entre les personnes!” (10
mars)
Pour son cinquantenaire de sacerdoce,
le Saint Père
a envoyé le Jeudi Saint une lettre
aux prêtres: “Considérons notre vocation, frè-
res, et ce qu’elle exige de nous...” Elle se
termine avec une prière de gratitude pour le don
du sacerdoce: Te Deum laudamus! Et, lors
d’une visite aux séminaristes de Rome, reve-
nant sur des souvenirs du passé, il a dit
confidentiellement: “Même si l’un est Evêque
ou Pape, ce qui est toujours le plus important
c’est que chaque jour il célèbre l’Eucharistie et
qu’il peut confesser...”
* *
Orthodoxes: une crise
qui sert à l’unité
Selon la tradition, les Eglises nationales
orthodoxes deviennent autonomes sur demande
faite à l’Eglise Mère de Constantinople par la
communauté locale et le gouvernement politi-
que, . Or, en Estonie, avec l’occupation russe de
1943, l’Eglise orthodoxe a été englobée dans
celle de Moscou (qui a juridiction actuellement
sur 70 des 170 millions d’orthodoxes dispersés
dans le monde), tandis que l’Evêque Alexandre,
le clergé et des milliers de fidèles se réfugiaient
en Suède. Mais après que l’Estonie ait recouvré
son indépendance en 1991, son gouvernement a
fait la demande au patriarche de Constanti-
nople,
Bartholomée, de restaurer l’autonomie
de l’Eglise estonienne.
Le Patriarche, conscient de son rôle de primus
inter pares, et de garant de l’orthodoxie, a
accueilli la demande en février 96. C’est une
affirmation positive de sa primauté spirituelle,
au détriment de l’autorité ‘politique’ que le
patriarche de Moscou avait acquis sur toutes les
Eglises du territoire ex-communiste, qui reven-
diquent maintenant leur autonomie (p.ex. l’Eglise
ukrainienne).
>
background image
>De là l’opposition d’Alexis II de Moscou
et les accusations faites à Constantinople d’in-
vasion de son propre territoire ‘canonique’
(même dénonciation que celle faite depuis des
années au catholicisme accusé de ‘prosélytis-
me’). Il en est advenu une rupture entre les deux
Eglises, atteignant presque le schisme. Bartho-
lomée, qui est en train d’acquérir une grande
autorité morale, ne craint pas d’écrire à Alexis:
“La grande lignée des Russes a reçu du trône
oecuménique la lumière du Christ et le baptême
du salut.
La mère ne cesse jamais d’aimer ses enfants,
même quand ceux-ci la renient: Même si toi,
frère aimé Alexis, refuse systématiquement de
reconnaître la signification historique de l’Eglise
de Constantinople dans la naissance et la crois-
sance de ton Eglise, et continue à la définir
simplement comme ‘soeur aînée’. Tout cela ne
rentre-t-il pas dans un dessein de la Providence
qui veut le retour à la clarté dans les rapports
entre les Eglises orientales, pour une unité spi-
rituelle de celles-ci? Que tous soient un! * *
Qui sauve l’Eglise?
Dans l’actuel panorama religieux apparaît
toujours plus évidente l’influence des appari-
tions mariales dans la vie de l’Eglise et du
monde. Il ne s’agit pas seulement de fruits
quantitatifs, bien visibles dans les millions de
croyants et même de ‘lointains’ entraînés par
les messages, les pèlerinages et les rencontres
de prière. Le phénomène des conversions ob-
tenues par la Vierge avec Ses visites sur terre,
dans un moment d’arrêt du flux de conversions,
devrait ouvrir les yeux sur l’authenticité des
apparitions, même aux plus aveugles. Mais la
présence de Marie pour réaffirmer les vérités
éternelles de la foi avec une simplicité et une
clarté compréhensibles même par les plus pau-
vres, dans ce climat de désarroi moderniste, est
un don qualitatif qui n’a pas son égal au cours
des 2000 ans de l’histoire de l’Eglise.
Ce n’est pas le Concile qui sauve l’Eglise,
mais la Vierge qui sauve le Concile et le post-
Concile. Ce ne sont pas les mouvements
ecclésiaux, souvent d’ailleurs infestés d’erreurs,
à sauver l’Eglise, mais c’est la Vierge à sauver
les mouvements ecclésiaux. Ce ne sont pas les
théologiens et les biblistes à sauver la foi, mais
c’est la Vierge à sauver les théologiens et les
biblistes de leurs défaillances mentales. Dans sa
progression, le modernisme tend à saper de
manière très subtile la foi catholique. dissol-
vant l’obéissance au magistère ecclésial; et la
Vierge intervient à consolider l’union des
croyants avec le Vicaire du Christ.
Une stratégie, sataniquement astucieuse,
tend de manière indolore, à anéantir le culte
eucharistique:
ce n’est pas par hasard que les
tabernacles ont été marginalisés; le Sacrifice
Eucharistique est présenté davantage comme
un fait convivial que comme l’immolation
salvatrice du Prêtre éternel; la Communion est
banalisée et tolérée en état de péché mortel,
réduisant le sens de la transcendance divine; la
Présence Réelle est ignorée et l’adoration sup-
primée, comme dévotion déviée.
Avec Ses apparitions, la Madone intervient
pour enrayer toute tentative de corrosion de la
foi, du culte et de la morale chrétienne, et cette
observation suffirait pour mesurer la grandeur
du don céleste.
Et qu’advient-il dans le domaine de la
spiritualité chrétienne? Pour restaurer la sain-
teté dans le climat diffus d’abaissement, induit
aussi par la médiocrité de pasteurs compromis
avec l’esprit du mal, le Ciel intervient pour
multiplier les dons mystiques bouleversants et
répandre sur l’Eglise des semences de sainteté
personnelle très élevée. Nous nous trouvons
souvent face à des colosses de la stature de
P.Pio, habituellement occultés par une réserve
rigoureuse, mais d’une singulière fécondité pour
On demande pour les pélerins
des structures, des aides spirituelles
et un centre oecuménique
Nous rapportons la relation finale, dans
laquelle Alberto Bonifacio a voulu souligner
les points de vue et les désirs des groupes
(particulièrement italiens, brésiliens, espagnols
et boliviens): Nous avons accompagné tant de
pélerins au cours des années passées, et nous
avons apporté tant d’aides humanitaires du-
rant la guerre (et nous continuons encore...
jusqu’à Sarajevo, Tuzla et Gracanica au nord),
parce que nous aimons la Madone, nous aimons
Medj., et nous avons reconnu l’importance et
l’urgence de Son message. Nous sommes re-
connaissants à Notre Mère, mais aussi à cette
paroisse, à ses frères, aux voyants et aux fa-
milles pour tout ce que nous avons reçu.
Puis, souhaitant que le retour de la paix
favorise un afflux de pèlerins en ce lieu béni,
pour offrir à beaucoup de frères et soeurs l’op-
portunité de la conversion, il ajoute: Nous res-
sentons tous la grande responsabilité que nous
avons; nous devons devenir
des serviteurs hum-
bles et purs de Marie et de Ses messages, c-à-
d. de l’Evangile. Cette responsabilité est pour
nous qui guidons des pèlerins et des groupes de
prière, comme pour la paroisse et le Sanctuaire
qui accueillent les pèlerins.
Nous souhaitons alors que: 1.Les témoins
de ces événements, voyants et frères, puissent
continuer à offrir aux pèlerins, spécialement
aux nouveaux, leur très important témoignage,
étudiant les modes, lieux et temps les meilleurs,
avec un office d’information efficace qui puisse
fournir toutes les indications nécessaires.
2. Que les pèlerins isolés et sans guide bien
formé, puissent être pris en charge par des
guides locaux et des publications du Sanctuaire.
3. Que la paroisse se charge de la présence
fixe d’un prêtre pour chaque groupe linguis-
tique important,
à disposition pour les confes-
sions, les colloques spirituels et la liturgie.
4. Devront être améliorées les infrastruc-
tures: routes, parkings (surtout pour les cars),
trottoirs, parcours piétonniers de l’Eglise vers
le Podbrdo ou vers le Krisevac’, centre médical,
services hygiéniques, téléphones, etc...
5. Enfin, nous poursuivons un rêve im-
mense: que Medj. devienne un grand centre
oecuménique
, dépassant même celui d’Assise,
et toujours dans l’esprit de St François. Un
grand centre du pardon, de la réconciliation, de
l’amour, de la paix, promouvant des rencontres
oecuméniques des différentes confessions chré-
tiennes et des autres religions. Que Medj. de-
vienne aussi un grand centre de charité envers
tous les pauvres de la guerre en Bosnie: dans les
3 diocèses catholiques, parmi les orthodoxes et
les musulmans, en utilisant une partie des res-
sources économiques apportées par les nom-
breux pèlerins.
Que la Reine de la Paix, Notre Mère à tous,
avec Sa présence et Son amour, continue à nous
illuminer et à nous convertir...
(d.Agostino)
le Corps Mystique du Christ. De tels dons sont
immanquablement garantis de l’assistance ma-
ternelle de Marie.
Le pouvoir donné par Dieu à Sa Sainte Mère
est sans aucun doute énorme. Quand Dieu
intervient au moyen de Sa Mère, c’est en grand
Roi et Il laisse, comme signe de Son passage,
une munificence vraiment royale. Nous ne pou-
vons pas encore mesurer la portée conclusive
des apparitions, des nombreux charismes peu
ordinaires, et surtout des dons mystiques répan-
dus par l’Esprit Saint au moyen de Marie, en
cette époque de grand désarroi spirituel. Mais
nous devons admettre que, sans l’intervention
céleste du Christ et de Sa Mère avec de tels
signes apocalyptiques, l’Eglise serait en proie à
un désastre irréparable. Dieu voit, et Dieu pour-
voit!
La signification de Medj. pour l’Eglise
“Appel urgent à accueillir
et à vivre la Parole de Dieu
pour affronter les temps”.
Dans l’hôtel Alga de Tucepi, qui avait
hébergé une grande partie des 4 mille réfugiés
croates durant la guerre, s’est tenu du 17 au 21
mars le 3ème Séminaire de prière et d’infor-
mation
pour les responsables des Centres de la
paix, des pèlerinages et des groupes. Avec les
prêtres qui travaillent à Medj. et les voyants
Mirjana, Vicka et Jakov, ont participé des re-
présentants de 17 nations; les discours ont pu
être suivis sur transistors dans les 5 langues
principales. Des conférences et échanges
d’idées, on est parvenu à une conclusion qui
servira de guide pour le futur:
1. Dieu attend notre contribution en vue du
troisième millénaire... Et pour que le futur soit
plus chrétien et sûr, la Madone nous appelle
tous à une conversion totale, par les paroles de
Son Fils (messages des 06.90 et 07.91).
2. Lisez les Ecritures, vivez-les et priez pour
comprendre les signes des temps (06.91 et
08.93). Les messages de Medj. sont pour nous
un appel urgent à vivre l’Evangile de Son Fils.
3. C’est un désir de Notre Mère que dans
tout le monde soient organisés des groupes de
prière, qui ouvrent le coeur de leurs membres
à l’oeuvre de l’Esprit afin de reconnaître dans
la Bible la Parole de Dieu pour notre temps et
découvrir dans la prière les voies de son
actualisation.
4. Les groupes de prière devraient être le
coeur et l’âme des communautés paroissiales,
une source de confiance, d’amour et de paix.
5. Le Centre d’Informations MIR est au
service des pèlerins, des Centres de la paix et
des groupes avec ses services d’archives, li-
brairie, office d’informations, Bulletin de Presse,
Robofax, Internet, BBS et Radio bientôt en
fonction.
6. On recommande la collaboration et
l’échange d’informations entre tous les grou-
pes d’une même nation et avec ceux de Medj.
Le Séminaire s’est terminé avec un pèleri-
nage à Medj., où les représentants des groupes
linguistiques ont tenu une conférence de presse,
après laquelle ont été présentés (sous l’unique
titre ‘Priez avec le coeur’) les 7 brochures de
P.Slavko Barbaric’
, résultat de son long et
fructueux travail avec les pélerins; ils ont été
traduits en 20 langues et certains ont atteint le
million d’exemplaires. Le groupe s’est ensuite
rendu en prière sur la colline des apparitions,
puis à la Communauté Cénacle, de Sr Elvira.
Ils ont alors été bouleversés par les témoignages
de 3 jeunes: le premier sur le déroulement de
leur journée en communauté; le second sur les
expériences de mort dans le passé et celles
actuelles de résurrection; le troisième sur les
méthodes et les structures qui régissent les
communautés dispersées dans le monde.
Le Card.Ildefonso Schuster, avait choisi
de rester uniquement en Dieu, (bien qu’ayant
une activité apostolique intense en tant que
pasteur du plus grand diocèse du monde: Milan).
Il confessait l’idée directrice de sa vie: “Etre
parfait, c’est reproduire en nous la beauté du
Père; ce n’est pas une oeuvre facultative mais
d’obligation, et tôt ou tard sur le lit de mort nous
devrons nous rendre compte que c’était l’unique
nécessaire,
nous n’avions rien d’autre à faire sur
cette terre. Il sera béatifié le 12 mai.
L’écho de Marie, Reine de la Paix se trouve
à Medj. dans toutes les langues, dans le magasin
de souvenirs
dit ‘des Pères’ (en sortant, à droite
de l’Eglise, jouxtant la maison paroissiale), et
aussi à la Communauté Cénacle. Egalement aux
Ed.Mir (en sortant de l’Egl. tout de suite av.le
pont, trottoir de droite).
background image
l’avant-guerre. Spécialement pour les Fêtes
pascales
, des vagues de pèlerins ont déferlé de
toutes les parties du monde: Autriche, Allema-
gne, Italie, Amérique du Nord, France, Argen-
tine, Espagne, Pologne, Tchéquie, etc... L’Eglise
et ses annexes n’étaient pas assez vastes pour
accueillir tout le monde aux cérémonies du
soir! Les liturgies du Triduum Pascal ont dû
être célébrées séparément en 9 langues. Une
vingaine de prêtres officiaient continuellement
aux confessionnaux. Durant le Carême se sont
tenues 5 retraites spirituelles de jeûne et de
prière à la Domus Pacis, avec la participation
de 200 pèlerins. Le 25 avril étaient présents de
nombreux groupes d'Australie, de Corée, de
Lituanie, d'Irlande, de Slovaquie, etc..
* Le programme de Medj.
se déroule de
18 à 21 h (heure légale; identique à la nôtre):
18h Chapelet (2 mystères). 19h Ste Messe
suivie des bénédictions et du troisième chape-
let du Rosaire. Adoration du T.S.Sacrement le
jeudi après la Messe (mercredi et samedi de 22
à 23h). Tous les dimanches, à 15h, Chapelet de
la Paix sur la colline des Apparitions; tous les
vendredis, à la même heure, Chemin de Croix
sur le Krizevac’.
Toutes ces informations sont disponibles
de 10 à 14h à l’Office d’Information, accolé à la
Maison paroissiale; ou (avec les nouvelles et
communications) au Centre d’information MIR,
88266 Medjugorje,BiH; tél (19) 387-88-650-
400 ou fax (19) 387-88-642339.
Festival des jeunes
- Cette année verra
le septième, qui se déroulera du 31 juillet au
6 août sur le thème ‘Des ténèbres à la lu-
mière’. En voici un bref programme:
Mercredi 31 juillet: Rendez-vous à la
messe du soir; 1er août: Les ténèbres en nous
et autour de nous; 2 août: La lumière se
présente, procession du soir avec le
S.Sacrement; 3 août: Rencontre avec la lu-
mière, confessions, (représentation du soir
‘Des ténèbres à la lumière’, histoires de
jeunes dans la drogue, par la Communauté
Cénacle); 4 août: Sois la lumière du monde
(Festival de chants marials); 5 août: Marie,
Mère de la Lumière; 6 août, à l’aube:
Krizevac’, le soleil naît dans le monde à
travers moi.
Parmi les intervenants: Sr Elvira, Jean
Plivar, Don Cosimo, Fr.Jozo Zovko, Sr
Briedge McKenna, les voyants, le Général
Philippe Morillon, etc... La rencontre sera
guidée par Fr.Slavko Barbaric’.
On recommande aux participants d’ap-
porter leur Bible, ainsi qu’un poste (FM)
avec écouteurs, pour les traductions simul-
tanées. Qui désire participer avec un instru-
ment classique doit prendre contact avec le
responsable de la musique au Festival:
Agostino, fax 19-387-88-642-339 et sera logé
à la Domus Pacis.
* Festival International de la musique
‘Medjugorje 96’
- Dans le cadre du Festival
International de la Musique ‘Medjugorje 96’
qui sera organisé pour l’occasion, se déroulera
le 21 juin un spectacle de musique ‘Message de
paix de Medj. au monde’. Il donnera lieu à la
1ère représentation de la ‘Missa de tempore in
aevum’ du compositeur italien Flavio Colusso.
Des participations illustres à ce Festival
sont annoncées: le fameux ténor José Carreras,
la soprano Cecilia Gasdia, 12 chorales de 12
pays représentant tous les continents, 4 acteurs
pour lire les textes de l’Evangile, ainsi que
l’orchestre symphonique de la Radiotélévision
croate. Le concert sera dirigé par le maestro
Vjekoslav Sutsi, un des plus grands de la nou-
velle génération. Cet événement culturel de
grand intérêt sera transmis par la radio et la TV
croates et repris par un grand nombre de télévi-
sions étrangères.
(du Bulletin de Presse)
Nouvelles de la terre bénie
Notre-Dame, à Mirjana:
“Grand est l’amour de Dieu,
faites-Lui une demeure en vous!”
Lundi 18 mars, bien avant 13 heures une
grande foule s’est réunie en prière sous la tente
derrière l’Eglise, parce que Mirjana souhaitait
que tous ceux qui le désiraient puissent assister
à l’apparition annuelle de la Sainte Vierge. La
voyante est arrivée avant 14 heures et a com-
mencé le Rosaire (guidé, pour une dizaine, par
sa fillette de 5 ans: Marie). Puis, elle l’a inter-
rompu à 14 heures précises, pour l’apparition;
celle-ci a duré 6 minutes. Voici son message:
Chers enfants, Je veux que vous réfléchis-
siez longuement au message que Je vous donne
aujourd’hui à travers Ma servante. Mes en-
fants, l’Amour de Dieu est grand. Ne fermez
pas les yeux, ne fermez pas les oreilles tandis
que Je vous répète: Grand est son Amour!
Entendez Mon appel et la supplication que Je
vous adresse. Consacrez votre coeur et faites-
y la demeure de Dieu. Puisse-t-Il y habiter
toujours.
Mes yeux et Mon coeur seront ici, même
quand Je n’apparaîtrai plus. Agissez en toutes
choses comme Je vous le demande et de la
manière dont Je vous guide vers Dieu. Ne
rejetez pas le Nom de Dieu afin de n’être pas
rejetés. Acceptez Mes messages afin de pou-
voir être acceptés. Mes enfants, décidez-vous!
Ce temps est celui de la décision. Ayez un coeur
juste et innocent pour que Je puisse vous
conduire à votre Père, car si Je suis ici c’est à
cause de Son grand Amour Merci d’être ici.”
Après l’apparition Mirjana a dit que Notre
Mère était venue pleine de joie, puis Elle est
devenue triste. A la fin Elle était à nouveau
joyeuse. “Nous avons prié 2 ‘Notre Père’ et 2
‘Gloria’ pour les personnes présentes et pour
celles qui ne connaissent pas encore l’Amour
de Dieu. Nous avons parlé aussi d’autres cho-
ses, mais je ne peux rien en dire. Nous n’avons
pas parlé des secrets. La Madone a béni toutes
les personnes présentes et les objets religieux.
Moi, Mirjana, qui ai vu et ressenti l’amour de
la Gospa, je vous invite vraiment à méditer et
à vivre ce message qu’Elle m’a donné.”
Vendredi de douleur -
Ivan est revenu
d’Australie avec Laureen et la petite Kristina.
Le soir du Vendredi Saint nous étions sur la
montagne pour l’apparition. La Vierge, d’après
Ivan, était triste et douloureuse (comme chaque
Vendredi Saint). Après nous avoir bénis, Elle
donna ce message: “Chers enfants, Je vous
remercie car je sais que vous êtes unis à Moi
dans la douleur. Petits enfants, quand vous
rentrerez dans vos maisons ce soir, priez les
mystères douloureux devant la croix”.
Elle
s’en alla en disant: “Allez dans la paix de Dieu,
Mes chers enfants
” et comme chaque fois
disparut dans le signe d’une croix lumineuse;
mais Ivan, durant l’apparition, avait vu près
d’Elle Jésus dans les douleurs de la Passion.
* Vers le 15ème anniversaire des appa-
ritions -
Le prochain 25 juin se célèbrera le
15ème anniversaire des apparitions. 15 ans
sont passés depuis que les voyants nous ont
rapporté le message de la Madone: J’ai choisi
cette paroisse...
et, à travers Sa Mère, Dieu a
commencé à parler à l’humanité, l’appelant à
la paix et à la réconciliation. Nous vivons
aujourd’hui ce fait d’avoir été choisis depuis
déjà 15 ans: combien d’hommes et de femmes
sont venus ici et ont été profondément touchés.
Cette étape significative invite tous à se
renouveler et à devenir conscients du message
de Marie. C’est une occasion pour renforcer,
par un profond renouveau spirituel de la pa-
roisse, tout le bien et éliminer ce qui ne corres-
pond pas à la volonté divine.
Dans ce but, une mission populaire a été
organisée du 29 février au 3 mars, prêchée par
Fr.Vitomar Slugic, professeur à l’école
franciscaine de théologie de Sarajevo, qui a
vécu à Fojnica et à Sarajevo durant toute la
guerre. De 17 à 20 h. s’est déroulé le pro-
gramme habituel de prière du soir. Le vendredi,
sur le Krizevac’ une grande foule de fidèles a
participé au Chemin de Croix, guidé par Fr
Vlado Kozina. La mission s’est terminée avec
le Rosaire pour la paix et la consécration
communautaire sur la colline des apparitions.
* Les pélerins reviennent en foule
-
Medj. a vécu ces semaines avant et après
Pâques, comme aux plus beaux temps de
Pâques: Une montée au Calvaire
qui libère de la croix!
Medjugorje, le soir de Pâques. Anne, une
jeune fille française de 29 ans court, danse,
saute, virevolte, conduit comme une gazelle la
farandole des pélerins français: on ne sait pas
très bien si elle rit ou pleure de joie! Ce matin-
là en se levant, elle connaissait son programme
personnel; douleurs aiguës, calmants à l’opium,
humiliations... car Anne est née avec un handi-
cap aux pieds. Son père est myopathe, sa mère
hémiplégique. Elle est atteinte d’hypotonie
musculaire bilatérale congénitale et après 3
opérations aux pieds elle sait qu’elle ne pourra
bientôt plus marcher du tout.
Mais ce matin-là elle décide de faire une
folie: aller jusqu’à la 1ère station du Chemin de
Croix sur Krizevac en se faisant aider, car elle
est venue demander la guérison de ses parents.
Elle sait qu’elle paiera très cher cette folie, elle
a préparé la dose maximale de calmants...
Anne atteint péniblement la 1ère station,
mais une force la pousse à continuer. Elle
ressent une souffrance, ce ne sont pas ses pieds,
elle a le sentiment de communier avec Jésus,
comme s’Il lui montrait un tout petit peu de Sa
propre souffrance. Elle lui demande alors de
compatir à sa Passion pour l’offrir. Et l’in-
croyable arrive: elle se retrouve peu à peu au
sommet du Krizevac avec les autres! Elle re-
descend avec ses 2 acolytes et s’aperçoit que
les douleurs ont disparu, sans aucun calmant.
Dans sa chambre, elle teste ses pieds, la voilà
qui saute, tourne, marche sur ses talons... pour
la première fois de sa vie!
Le soir de Pâques Anne conduit la danse.
L’amélioration spectaculaire de sa santé lui
permet le surlendemain de gravir seule la col-
line des Apparitions pour rendre grâces. Quant
à ses doses de médicaments, c’est déjà du
passé. Le P.Jozo lui a dit; “Rassemble tous tes
documents médicaux, et fais soigneusement
constater ta guérison”.
Mais pour Anne, le plus beau cadeau de
Pâques fut sa rencontre avec la Gospa, plus
encore que sa guérison. Depuis son adoles-
cence, elle boudait la Vierge Marie afin de
pouvoir mener sa barque sans Dieu, et elle
n’avait pas la paix. A Medj. elle prit l’image de
la Gospa donnée par le P.Jozo et elle eut sa
première bonne conversation avec sa Mère du
Ciel. Elle se réconcilia avec Elle et consacra
tout son être au Coeur Immaculé. Depuis lors,
elle goûte enfin la paix du coeur. Elle sait
maintenant que Marie a des visées sur elle,
aussi lui a-t-elle donné un Oui total, sans savoir
ce qui se prépare, car une toute nouvelle vie
l’attend
* Grâce à la communion grandissante entre
les diverses Communautés présentes à Medj.
(Oasis de la Paix, Communauté Cénacle,
Kraljice Mira, Béatitudes, Précieux Sang, etc...)
est désormais assurée l’exposition du Saint
Sacrement dans la chapelle de l’adoration cha-
que jour de 13h à 16h3O. Puis est chanté le
background image
Salut, suivi de la bénédiction du S.Sacrement.
Une innovation qui répond bien au message du
25 septembre dernier sur l’adoration dans nos
paroisses et qui réjouit les pèlerins.
* Six membres de langue allemande (fr.et
soeurs de la Cté des Béatitudes) se sont établis
à 10 minutes de l’église; dans une maison vers
le Krizevac’ (l’ancien ‘Belvédère’), achetée par
un donateur allemand. Ils se mettront au service
de leurs concitoyens, qui arrivent en grand
nombre, comme le font déjà depuis quelques
années les frères et soeurs français pour les
pèlerins francophones.
* La Madone et le chant
-Certainement
le concert du 21 juin attirera des foules; prions
pour que la Gospa se serve de l’amour de la
musique chez Ses enfants pour répandre dans
leurs coeurs la réponse à l’amour de Son Fils
Jésus. Qu’Elle inspire aussi des compositeurs
et des chanteurs pour exprimer dignement la
louange de Dieu et élever les coeurs à Lui Ici,
à Medj., Marie a déjà transformé des chanteurs
païens en chanteurs chrétiens (en délestant
certains de la drogue, au passage!).
Elle a donné aussi Elle-même des leçons de
chant! En effet, au début du groupe de prière
d’Ivan, Elle a dit: “Non, chers enfants, vous ne
savez pas chanter avec le coeur”.
Alors Elle a
chanté avec les voyants pour les former, et le
groupe chantait à la suite des voyants. Aucun
des voyants n’a une voix particulièrement re-
marquable, mais leur ‘maître de chant’ leur a
appris comment chanter avec le coeur.
La Gospa n’a jamais composé de chants
pour le groupe, comme le bruit en a circulé,
mais Elle a exprimé sa préférence pour certains
chants de la tradition croate ancienne, qui
exaltent la Passion, la Résurrection et la gloire
de Jésus. Ils sont encore chantés sur la monta-
gne lors des apparitions de nuit, et effective-
ment ils touchent l’âme de manière unique.
Notre-Dame a clairement dit que certains chants
sont inspirés par l’Esprit Saint et d’autres pas.
(Que dirait-Elle des nôtres?)
(Du Journal de Soeur Emmanuel)
* Des nouvelles stations du Chemin de
Croix ont été placées dans l’Eglise de Medj.,
maintenant complètement restaurée; P.Luka
Susac - qui fut curé du lieu pendant de nombreu-
ses années - les a bénites. Ces stations, en bois
clair de noyer, sont l’oeuvre du fameux sculp-
teur italien Pino Sacchi, qui a orné de nombreu-
ses églises et cathédrales.
A 85 ans, il a décidé de faire cette Via Crucis
pour l’église de Medj., comme ultime travail de
sa carrière artistique. L’oeuvre, de grande va-
leur morale et matérielle, a été donnée à la
paroisse par la famille suisse Heger, amie de
Medj. depuis de nombreuses années.
* Cinq nouvelles cloches ont été bénites par
P.Tomislav Pervan, provincial franciscain de
l’Herzégovine, lors de la fête de l’Annoncia-
tion. Une d’elles était dédiée aux 15 ans d’appa-
ritions, la seconde au patron de la paroisse, St
Jacques, et la troisième au 50ème anniversaire
des 64 martyrs franciscains de l’Herzégovine.
* Les Recteurs de l’Université croate se
sont réunis à Mostar dans les premiers jours de
mars, puis ils ont visité le Sanctuaire de Medj.,
rencontrant le P.Provincial franciscain Tomislav
Pervan et les franciscains de Medj. Le Président
de la Chambre de la République croate, Katica
Ivanisevic’ (qui guidait le Collège des Recteurs)
a déclaré après la visite: “Medj. est une grande
réalité pour la Croatie, non seulement pour le
renouvellement et le renforcement de la foi
catholique, mais parce qu’elle représente la
Croatie dans le monde”.
Eucharistie vivante, bulletin trimestriel en
français, qui regroupe les enseignements de P.
Tomislav Vlasic’ aux âmes offertes, peut être de-
mandé à ‘Kraljice Mira, Ste Maria Collero-mano,
I-65017 PENNE (PE). Offrandes au ccp (italien)
18537654.
P.Jozo en Italie rencontre
de nombreux Evêques
En février et mars, P.Jozo a tenu des ren-
contres de prière dans différentes villes d’Ita-
lie, avec une grande affluence de fidèles, et
aussi en Suisse à Lugano, à Zurich et à Mendri-
sio. A Naples, P.Jozo a rencontré le Card.
émérite Corrado Ursi, grand ami de Medj., puis
l’Evêque d’Ischia qui l’a embrassé et lui a dit:
“Bienvenue, Père, merci pour ce que vous
faites pour nous et pour toute l’Eglise; nous
prierons pour votre mission”.
A Massa, la concélébration eucharistique a
été officiée par l’Evêque, Mgr Eugène Binini
qui a remercié P.Jozo pour sa présence et sa
mission. A Florence, le Card.Silvain Piovanelli
a donné une accolade d’accueil au Père et s’est
entretenu une demi-heure avec lui. A la fin il lui
a donné sa bénédiction. La rencontre dans
l’Eglise du Saint Sauveur s’est terminée par
une procession aux flambeaux en l’honneur de
la Sainte Vierge.
La médecine de Marie: A Pontassieve
(Florence) P.Jozo a apporté à la foule la béné-
diction du Cardinal, qui “avait été bon pour lui
et avait confirmé l’importance des rencontres
de prière parce que la conversion du monde et
de chacun de nous est nécessaire et urgente”.
Le Père a ensuite exhorté les fidèles à accueillir
les messages de la Madone et à les mettre en
pratique: “Pour moi, Medj. est un signe qui
nous apprend à voir juste. On doit replacer
Jésus dans les familles, avec le pardon dans la
famille-même, et entre les peuples, accepter la
croix, qui est la voie de la conversion”; et il a
indiqué pour cela les moyens de toujours, en
donnant même un exemple:
“Il y a quelques jours j’ai accompagné à
l’hôpital de Milan, puis à celui de Parme, un
jeune croate qu’un projectile avait atteint à
l’oeil. Le médecin, émerveillé de la tranquillité
et de la simplicité du garçon, lui a demandé:
“Mais comment fais-tu pour être aussi tran-
quille et serein après ce qui s’est passé? C’est
un miracle que tu sois vivant!”. Montrant le
chapelet qu’il avait en poche, le jeune a ré-
pondu: Voici ma médecine et ma sérénité”.
Mgr Lucien Giovannetti, de Fiesole, a re-
mercié P.Jozo d’être venu dans son diocèse et
celui-ci lui a recommandé... d’aider la Madone
lors de la prochaine Conférence Episcopale
pour que d’autres Evêques croient en
Medjugorje. A Canda de Rovigno l’Evêque
Mgr Martin Gomiero a eu des mots d’encoura-
gement pour son hôte, spécialement après que
Mgr Grillo de Civitacecchia lui ait dit d’ac-
cueillir P.Jozo dans son diocèse comme une
bénédiction.
Contre les mages et le ‘miraculisme’ - A
Alexandrie Mgr Fernand Charrier a expressé-
ment demandé au Père de l’aider à combattre
le ‘miraculisme’ et les pratiques magiques dans
une ville infestée de mages... et aussi de corri-
ger l’idée d’une religion basée seulement sur
l’extraordinaire: “Il y a ici des gens qui mettent
sur le même plan la Messe du dimanche et la
consultation aux chiromanciens ou mages...
Nos chrétiens confondent la Révélation
divine avec les messages privés: sur ceux-ci
nous ne pouvons pas baser notre foi! Mais,
aidez-nous car vous pourrez leur dire ces cho-
ses avec autorité, grâce au charisme que Dieu
vous a donné et ce que vous représentez. Faites
comprendre à ces gens que notre foi est fondée
dans le Christ et que Marie nous prend en main
pour nous conduire à Lui”.
P.Jozo a affirmé que ses rencontres de
prières répondent parfaitement aux demandes
de l’Evêque et à ce problème: “Je parle tou-
jours contre les mages et les magies; je souffre
beaucoup quand je vois un chrétien, baptisé et
marié à l’église, qui dépend d’un mage. La
rencontre d’aujourd’hui à Alexandrie est im-
portante pour établir notre foi et notre tradition
sur des fondements solides”.
P.Jozo a donné à Mgr Charrier une image
de la Madone avec le programme habituel qu’il
développera le soir: Prière, jeûne, Eucharistie,
Bible, Confession.
(Des notes de Matteo Rossi)
Pour l’orphelinat en construction à Siroki
Brieg - monument de l’amour en faveur des
enfants frappés par la guerre - on peut envoyer les
offrandes à Matteo Rossi ‘pour le P.Jozo’, Via
della Grazie, I-54100 MASSA. [ccb Banca
Toscana, p.zza Aranci, Massa].
L’Eglise vivante
Du 18 au 21 avril P.Tomislav Vlasic’ a
guidé le second carrefour pour la formation des
âmes offertes (Numana, AN). Le thème pro-
posé ‘L’Eglise vivante’ est le point d’arrivée
d’un itinéraire amorcé dans les rencontres pré-
cédentes où avait été traité l’argument ‘Les
sacrements vécus’. “Ainsi, comme je vous avais
invité à vivre les sacrements, aujourd’hui je
vous appelle tous à devenir l’Eglise qui vit son
mystère; nous devons devenir vivants dans le
Christ ressuscité et développer tout ce qui est
en nous.
L’Eglise est le don le plus grand de Dieu
aux hommes et en elle tous les dons de Dieu
sont inclus. C’est un sacrement qui contient
tous les sacrements: de fait, l’Eglise remplace
Dieu sur la terre parce que la T.S.Trinité vit
dans l’Eglise et, par elle, accomplit Ses
oeuvres”.
Par ces paroles, P.Tomislav a ac-
cueilli les 600 participants, les introduisant
immédiatement dans le vif de la thématique.
Sa réflexion, évidemment marquée par les
événements qui l’ont atteint personnellement
au cours des jours précédants (le décès de sa
mère, et celui du P.Salvatore, l’inoubliable
gardien du couvent de Lama dei Peligni),
P.Tomislav a indiqué comment nous pouvons
sentir leur présence vivante en nous: “Les
Saints, les Anges, sont vivants parmi nous, ce
n’est pas une théorie mais une dimension que
l’âme perçoit. Plus qu’il y a une semaine, je me
sens maintenant plein de la présence de ma
Maman. Les âmes du purgatoire sont vivantes
parmi nous et veulent nous aider, mais en
même temps elles attendent notre aide. Quand
nous nous ouvrons à ces réalités nous sommes
en mesure de participer à la Communion des
Saints, à l’Eglise universelle”.
L’immersion en Dieu au moyen de la mé-
ditation et de la prière a été l’instrument privi-
légié pour faire comprendre le thème traité à
travers l’expérience personnelle d’une Eglise
vivante dans le coeur de chacun et dans toute
l’assemblée: “Nous devons entrer dans une
communion vivante entre nous;
les distances
n’empêchent pas les âmes de se toucher et,
devenant “une” en Christ, l’Eglise se rénove”.
P.Tomislav a donc exhorté à développer
l’harmonie entre le divin et l’humain entre
nous, entre les époux, dans les Communautés,
dans les groupes. C’est possible quand l’Eglise
promeut la vie des conseils évangéliques comme
valeurs fondamentales, aussi bien pour les laïcs
que pour les consacrés (obéissance à la voix de
Dieu en nous et dans les autres; pureté de coeur
et d’esprit; humilité spirituelle qui nous ap-
prend à nous mettre à la dernière place et à
placer Dieu comme notre ‘tout’). “L’âme qui
veut vivre en plénitude sa propre appartenance
au Christ doit intégrer ces valeurs, comme
dans une fleur où tous les pétales sont unis”.
Dans l’Eglise se réveille toujours le grand
danger du pharisaïsme, qui équivaut à connaî-
tre tout de Dieu sans L’avoir jamais rencontré.
Mais quand nous agissons de telle sorte que
chacune de nos expressions extérieures mani-
feste Dieu, alors nous rendons visible la com-
munion que nous vivons intérieurement avec le
Père. L’Eglise nous enseigne à manifester la
background image
foi qui se fonde sur le mystère pascal: ‘Nous
annonçons Ta mort, Seigneur
...’ signifie; ‘Nous
n’avons pas peur car Dieu fait tout pour nous,
jusqu’à donner Sa propre vie!...’
Annonçons-
Le donc avec notre vie, et insérons nos souf-
frances et notre mort dans Sa mort pour que
nous puissions être une continuelle annonce
pascale. ‘Nous proclamons Ta résurrection...’:
Non en paroles mais, mourant à notre
égocentrisme, nous favorisons la naissance
d’une créature nouvelle en nous, une créature
rachetée: alors en nous vivra aussi l’Eglise
nouvelle, la Jérusalem céleste.
‘Dans l’attente de Ta venue!...’ Combien
de demandes, combien de discussions sur la
prochaine venue du Christ! Notre attente doit
être plutôt enracinée en Marie et dans l’Eglise:
une attente confiante, patiente, qui ne passe pas
par notre propre ‘moi’ ou par les prévisions de
voyants. L’Eglise est ‘une’ et l’interprétation
des événements divins doit passer par elle; on
évite ainsi le risque qu’un simple quidam puisse
s’inventer ‘son’ Eglise, filtrée par son propre
‘moi’. “Etre dans l’attente veut dire être dans
la lumière et chaque fraternité d’âmes offertes
devrait être une lampe allumée: les vierges qui
attendent l’époux sont une réalité”
continue
P.Tomislav. “La lampe qui brûle en nous, est
l’Agneau immolé. L’Amour sacrifié du Père.
Si nous sommes en mesure de vivre cet
amour de Dieu qui se donne au-delà des fron-
tières de la souffrance et de la mort, si nous
vivons les sacrements en cherchant à être des
agneaux qui s’offrent les uns pour les autres
dans les bras de Marie, alors tous les dons
présents dans l’Eglise fleuriront. L’Eglise veut
vivre en nous; dans les communautés et dans
les fraternités, nous devons nous serrer dans
l’amour offert pour donner vie aux sacre-
ments: cet amour nous protège et ferme les
portes de l’enfer... Avec lui nous voulons met-
tre en pratique ce que nous enseigne l’Eglise
catholique: pratiquer l’Evangile!”.
Plus que d’autres, la conclusion habituelle
débouche sur l’ouverture, le départ en mission.
Les réflexions sur ‘l’Eglise vivante’ attendent
de prendre une forme concrète et visible dans
les âmes des présents, qui se sont laisser con-
duire docilement par le ‘berger’. Avec ces
propositions et espérances, les âmes offertes se
dirigent vers l’année dédiée par le Souverain
Pontife à Jésus Christ (1997), afin de pouvoir
être “annonce vivante de Sa venue”..
Sr Stephanie
Eucharistie vivante, le petit bulletin trimestriel
diffusant les instructions du P.Tomislav existe en
français. On peut le demander (avec offrande au
CCP 18537654) à la communauté Kralijice Mira,
S.Maria Colleromano, I-65017 Penne PE.
P.Slavko en Afrique
: Fin janvier,
P.Slavko Barbaric’ a visité l’île de la Réunion
et l’île Maurice, petits paradis sur terre par leur
climat tropical et leur beauté naturelle. Ces
terres lointaines et peu habitées, qui émergent
de l’Océan Indien à 700 km au sud de
Madagascar, avec leurs 90% de catholiques
connaissent depuis longtemps le message de la
Reine de la Paix, grâce à l’action de nombreux
pèlerins qui se sont rendus à Medjugorje et qui
ont ensuite formé des groupes de prières et
Centres pour la paix.
A la Réunion, P.Slavko, en compagnie de la
voyante Mirjana et de sa famille, a participé à
des rencontres de prière dans10 Eglises, qui ne
pouvaient contenir la foule des fidèles accou-
rus. Dans l’Eglise St François de Sales, le
Card.J.Margeot - qui s’était rendu précédem-
ment à Medj. (V/Echo 121) - et est un
propagateur convaincu des messages, a
concélébré l’Eucharistie avec 20 prêtres: pour
l’occasion, la chorale a chanté en croate.
L’Evêque Gilbert Auby a accueilli les visiteurs
pour un entretien cordial, leur disant qu’il con-
naît et suit les événements de Medj., qui >
> donnent de bons fruits et qu’en conséquence
il est ouvert au message de paix.
Egalement, l’Evêque Maurice Piat, de l’île
Maurice, a participé à une grande rencontre de
prière avec 20 prêtres, confirmant l’importance
des messages. Pour tous ceux que gênent la
pauvreté et l’éloignement, ce fut une grande
joie que de recevoir un témoignage direct des
événements, par les protagonistes de Medj.!
P.Slavko a ensuite poursuivi par l’Ouganda
l’attendait le Card.Wamala, lui aussi pèlerin de
Medj. (du Bulletin de Presse)
Du 1er groupe de prière aux groupes
disséminés dans tout le monde
Les indications de Marie
1. C’est un fait indéniable que sont nés dans
le monde de nombreux groupes de prière for-
més par des pèlerins de Medjugorje. Cela s’est
produit, et se produit encore, par le désir exprès
de la Madone que se forment des groupes de
prière. On en compte maintenant des milliers.
Le premier groupe de prière est né le 4
juillet 1982, un an après le début des apparitions
de la Sainte Vierge, et est encore actif. Selon le
témoignage d’Ivan le voyant , Notre Mère avait
demandé à ceux qui le désiraient de se réunir et
de prier ensemble, ajoutant qu’Elle-même se-
rait avec eux de manière spéciale. La Gospa
avait aussi demandé de former des groupes de
prière dans toutes les communautés paroissia-
les, pour L’aider à réaliser les plans que le
Seigneur Lui a confiés.
Au début, le groupe se réunissait 3 fois par
semaine sur le Podbrdo: lundi, mercredi et
vendredi. Durant la prière, la Madone apparaît,
donnant de brefs messages. Lorsqu’Ivan ne
peut être présent, Marija le remplace, et quand
elle-même est absente, c’est Vicka.
Parfois, les rencontres sont réservées seule-
ment au groupe, formé d’une quarantaine de
personnes; parfois elles sont ouvertes à tous.
Dernièrement, les rencontres se déroulaient 2
fois par semaine, le lundi et le vendredi, et
depuis peu le mardi et le vendredi; elles sont
très simples: prière du Rosaire, chants, lecture
de l’Ecriture et du message. Habituellement,
elles ont lieu en plein air, sur le Podbrdo ou sur
le Krizevac’, quelles que soient les conditions
atmosphériques. Ces rencontres sont importan-
tes pour les projets que le Seigneur a confiés à
Son humble servante Marie, mais aussi pour la
croissance spirituelle de chaque membre parti-
culier du groupe de prière.
A la demande: “Que signifie pour toi, par-
ticiper au groupe de prière?”, Ivan le voyant a
répondu: “Participer au groupe de prière est très
important parce que j’apprends à prier ensem-
ble et je ne peux pas imaginer ma croissance
spirituelle sans le groupe”.
2. Un second groupe de prière est né
autour de Jelena Vasilj en mars 1983. Elle était
alors une fillette de 10 ans, qui faisait l’expé-
rience d’entendre la voix intérieure, comme elle
l’entend d’ailleurs toujours maintenant. Selon
son témoignage, la Madone lui parle et l’ensei-
gne. Ce groupe se réunissait au presbytère après
la S.Messe du soir; il était guidé par P.Tomislav
Vlasic’ et, de temps en temps, par les autres
prêtres.
Durant la rencontre, faite de prières simples
et de chants, la Madone donnait des messages
au groupe à travers Jelena elle-même, ensei-
gnant à prier. Une des trois rencontres de prière
hebdomadaires était pour l’Evêque local et une
autre servait à parler des expériences vécues. Le
groupe a été actif jusqu’en 1987. Qui voulait y
participer devait s’engager à ne prendre aucune
décision pour sa propre vie pendant 4 ans.
Quand une partie du groupe est allé en Italie
avec P.Tomislav, les autres membres se sont
rencontrés encore pendant quelque temps. Ac-
tuellement est en train de se former une commu-
nauté guidée par P.Tomislav, appelée ‘Reine
de la Paix’ - entièrement Tiens - à Jésus par
Marie’ qui est acceptée par un Evêque en Italie,
comme essai. Il y a les candidats, les postulants,
les novices, ceux qui ont déjà prononcé leurs
voeux, et aussi un important groupe de collabo-
rateurs extérieurs, de fraternités organisées et
de groupes de prière.
Au début, Jelena a transmis le message
suivant: “La Madone dit: Je désire avoir ici un
groupe de prière. Je guiderai le groupe et
donnerai les règles de consécration pour lui.
Avec ces règles, tous les autres groupes dans le
monde pourront se consacrer. Attendez un mois,
puis communiquez les
conditions que Je donne:
d’abord, il faut renoncer à tout et se remettre
entièrement dans les mains de Dieu. Chacun
doit renoncer à toute crainte parce que, si vous
êtes abandonnés à Dieu, il n’y a place pour
aucune peur. Toutes les difficultés que vous
rencontrerez seront pour votre croissance spi-
rituelle et pour la gloire de Dieu. J’invite les
jeunes, parce que les époux ont leurs propres
engagements. Pourtant, tous ceux qui désirent
participer à ce programme peuvent le suivre,
au moins partiellement. Je guiderai le groupe”.
Outre les rencontres durant la semaine, la
Madone a appelé le groupe à l’adoration noc-
turne une fois par mois, ce qu’il accomplissait
habituellement la nuit du premier samedi du
mois, terminant avec la S.Messe dominicale du
matin.
3. Après ce bref résumé des faits, nous
essayons de répondre à une simple demande:
Qu’est-ce qu’un groupe de prière? Le groupe
de prière est une communion de fidèles qui se
réunissent en prière une fois ou davantage
durant la semaine ou le mois. C’est un groupe
d’amis qui prient ensemble le chapelet, lisent
les Ecritures, participent à la Messe, se rencon-
trent et échangent leurs propres expériences
spirituelles. Il a toujours été recommandé que le
groupe se trouve sous la conduite d’un prêtre;
et si cela n’est pas possible, on conseille d’or-
ganiser les rencontres de prière dans la simpli-
cité.
Les voyants soulignent toujours que le pre-
mier et principal groupe de prière doit être la
famille et que seulement alors on peut parler
d’une véritable éducation spirituelle qui a sa
continuation dans le groupe de prière. Le groupe
demande que chacun de ses membres soit actif
et apporte sa propre contribution spirituelle.
Seulement ainsi le groupe peut vivre et grandir.
4. Les fondements bibliques du groupe de
prière se trouvent, entre autres, dans la parole
du Christ: “Si deux d’entre vous, sur la terre,
unissent leurs voix pour demander quoi que ce
soit, cela leur sera accordé par mon Père qui
est au cieux. Que deux ou trois, en effet, soient
réunis en mon Nom Je suis là au milieu d’eux”
(Mt.18, 19-20). En effet, le premier groupe de
prière est né durant la première neuvaine après
l’Ascension du Christ, quand Marie a prié avec
les disciples en attendant, toujours dans la
prière, que le Seigneur Ressuscité accomplisse
Sa promesse et envoie l’Esprit S.; ainsi que cela
s’est produit le jour de la Pentecôte (Ac.2,1-15).
La première Eglise aussi se comportait de la
même manière: Ils se montraient assidus à
l’enseignement des apôtres, fidèles à la com-
munion fraternelle, à la fraction du pain et aux
prières
... et Tous les croyants ensemble met-
taient tout en commun... Jour après jour, d’un
seul coeur, ils fréquentaient assidûment le Tem-
ple et rompaient le pain dans leur maison,
prenant leur nourriture avec allégresse et sim-
plicité de coeur. Ils louaient Dieu et avaient la
faveur de tout le peuple. Et chaque jour, le
Seigneur adjoignait à la communauté ceux qui
seraient sauvés
(Ac.2,42 et s.).
5. Il existe sûrement aussi un motif
sociologique pour expliquer l’existence des
groupes de prière. Chaque individu doit soigner
sa propre croissance spirituelle et la commu-
background image
nion est irremplaçable pour cette croissance, à
cause de la structure psychophysique de la
personne humaine. Elle est importante surtout
aujourd’hui parce que l’individu se perd facile-
ment, au rythme de nos journées.
Le groupe facilite la croissance spirituelle,
la corrige et l’éperonne. L’expérience de l’un
enrichit et illumine l’expérience de l’autre. Qui
reste seul se trouve en danger de croître sans
aucun contrôle. Toutes les difficultés se sur-
montent plus facilement dans le groupe et se
transforment en riches expériences spirituelles.
Le groupe aide à conserver et à diriger les
charismes.
(du thème développé par P.Slavko au Con-
grès de Tucepi: 19 mars 96 - à suivre)
Un jeune bouddhiste
appelé sur le Krizevac...
Philippe Jeanneau, de Tonnay-Charente, a
rendu ce témoignage public le 3 mars 1996; il
nous a été envoyé:
Chers frères et soeurs dans le Christ, juste
un mot pour vous donner mon témoignage.
Après avoir été pendant plus de 20 ans athée
(j’ai 25 ans aujourd’hui) mon cheminement
spirituel m’a amené à vouloir au début de mars
94; devenir moine bouddhiste. Mais là, je me
suis retrouvé dans un désert spirituel.
Et à ce moment précis j’ai compris qu’il me
manquait quelque chose: je n’avais pas l’Amour.
Je ressentais un appel intérieur très fort mais je
ne savais pas d’où il venait. Et puis, une petite
voix me disait: “Pourquoi vas-tu chercher si
loin ce que tu as à ta porte”. De même aussi,
j’avais un fort désir de revoir le film de Jésus
que j’avais vu lorsque j’étais petit à la télé.
Peu de temps après, avec tout ça, je suis
arrivé chez un chrétien bouddhiste. Et là, je lui
ai demandé s’il avait ce film tant désiré. Oui, il
l’avait. C’était ‘Jésus de Nazareth’ de Zefirelli.
Dès le début du film je suis tombé amoureux de
Marie. J’étais tellement captivé par Jésus que
j’en oubliais de manger. Devant mon enthou-
siasme, il m’a fait visionner des cassettes vidéos
sur Medjugorje, que je ne connais pas, bien sûr!
(la seule instruction religieuse que j’avais re-
çue avait été une BD sur Jésus à l’âge de 7 ans).
Et là, tout à coup, j’ai compris ‘la Source’,
c’était Dieu; mais pour que je revienne à Dieu,
il fallait que je passe par Marie, et c’est Elle qui
me conduirait ensuite à Jésus, Son Fils; et
après, Jésus me conduirait au Père. Alors je me
suis dit: “Si vraiment la Vierge apparaît là-bas,
ce serait trop idiot de mourir avant de L’avoir
vue”.
Et une semaine plus tard, j’étais à Medj..
Là-bas, ce qui m’a saisi c’est l’immense paix
que l’on ressent. On n’avait vraiment pas l’im-
pression d’être dans un pays en guerre. Ce qui
m’a aussi bouleversé, c’est la joie, la sérénité
et la beauté qui rayonnaient des jeunes Croates.
Avec leurs guitares, tout simplement réunis, ils
chantaient Dieu sans aucune honte. Je me
disais intérieurement: “Qu’est-ce que j’aime-
rais avoir leur foi!”
Puis un jour, sur le mont Krizevac’, à
l’écart, la tête sur les genoux, j’étais malheu-
reux. Je ne savais plus où j’en étais: étais-je
chrétien? Etais-je encore bouddhiste? Puis, tout
à coup, une petite main vint sous mon regard.
Cette petite main me tendait quelque chose. Je
levai la tête et je vis une toute petite fille.
Elle voulait me donner un objet. Et alors
que je prenais l’objet en question, j’ai ressenti
un immense amour m’envahir. Je sentais que
jamais on ne m’avait fait un tel cadeau, c’était
un cadeau d’amour. A cet instant, je lui aurais
donné n’importe quoi en échange pour la re-
mercier. Je cherchais sur moi ce que j’avais de
plus précieux, mais avant même que je l’ai
réalisé, elle avait disparu. Alors, je me suis mis
à contempler ce qu’elle m’avait donné: c’était
une simple médaille, mais sur l’une des faces,
la Vierge y était représentée (j’ai appris beau-
coup plus tard que c’était la médaille miracu-
leuse de la rue du Bac). Et en la regardant,
c’était comme si Elle me disait: “Je suis la
solution à tes problèmes”.
Alors, en me levant et en redescendant la
colline, je Lui ai dit: “D’accord, Marie, je passe
un contrat avec Toi: Je fais exactement toutes
les 5 choses que Tu nous demandes (le Rosaire
tous les jours, le jeûne au pain et à l’eau le
mercredi et le vendredi, la Messe le plus sou-
vent possible, la Bible tous les jours, et la
confession une fois par mois), et après... on
verra. Oui, on verra...
On verra que le petit Vietnamien adopté à
l’âge de 16 mois en 1972 et qui était arrivé en
France le visage perdu et profondément triste,
a aujourd’hui retrouvé le sourire - le sourire
éternel - et la paix en acceptant, après un long
combat, d’épouser l’Amour, de se laisser
Aimer... de devenir prêtre... Philippe
Comment annoncer aujourd’hui
la vérité de toujours
5. Relativement aux sacrements: la foi
dans l’efficacité de ceux-ci a beaucoup dimi-
nué; soit par l’influence négative de l’anti-
sacramentalisme de forme calviniste, soit par
le scepticisme général face à ce qui n’est pas
visible ou qui apparaît simplement un rite
conventionnel (‘quelle belle cérémonie’ - nous
dit-on parfois avec une formule qui donne froid
dans le dos). Une nouvelle lecture et compré-
hension des admirables textes liturgiques de
l’Eglise, qui expliquent ce qui s’accomplit
dans les rites, peut aider à recouvrer cette foi.
Relisons ces textes liturgiques, et pas seule-
ment pour nous préparer à les accomplir de
manière impeccable: revenons aux sources de
leur forme la plus intégrale, pour récupérer des
trésors de beauté et de poésie qu’avec une hâte
excessive nous avons mis en sourdine, peut-
être ‘pour simplifier’.
6. Au regard de l’Ecclésiologie, il faut
passer à l’attaque: On ne peut rester en position
de défense, cherchant à justifier l’Eglise dans
ses choix politiques et dans sa position actuelle
dans le monde. Sans rabaisser l’importance de
l’institution hiérarchique de l’Eglise voulue
par le Seigneur, il faut inviter l’homme
d’aujourd’hui à poser un regard plus au fond,
là où le monde ne sait et ne peut voir. ‘Voir’
l’Eglise dans ses plus humbles et véritables
Eucharisties, dans la réalité sanctifiante des
pauvres et des souffrants qui croient, dans la
chasteté cachée de tous ceux qui savent garder
leur corps comme une hostie sainte agréable à
Dieu. Et ne pas trop se morfondre en regardant
les statistiques.
Entendons-nous bien: les statistiques ont
leur valeur, et sont même en augmentation!
Nous ne prétendons pas ici contester une pré-
sence qui fasse sortir des ghettos et des sacris-
ties ceux qui se déclarent croyants, pour les
faire émerger au-delà des ‘rideaux d’encens’.
Mais autre chose est de savoir évaluer chrétien-
nement ces chiffres.
Et puis, comme d’habitude, pour reprendre
le discours en l’appliquant à la situation parti-
culière du monde d’aujourd’hui, nous disons:
dans l’Occident riche et désespéré, l’Eglise
doit savoir se montrer comme ‘lieu de vie’, de
vie vraie; capable non seulement de convoquer
et de réunir comme aucune institution humaine
ne se montre en mesure de le faire, mais d’offrir
vie et communion, comme on ne le rencontre
pas dans le monde.
Beaucoup de communautés d’inspiration
orientale se présentent aujourd’hui dans nos
milieux avec une intention concurrentielle nette,
et nous font envier leur solidarité - qui parfois
est très avancée - et leur vitalité ‘spirituelle’
manifestée ou affichée avec force. Mais nous
devons et pouvons être bien davantage. L’uni-
que moyen d’arrêter ces modes dangereuses est
de montrer qu’il n’y a pas besoin de sortir de
notre ‘maison’ pour trouver une vraie commu-
nion et une vie spirituelle d’une incomparable
intensité.
La nouvelle annonce de l’Evangile
réside dans la ‘nouveauté de vie’
1. Le ‘nouveau’ mode de vivre chrétien ne
sera pas un retour aux simples normes d’une
saine manière de vivre humaine, selon des di-
mensions et attentes terrestres mais, à l’image
de l’Eglise primitive il devra être fondé sur
l’unique Parole qui ne vieillit pas.
Et il ne pourra jamais faire abstraction du
retour continuel à l’Ecriture, avec une constante
référence à l’annonce essentielle (ou kerigma):
Dieu a tant aimé le monde qu’Il lui a donné son
Fils... Le Christ est mort pour nous, Il est
ressuscité, Il est apparu à beaucoup, selon les
Ecritures, et nous en sommes témoins...
En ceci
réside la source et la motivation du parcours et
de l’agir chrétien. Seulement ainsi nous devien-
drons nous-mêmes annonce du Christ, vrai sel
de la terre et lumière du monde; et la nouvelle
évangélisation ne sera pas sujette à l’ambiguïté
d’un modernisme chrétien avilissant et déviant.
2. Toutes les oeuvres des croyants ne
peuvent que partir de la foi dans le Christ et
de l’adhésion totale à Lui. Dans la foi ils doivent
trouver la force, la justification, l’inspiration, la
source de leur être. De telles oeuvres seraient
rendues vaines - quant à leur valeur chrétienne-
si elles étaient inspirées et réalisées en tant que
réalisations humaines, pour des motifs ‘humains’
retenus comme justification suffisante, où entre
de toute façon un horizon simplement humain,
même si elles étaient accomplies avec les
meilleures dispositions du coeur et les meilleu-
res intentions morales (cfr. Tout ce qui ne vient
pas de la foi est péché
-Rm.14,23).
Il faut bien nous entendre: l’intention
spécifiquement chrétienne est l’accomplisse-
ment de la volonté de Dieu, l’amour du Christ
et l’obéissance à Lui. Mais ceci ne rend pas vain
le contenu ‘humain’ des actions que nous ac-
complissons; ne sont pas vaines par exemple la
tendresse de la mère pour son enfant, ou la
compassion de l’homme pour son frère souf-
frant, ou encore le sens de la justice qui indigne
et pousse à s’exposer à des risques graves par
amour de la vérité; mais, élevé dans l’acte
simple et total de son adhésion au Seigneur. cela
constitue pour le chrétien une valeur authenti-
que. Pour le chrétien la foi ne peut se limiter à
être implicite, mais doit imprégner toute sa
pensée et dominer toutes ses manières de vivre,
en constituant la première et l’ultime référence.
3. Tout l’agir chrétien doit avoir pour cen-
tre Dieu et être subordonné, par adhésion intime
du coeur et dans les choix concrets, aux com-
mandements du Seigneur, et avant tout au pre-
mier des préceptes: aimer Dieu de tout son
coeur...
parce qu’on ne peut servir deux maîtres.
Une foi implicite, ni le seul fait de faire partie du
‘troupeau’ des chrétiens, ne suffisent pas pour
qualifier nos actions comme chrétiennes; et
encore moins à donner la force d’accomplir les
oeuvres avec l’intégrité, la générosité et la pu-
reté qu’on exige lorsqu’il s’agit de Dieu.
A ce point on entrevoit l’importance de la
prière, c-à-d. du rapport filial avec Dieu pour
connaître et vivre sa volonté. Souvent la prière
est ignorée ou carrément retenue comme choix
de facilité ou inertie déguisée. Au contraire, elle
est la manifestation explicite de l’amour pour
Dieu, le moment privilégié pour chercher l’aimé,
demeurer avec Lui, Lui parler, Le louer, Le
célébrer. La prière, confirmée par l’accomplis-
sement de la volonté de Dieu, ne consiste pas en
de pures actions d’obéissance à des règles;
moins encore dans des accomplissements froids
(Rom 6,4)
background image
Resp.Ing.A. Lanzani-Tip. DIPRO(Roncade TV).
et réalisés de mauvais gré ou seulement par
paresse intellectuelle ou par respect humain.
4. L’agir chrétien doit avoir comme centre le
Christ, il doit être fruit du mystère pascal; c’est
pourquoi la référence à Notre Seigneur ne doit
pas être seulement supposée ou déclarée ‘pour
une fois’. Une intention seulement initiale ou
supposée, laisserait l’homme en proie à de nom-
breuses et pressantes motivations d’agir, à beau-
coup plus de sollicitations tentatrices de nature
mondaine. Se référer efficacement au Christ
comporte de se garder à Lui et de demeurer en
Lui, comme les sarments dans la vigne, et non
y faire référence seulement verbalement. Ainsi
faut-il entendre les paroles pauliniennes, si sou-
vent mal comprises: Quoi que vous puissiez dire
ou faire, que ce soit toujours au nom du Sei-
gneur Jésus, rendant par Lui grâces au Dieu
Père!
(Col.3,17).
5. L’agir chrétien doit tendre à la sainteté,
qui convient à la nouvelle créature faite membre
du Christ, dans laquelle habite l’Esprit. Laisser
Sa puissance agir en nous, nous porte à un
intégral accomplissement de la volonté de Dieu
dans une nouvelle liberté. La faiblesse de la
chair a été vaincue. Ceci sans triomphalisme: on
combat encore et on tombe, à cause de notre
fragilité: mais nous sommes dans la paix parce
que Dieu est plus grand que notre coeur et
connaît toutes choses
(1J.3,20) et peut remédier
à tout.
6. Seuls, les sacrements soutiennent et qua-
lifient une vie commencée avec la régénération
baptismale, puis nourrie sans cesse avec l’ali-
ment eucharistique. Le croyant vit par
l’Eucharistie et en vertu d’elle. Cette référence
eucharistique doit servir à mesurer la pureté et
la ferveur d’une existence toute enveloppée
dans les merveilles de Dieu et qui va d’Eucharistie
en Eucharistie. Il faut dépasser de beaucoup la
perspective mesquine de ‘précepte’, de ‘devoir’,
si l’on veut faire revenir l’agir et l’espoir du
chrétien d’aujourd’hui à la vérité de la première
communauté chrétienne, où chaque jour ils
rompaient le pain avec allégresse
(Ac.2,46).
7. La vie chrétienne devra se signaler par son
attente du Seigneur, quand se révélera la vraie
justice pour tous ceux qui, dans le monde, ont
subi des afflictions et ont attendu Son retour.
Les temps sont déjà accomplis dans le Christ et
nous vivons maintenant dans cette fidélité inté-
grale qui peut résulter seulement de la cons-
cience que les derniers temps sont arrivés et que
ce serait une stupidité sans pareille que de
s’enraciner dans les réalités qui sont déjà jugées
passagères et illusoires. Ce mode de pensée ne
comporte pas en fait un détachement des réalités
historiques et des engagements temporels, mais
au contraire un meilleur dévouement parce que,
libérés de la hantise du présent, nous nous
consacrons avec un amour qui décuple les for-
ces, à tout ce qui plaît à Dieu, y consacrant le
temps, qui est désormais court.
Fin
(Texte réduit et adapté)
Don Umberto Neri
Don Amorth: prêtres, aidez
les personnes en difficulté!
Don Gabriel Amorth, le plus célèbre
exorciste de Rome, accablé de requêtes, re-
grette que les prêtres et Evêques n’accueillent
pas les demandes d’aide des personnes qui se
croient possédées. “Elles viennent à nous pour
cela; c’est le signe qu’elles ont au moins une
crise psychologique ou de foi: donc qu’elles
soient écoutées, tranquillisées avec amour et
compétence. L’Evêque d’Isernia a recommandé
à ses prêtres: que jamais une personne en peine
qui s’adresse à nous, ne soit repoussée
. Mais,
au contraire, les prêtres sont peu nombreux et
peu compétents...”
D. Peu compétents? R. Du problème spé-
cifique. Ils sont peu instruits des séances spirites
et s’imaginent qu’il s’agit de bagatelles: au
contraire, beaucoup de problèmes et obsessions
naissent de là. Ou bien de la fréquentation des
mages, qui sont souvent les seuls disposés à
écouter (moyennant finances!!) les gens que les
prêtres renvoient. Ou de l’entrée dans des grou-
pes occultistes, recherchés comme faux remè-
des à la solitude.
Mais, dites-nous par expérience s’il y a
vraiment des clubs sataniques? R. Il faut distin-
guer; souvent il s’agit de groupes malpropres
qui font des orgies (et parfois des tortures) avec
une coloration satanique... Combien de pactes
de sang il m’a été donné de lire!
Pactes de sang? R. Des documents écrits
avec le sang, comme demandes à satan: “Donne-
moi la richesse”, ou bien “donne-moi le succès”
ou encore “donne-moi le plaisir”. Le schéma est
celui décrit dans l’Evangile, quant aux tenta-
tions du Christ: satan veut être adoré et promet
en échange tous les biens de ce monde.
Richesses, plaisirs, succès; ce sont aussi les
‘valeurs’ que la société actuelle respecte et
glorifie.
R. C’est exact. Une société sans va-
leurs, qui privilégie les émotions. Qui appelle
‘expériences’ ce qui, en d’autres temps, était
appelé ‘péché’. Sur cette société, le démonia-
que exerce une fascination sans précédent: l’op-
tion pour le mal, la glorification de la rébel-
lion...”
Mais sur quelles classes sociales s’exerce
cette fascination? R. Sur toutes, aucune n’y
échappe. Si vous saviez combien de médecins
aboutissent vers nous, exorcistes. Et combien
de professionnels, industriels, sportifs célèbres
s’adressent aux mages et sorciers! Et les jeu-
nes, quelle peine immense!
Les jeunes? R. Une jeunesse, non éduquée
dans la foi, est emplie de curiosité pour les
‘émotions’ occultistes, que ce soit les cultes
orientaux, le spiritisme, le rock satanique, etc...
La télé donne les pires exemples, la presse
ranime les curiosités! Une enquête de l’Evêque
de Foggia a mis en lumière que 36% des
étudiants (15/20 ans) de cette ville ont participé
à des séances spirites; à mon expérience, ce
pourcentage est valable pour toute l’Italie. Et
qu’on ne croit pas que certaines ‘expériences’
restent sans conséquences profondes! (M.Blo)
EDITIONS ETRANGERES:
albanaise: Jéhona e Medj.L1p.10.Lac Albania;
allemande: Echo aus Medj. cas.post.149, I-46100
Mantova Italie; anglaise: Echo of Medj. cas. post.
27, I-31030 Bessica Treviso (Italie); catalane:
Amics de Medj. c.Carme 11 baixos, E-08700 Igua-
lada- Catal.(Espagne); espagnole: Eco de Medj.
cas post. 149, I-46100 Mantova; grecque: Sr
Despina, 69 rue Epirou, Agia Paraskevi, 15341
Athènes (Grèce); hongroise: Fraternitas, 1399
Budapest, P.F.701/85 (Hongrie); néerlandaise:
Misericordplein 12C, 6211-HK,Maastricht (Hol-
lande); polonaise;Cz.Miriewiecz ul.Krasickiego
21a/3, 30-515 Krakow-Podgorze (Pologne);
portugaise:Portugal - G.da Cunha Correia 24 r.L.de
Brito,4915 Vila Praia de Ancora; Brésil - Servos da
Rainha C.P.02576,70279-970 Brasilia DF; rou-
maine
: Ecou din Medj. c.p.41-132 Bucarest
(Roumanie); russe: Dom Marii, Remisova 5, 121002
Moscou (Russie).
DISTRIBUTEURS: Au Canada : “Arts O
Graph” N.D.Inc 6653 Papineau, Montreal 1 Québec
H2G 2X3; Joseph Bozzo, 8324 Nicolas Leblanc,
Montreal Que H1E 3W5. En Espagne:José L.Lopez
de S.Roman, Ap.246, Palencia (Espagne). Aux
Philippines: Raquel D.de Leon, POB 789, 1099
Manille. En Suisse: Nora Künzli, rue Caressaa,CH-
6862 Rancate,O91/463469 (versements:Banque
Raiffeisen, Eco di Medj. Rancate CH-6862, cc.69-
1079 0) Aux USA: Joanne Clark, 17503 Applewood
LN Rockeville, Maryland 20855; Peter Miller
P.O.Box 2720-230, Huntington Beach CA 92647;
Australie: (toutes langues) Medjugorje Sentinel
P.O.Box 746, Pennant Hills, NSW 2120.
>> comprendrez ce qu’il faut faire. La con-
version continuelle exige le repentir continuel.
Il serait bon que nous parvenions à demander
pardon au moindre manquement, pour une
purification qui permette une croissance dans
l’amour: chaque faillite pourra devenir une
occasion d’un pas en avant.
Alors la conversion sera pour nous un
devoir quotidien que nous accomplirons avec
joie,
parce que nous en verrons la nécessité et
serons vigilants sur nous-mêmes. Si notre jour-
née ne se déroule pas dans l’attention à nous
convertir, nous agissons seulement au niveau
du vieil homme, qui nous entraîne avec la force
des passions terrestres; nous bâtissons sur le
sable et non sur Jésus, pierre vivante.
A la fin la Madone nous révèle le pourquoi
de tout ce qu’Elle nous a dit. Elle veut que nous
devenions Ses témoins,
pour qu’à travers nous
les hommes connaissent Sa bonté maternelle,
qui a la force de les détourner d’une vie insen-
sée et de les attirer dans le royaume de l’amour.
Quel engagement nous donne-t-Elle là! Mais
pour cela, Elle nous assure qu’Elle est avec
nous et nous bénit tous.
Message si sage et pratique d’une incompa-
rable éducatrice! Sa direction spirituelle simple
et valable pour tous, va au centre des problèmes
pour nous faire croître selon le Christ, sans
paroles inutiles.
C’est bien vrai ce qu’écrit un ami (Nicola
B.): “Les messages de Marie, associés à la
Parole de Dieu, valent mieux que toutes les
autres dévotions, même belles, parce que d’eux
éclosent des décisions concrètes pour Dieu
dans les choix de la vie et de chaque jour”. d.A.
Au cours des mois de février et mars 1996, les
lecteurs d’Echo francophone ont offert: pour Echo:
95.118 Fr, pour la paroisse de Medj. 5.920 Fr,
pour Radio Marie 250 Fr, pour d’autres asso-
ciations et divers: 6.600.
Que les généreux dona-
teurs veuillent bien trouver ici l’expression de la
gratitude des bénéficiaires.
* Nous sommes bouleversés par les nom-
breuses lettres de remerciements, de félicita-
tions et de témoignages que nous recevons de
toute part: “Merci à Echo. Il est très bien ainsi.
Grâce à lui on sent l’Eglise vraie, non sécularisée”
(Concettina E.P.de Bari). “Echo est une parole
vraie de l’Eglise catholique qui augmente notre
foi” (C.Roy, Canada). “C’est une fête chaque
fois qu’Echo arrive” nous dit-on fréquemment.
* A ceux qui nous ont écrit, désapprouvant
- aimablement ou non - telle ou telle personne
qui, au nom de Jésus, a dit des choses différents
des positions officielles, nous voudrions dire:
“Ne soyez pas plus sévères que Jésus Lui-même
Qui n’est pas contre Moi est pour Moi (Mc 9,40).
De même l’intolérance, l’âcreté contre le com-
portement d’autrui, et les jugements sur les
personnes (qui doivent être laissés à Dieu), ne
sont pas selon l’esprit de la Reine de la Paix. A
Medj. Marie nous a enseigné à être très bien-
veillants envers ceux qui n’ont pas notre foi.
Nous pourrions nous vanter d’être en règle avec
la vérité, mais La lettre tue, c’est l’Esprit qui
donne vie
(2 Cor 3,6)...
En ce mois, consacré à Marie, approchons-
nous d’Elle avec une confiance d’enfants; dé-
couvrons la puissance de Son intercession et
recevons le don que son Coeur veut nous com-
muniquer: l’amour de Jésus! Que descende sur
vous la bénédiction du Père, du Fils et de
l’Esprit Saint.
UNE SEULE ADRESSE POUR L’EDITION
FRANCAISE: "ECHO DE MARIE" - 18, allée
Thévenot - 39100 DOLE - France.
* Pour diffuser les messages et les vivre dès
leur parution vous pouvez recevoir les quelques
lignes du message mensuel dès le 27 de chaque
mois (postés le 26) et ceci en autant d’exemplaires
que vous le souhaitez; il suffit d’en faire la demande
à l’adresse ci-dessus.
* L’ECHO en cassettes-audio pour non-
voyants les personnes intéressées peuvent s’ins-
crire également à cette adresse.
L’Echo de Marie est gratuit. L’oeuvre vit
d’offrandes: CCP DIJON 4480-19 R ou chèques.
Merci d’établir les Euro-chèq.en francs français
à un seul ordre
: ECHO DE MARIE, 18 allée
Thévenot - F-39100 DOLE.
 


 

PC version: Cette page | Medjugorje | Apparitions  | Messages  | Articles  | Galerie[EN]  | Medjugorje Videos[EN]