Langue 

Mises à jour  | Medjugorje  | Messages  | Articles et Nouvelles  | Videos[EN]  | Galerie[EN] | Carte du site  | À propos[EN]  | Livre d'invité

www.medjugorje.ws » Text version » Medjugorje Articles et Actualités » Interview du p. Ljubo Kurtovic

Interview du p. Ljubo Kurtovic

« Je ne laisserai pas ici Notre-Dame »

Other languages: English, Deutsch, Français, Italiano
Fra Ljubo, je voudrais résumer dans cette entrevue ton expérience ici à Medjugorje en ces 7 années. Nous commençons par le début: quelle a été ton impression quand on t’a dit que tu devrais venir ici ?

J’étais un jeune prêtre, ordonné depuis à peine 4 ans. A l’époque, le curé était le P. Pervan, et quand il m’a dit que je devrais venir à Medjugorje au titre d’aide spirituel, j’ai eu un peu peur; cela me semblait un défi, parce que je venais d’être ordonné et à Medjugorje, j’étais toujours venu comme pèlerin tant que je n’avais pas mûri la décision de devenir frère. Et puis j’étais venu quelquefois donner un coup de main pour les confessions. C’est tout différent de venir ici de temps en temps, parce que quand tu vis à Medjugorje tu vis dans ton coeur la présence de Marie.

Mais à part ça, dès le début tu as senti en toi- même de l’enthousiasme ?

Je n’étais pas enthousiaste, parce que moi, je ne m’enthousiasme pas facilement et il m’a fallu du temps pour m’habituer. Au début il y avait aussi fra Slavko et c’est seulement au moment où il est venu à manquer que nous nous sommes rendus compte de ce qu’il faisait. Il a bien fallu nous distribuer ses responsabilités. C’est à moi qu’incombait la traduction et l’interprétation du message des 25 du mois et aussi l’accompagnement des nombreux séminaires organisés par lui. Naturellement, il a bien fallu que je me lance; de gré ou de force il fallait que je m’en tire...Chez nous il y a un proverbe qui dit: « L’âne ne sait pas nager, mais quand il se jette à l’eau, alors il apprend ». C’est comme ça que j’ai appris à « nager » !

Pendant ces 7 ans, beaucoup de choses ont changé à Medjugorje; est-ce en mieux ou en pire? En regardant les pèlerins, pensestu que le niveau spirituel va « croissant »?

Tout le monde dit que les deux ou trois premières années, c’est comme si on était en paradis; on vit un temps de grand enthousiasme, mais rester enthousiaste 26 ans n’est pas réel. Même quelques phases d’enthousiasme sont filtrées. Cependant il y a beaucoup de personnes qui ont fait route avec Marie et qui s’efforcent de vivre comme elle l’a indiqué.

Parler de qualité est un peu difficile. Je pense qu’il est nécessaire de laisser l’enthousiasme et, avec le temps, de permettre que s’enfoncent les racines; de cette façon celui qui a vraiment décidé de suivre le Seigneur peut persévérer, peut apprendre à souffrir et à rester fidèle aux messages de Marie. Nous sommes tous dans un chemin de recherche, on ne peut pas voir ce que nous réserve l’avenir. Il suffit de voir le pas suivant à faire et d’avancer avec confiance: le Seigneur dirige tout et tout tournera au bien.

Quel est le but de Marie; où veut-elle nous mener avec ces apparitions?

Marie elle-même l’a dit: « Le message le plus important que je vous ai donné, c’est l’invitation à la conversion »; au fond c’est le message de l’évangile, qui est toujours actuel et la Vierge désire seulement nous réveiller à la vérité de l’Evangile. Pour sûr, elle ne serait pas apparue si tout avait été au point. Les apparitions sont bien une preuve que nous sommes endormis, que tout n’est pas au point ni dans l’Eglise, ni dans le monde. C’est pourquoi la Vierge qui est mère, vient, parle, conseille et nous réprimande: c’est cela la tâche d’une mère.

Vingt-six ans, et reste encore à réaliser ce qui est annoncé...

Il y a un temps de l’homme et un temps de Dieu. Pour Dieu un seul jour est comme mille ans et mille ans sont comme un seul jour. Vingt-six ans c’est beaucoup, mais c’est peu également. Les voyants, trois ans après la première apparition ont demandé : «Comment se fait-il que tu restes avec nous si longtemps ?» et elle a répondu: «Vraiment je vous ai déjà fatigués ?». Bien sûr Marie peut nous fatiguer parce que son amour et ses messages sont exigeants, mais ce qu’elle fait c’est pour notre bien, car elle cherche notre bonheur ; elle n’est pas venue pour nous rendre malheureux. Dieu et la Vierge ne nous ont jamais promis le paradis sur terre; nous sommes en chemin.

Après ton expérience ici, penses-tu avoir changé intérieurement ? Qu’as-tu reçu ? Qu’as-tu appris ?

En étant en contact avec tous les pèlerins, avec leurs exigences, nous-mêmes, prêtres, nous nous formons, nous sommes éduqués; de quelque façon nous recevons d’eux quelque chose . Inévitablement nous nous influençons les uns les autres. J’ai compris que je devais encore faire beaucoup de pas. Je n’ai jamais vécu des conversions imprévues, je ne suis pas tombé de cheval comme St Paul; en moi tout s’est fait graduellement. Je dois cheminer seul.

Au-delà de ton expérience avec les pèlerins, qu’est-ce qui a eu de l’influence sur toi?

En vivant ici je suis encore plus convaincu de la présence de la Vierge! Humainement ce serait plus facile de ne pas vivre à Medjugorje, parce que c’est une paroisse vraiment particulière. Elle apporte avec soi outre des grâces, beaucoup aussi de croix, beaucoup de souffrances et, à travers tout cela quelqu’un peut devenir encore plus fort et plus convaincu dans sa foi, parce que, dans les souffrances on apprend à prier et si on se décide à souffrir avec Dieu, la foi, à son tour devient plus pure!

Quelles sont les difficultés que vous, frères, vous rencontrez à Medjugorje ?

Il vient tant de gens avec divers problèmes, avec des souffrances, avec des «esprits» divers...Il y faut vraiment un bon discernement il y faut de la sagesse, de l’amour, de la patience et aussi de la force pour répondre, en tant que prêtres, à toutes ces nécessités.

Tu guides l’adoration devant des milliers de personnes ...Comment ça s’est passé les premières fois et actuellement comment le vis-tu ? C’est exigeant ?

C’est difficile et exigeant mais aussi très beau, parce que la force vient de la grâce. Dans la prière d’adoration je parle avant tout à moi-même de façon à introduire les gens dans la relation avec Dieu. Ce n’est que si je sais être en relation avec Jésus que je pourrai guider aussi les autres vers Lui. Avant de venir ici à Medjugorje j’avais déjà fait cette expérience, mais les gens n’étaient pas aussi nombreux! A peine arrivé, j’écoutais comment priait fra Slavko. Nous apprenons toujours quelque chose des autres; je peux dire avoir beaucoup reçu de bien des personnes.

Comme caractère tu n’es pas particulièrement expansif, souvent tu cherches le silence en évitant beaucoup de monde. Et pourtant il semblait que c’était pour ça que les pèlerins recherchaient ta compagnie. Qu’est-ce que tu sens devoir leur donner?

Il faut distinguer une chose fondamentale: ils me cherchent ou bien ils cherchent Jésus? Si c’est moi qu’ils cherchent, alors je suis bien content de m’enfuir, parce que, en me donnant moi-même, je ne leur donnerais rien. Ici c’est une bataille continuelle, ici c’est le vrai chemin vers Jésus. Je peux dire qu’ils sont nombreux à rechercher Jésus.

Penses-tu que le festival des Jeunes soit un événement important pour Medjugorje ?

Oui, sûrement. Tout a été mis en mouvement par fra Slavko, qui avait beaucoup de courage, beaucoup de foi et qui a grandi à l’école de Marie. Il a eu le courage de tout commencer avec un petit groupe de trente ou même moins et, de cette semence a poussé un grand arbre: actuellement plus de trente mille jeunes. Je ne regarde pas ça comme un mérite à moi; je me sens vraiment serviteur inutile.

Que voudrais-tu dire aujourd’hui de particulier à tous les jeunes qui liront cette entrevue?

Ce que dit Marie: «Chers enfants, ouvrez votre coeur, abandonnez-vous et jouissez de Jésus, consacrez-vous à mon Coeur et n’ayez pas peur, je suis avec vous». Et vous aussi, jeunes, soyez avec elle et soyez persévérants dans cette voie, même quand elle est difficile.

Penses-tu que ton transfert dans un autre couvent loin de Medjugorje sera un pas en avant dans ton cheminement ?

En mon coeur, je ne laisserai jamais Medjugorje. Je peux m’en aller de corps, mais ici sont les racines. Les branches peuvent être ailleurs...Ici à Medjugorje j’ai goûté la beauté d’être prêtre et j’ai vu combien les hommes ont besoin du prêtre, ou mieux, de Jésus à travers le prêtre.

Tu lis donc la volonté de Dieu dans ce transfert, tu crois qu’il sera bénéfique pour ton âme?

Je ne sais comment ce sera, mais je crois que oui. C’est nécessaire de se trouver à une certaine distance pour voir Dieu; si nous nous approchons trop nous ne réussissons plus à Le voir.

Depuis ces années quel événement est resté imprimé plus fortement dans ton âme ?

Je n’ai pas vraiment un événement concret à rappeler; je peux dire que chaque rencontre a été précieuse. Mais voir comment Dieu opère dans les âmes qui ensuite repartent heureuses et pleines d’espérance, c’est ce qui vous comble le plus et vous donne l’enthousiasme de persévérer avec une force encore plus grande et d’être vraiment ce que Jésus veut de vous. Oui, cette image des personnes qui, en cherchant Dieu, repartent heureuses et renouvelées intérieurement m’accompagnera dans les jours qui m’attendent. Je pense que c’est la chose la plus belle et ceci est vraiment Medjugorje.

Tu devras laisser cette réalité pour aller de l’avant, mais la Vierge est partout à l’oeuvre!

Je ne laisserai pas ici la Vierge . Je l’emporterai avec moi. Je dis toujours aux pèlerins de ne pas laisser ici la Vierge; nous pouvons l’emporter dans le coeur, en faisant concrètement tout ce qu’elle nous dit depuis 26 ans. C’est la meilleure façon d’être toujours avec elle et, à travers elle, avec Jésus.

 


 

PC version: Cette page | Medjugorje | Apparitions  | Messages  | Articles  | Galerie[EN]  | Medjugorje Videos[EN]